Après Merah les limites de la vidéo-surveillance

Les caméras myopes contre le terrorisme

Entre une surababondance d'images et des policiers municipaux en sous-effectif au Centre de supervision urbaine, Owni explique pourquoi la vidéo-surveillance n'a pas servi à grand chose à Montauban. Après l'assassinat de deux militaires le 15 mars, les cameras n'ont pas réussi à suivre Mohamed Merah sur plus de quelques rues.  

Alerter la rédac'