Les « real life super heroes » en photos

Les "real life super heroes" et le photographe

Le magazine en ligne Citazine revient sur le phénomène culturel outre-Atlantique des « real life super heroes ». En collant et masqués, ces super-héros se déguisent en justicier dans la vie réelle. Mais ils se distinguent aussi par les BA qu’ils réalisent dans leur communauté. Le photographe français Pierre-Elie de Pibrac est allé à leur rencontre. Il en a tiré un livre de photographies, publié aux éditions PapelArt en 2012.

Fans Ils s’inspirent des super-héros des comics, tels Watchmen et The Spirit. Ils ont chacun leur propre costume et leur propre nom de scène. Ils s’appellent Zetaman, DC’s Guardian, Life, ou encore Captain Prospect, The Watchman, Blackbird et Master Legend. Ils opèrent chacun dans une ville différente : Portland, New York, Washington, Milwaukee, Orlando. Et « ils ne sont pas fous », selon Pierre-Elie Pibrac. Ce sont les « real life super heroes » (RLSH).

Supers pouvoirs 32 d’entre eux ont défilé devant l’objectif du photographe français. Leurs qualités ne s’avèrent pas forcément exceptionnelles : si certains maîtrisent les arts martiaux, d’autres sont juste doués en informatique, parlent couramment l’espagnol ou connaissent parfaitement de la Constitution américaine. Pierre-Elie de Pibrac distingue deux catégories de RLSH:

« Dans les vrais real life super heroes, il en existe deux sortes. Ceux qui sont plutôt dans l’humanitaire et réalisent des bonnes actions auprès des plus démunis. Et ceux qui sont dans les quartiers chauds pour prévenir des crimes. »

Aux vrais RLSH, s’opposeraient les faux, que le photographe a refusé de rencontrer :

« Certains ont senti le phénomène et veulent seulement faire leur show et profiter du buzz auprès des médias. »

Communauté Les real life super heroes agissent au niveau local, essentiellement dans leur quartier. Ils mènent seuls leurs actions. Mais avec le développement d’Internet, ils commencent à se connaître entre eux et n’hésitent pas à se réunir en team pour opérer collectivement. La New York Initiative, Pacific Protectorate, Black Monday Society ou Xtreme Justice League ont ainsi vu le jour. De quoi assurer la sécurité des citoyens américains !


Alerter la rédac'