« Minute » n'a plus la banane : le journal est en liquidation judiciaire

Plus de 200.000 euros de dettes et 6 salariés licenciés en mars

fruits et légumes | Infos StreetPress | par | 14 Novembre 2013

« Minute » n'a plus la banane : le journal est en liquidation judiciaire

Malgré le buzz de sa Une sur Taubira, l'hebdomadaire Minute est en crise. Fin mars, le tribunal de commerce de Paris a prononcé la liquidation de la société éditrice. Son patron continue à faire paraître le titre, via une autre de ses sociétés.

Le 27 mars dernier, le tribunal de commerce de Paris prononçait la liquidation judiciaire de la SACEN, la société éditrice de l’hebdomadaire Minute, dirigée par Jean-Marie Molitor qui avec ses sociétés édite également d’autres magazines de la droite radicale. Le jugement du tribunal de commerce, que StreetPress s’est procuré, rapporte que le journal avait pas moins de 238.289,44 euros de créances envers son imprimeur et était en contentieux avec l’Urssaf (qui prélève les charges sociales) pour un montant non communiqué. Et le jugement de constater :

« L’entreprise est manifestement dans l’impossibilité de faire face à son passif exigible avec son actif disponible, se trouve en conséquence en état de cessation des paiements »
Criblé de dettes, le patron fait éditer « Minute » par une autre de ses sociétés

Ardoise effacée

La procédure de liquidation judiciaire est donc prononcée en mars dernier, les 6 salariés sont remerciés, et le tribunal nomme un liquidateur judiciaire, dont le rôle est de vendre les actifs de l’entreprise pour, dans la mesure du possible, rembourser les créanciers. Surprise : Malgré la liquidation judiciaire, « Minute » continue à paraître, mais sous la houlette d’une autre société, la SEJMV propriété… du même Jean-Marie Molitor ! Son ardoise auprès des créanciers et de l’Etat effacée, le patron de presse repart au combat tout beau tout propre, c’est presque trop beau et trop facile.

Causeur

« C’est au liquidateur de faire son job et de regarder comment l’actif [le titre du journal, ndlr] a été transféré d’une société à une autre » dirigée par le même gérant, s’interroge un avocat qui a suivi le dossier. Mais, joint par StreetPress, Jean-Marie Molitor s’explique : la marque « Minute » n’appartenait pas à la SACEN, donc il « peut continuer à l’exploiter en propre via une autre société ». A qui appartient la marque ? « A une personne qui veut bien que l’on continue à l’éditer. Mais à vous de trouver ! ». En fait… la marque « Minute » a été déposée en 1999 par Catherine Barnay, une ancienne des Jeunesses patriotiques et sociales de Roger Holeindre, d’ Ordre Nouveau et du PFN et désormais… directrice artistique de la revue « Causeur ». Sauf que la marque, dont l’enregistrement n’a pas été renouvelé, n’est de fait « plus en vigueur », indiquent à StreetPress les services de l’INPI. Si le cabinet de Manuel Valls veut faire interdire « Minute », il ne lui reste plus qu’une chose à faire… déposer la marque !

La marque «Minute» appartenait à la directrice artistique du magazine «Causeur»… mais n’a pas été renouvelée !

Autre surprise : « Minute » continue à être imprimé par la société Roto Presse Numeris, celle-là même à qui il devait plus de 200.000 euros. Sympa, l’imprimeur ! « Il a continué à nous imprimer malgré les pertes, et puis après on s’arrange, nous confie Jean-Marie Molitor. Mais c’est pas une obligation de parler de lui… ». Le cabinet du liquidateur judiciaire, Me Courtoux, n’a pas répondu à nos sollicitations courriels et téléphoniques. Le mystère de l’imprimeur banané qui continue à imprimer restera entier.

minute-banane
Le meilleur des couvs de Minute, à retrouver par ici / Crédits : Impression écran

Voir le jugement du tribunal de commerce en PDF

Derrière le buzz, la crise

Mis en liquidation judiciaire, « Minute » n’a plus la banane depuis plusieurs années. Les années 1960, pendant lesquelles le journal vendait 250.000 exemplaires par semaine sont bien loin. Petit à petit, le titre passe de mains en mains et devient réservé à un lectorat plus restreint de la droite nationale. Déjà en liquidation judiciaire en 1999, « Minute » est racheté par Jean-Marie Molitor en 2002.

Et ni le buzz des Unes sur le « lobby gay au FN » ou la banane de Taubira, ni les annonces du journal qui assure continuer à tirer à « 40.000 exemplaires » ne semblent pouvoir sortir « Minute » de la spirale du déclin. « Ah, ça je ne vous donnerai pas mes chiffres de vente », rétorque à StreetPress Jean-Marie Molitor, qui admet que les ventes de l’hebdo « stagnent » : « c’est linéaire ». Le journal aurait à présent « 3 salariés », mais « le principal coût ce sont les commissions que l’on doit verser à Presstalis [qui distribue les journaux dans les kiosques, ndlr] ». En effet, « plus vous avez [d’exemplaires] invendus, moins vous gagnez ! ». Et « vous savez, les charges d’un journal, c’est aussi les frais de routage, les charges, les taxes, les ceci, les cela… Et puis les procès. »


L'actu