x

Oubliez les SPAMs, la newsletter StreetPress est 100% utile

Continuer ma lecture sur StreetPress

« Farida, avec ta Journée de Retrait de l'Ecole, tu es en train de trahir nos quartiers ! »

Une ex-camarade de lutte écrit à Farida Belghoul

Journée de retour à l'école | Témoignage | par | 9 Août 2014

« Farida, avec ta Journée de Retrait de l'Ecole, tu es en train de trahir nos quartiers ! »

Kaissa Titous, a organisé l'arrivée à Paris de la « la marche pour l'égalité et contre le racisme » aux côtés de Farida Belghoul. Sur StreetPress, elle s'indigne des manipulations de son ancienne camarade de lutte

Ce que tu as fait Farida, est grave ! Tu veux faire le procès de l’école publique : c’est ton droit. Tu peux déplorer son laisser-aller, les inégalités, la panne de l’ascenseur social, l’échec scolaire, le manque de moyens, la carte scolaire, les projets qui viennent d’en haut etc … Mais heureusement que dans l’école publique, quelque fois, les enseignants prennent l’éducation des gosses en main quand les parents sont défaillants. L’école publique, malgré toutes ses insuffisances, c’est quand même un lieu où on acquiert du savoir et surtout où on peut accéder à l’universel, sortir des archaïsmes familiaux, découvrir la littérature, le monde, l’autre.

Peu de familles dans nos quartiers seraient capables d’apprendre à lire et à écrire à leurs enfant. Beaucoup confient l’avenir de leurs enfants à l’école publique et même si les études ne sont pas automatiquement synonymes de réussite, elles permettent quand même de ne pas être totalement écrasés au travail et sont synonymes de perspectives individuelles. L’usine et le chantier ne sont pas des horizons indépassables pour nos jeunes. Tu parles d’atteinte à la pudeur de nos enfants par l’enseignement de l’égalité entre les hommes et les femmes mais la pudeur et la dignité de nos enfants ne sont-ils pas plus atteintes par le chômage de leurs parents, la relégation de nos quartiers, la dégradation de nos HLM et la misère qui fait choisir entre acheter des légumes ou de la viande ?

Liberté Toi comme moi sommes des purs produits de l’école républicaine, alors montrons lui un peu de reconnaissance, malgré ses failles. Aujourd’hui nombre de filles et de garçons ne peuvent accéder à l’école dans le monde et ils sont enchaînés de fait toute leur vie à l’exploitation et l’humiliation. L’école publique reste le seul lieu de promotion sociale possible et d’émancipation pour les enfants d’ouvriers.

Est-ce vraiment défendre l’intérêt de nos quartiers que de taper sur l’école de la république afin de promouvoir l’école religieuse et l’école privée ? Dans nos quartiers, les seuls trucs gratuits que l’on a, ce sont les écoles. Moi je n’aurais jamais eu les moyens de payer une école religieuse privée à ma fille, ou de pratiquer l’enseignement à domicile comme tu l’as fait.

Laïcité Et pourquoi taper sur nos instits en les présentant comme de futurs prédateurs ou pédophiles ? Est-ce que ce sont nos ennemis ? Est-ce que tu veux qu’on retourne à l’école des curés et des imams ? Est-ce notre intérêt de faire des alliances avec l’extrême droite, de se ranger derrière ceux qui depuis 30 ans nous stigmatisent ? Tu as oublié qu’ils sont les héritiers de ceux qui ont assassiné les républicains espagnols, des tortionnaires et des assassins de la guerre d’Algérie, des policiers qui ont noyé les Algériens à paris le 17 octobre 1961 et les idéologues de ceux qui ont jeté Habib Grimzi en novembre 1983 et armé souvent les gâchettes des 22 longs rifles et des assassins de jeunes dans les quartiers populaires. Pourquoi, nous, qui avons subis le racisme, la relégation, la stigmatisation devrions nous reprendre le discours religieux de l’extrême droite, de la droite et des associations religieuses, et à notre tour dénoncer des boucs émissaires ? Pourquoi à notre tour stigmatiser en tapant sur les homos ou sur les juifs ?

Tu voudrais qu’aujourd’hui nous faisions des alliances avec des forces politiques qui n’ont pas arrêté de prospérer sur la haine de nos quartiers et de ses habitants, qui nous agitent comme repoussoirs à chaque élection, qui nous accusent d’être des envahisseurs, qui arrachent les pains au chocolat et le pain de la bouche des Français de souche , que nous suivions Civitas. Ces gens qui sont contre l’avortement, contre la contraception. Que nous nous allions avec des gens comme Dieudonné qui sont pleins aux as, qui pleurent sur l’Etat qui les oppresse mais qui ferment leur gueule dès qu’il s’agit de leur oseille.

Instrumentalisation Les gosses qui ne vont pas à l’école, en raison de ton instrumentalisation politique des inquiétudes ou sensibilité des parents, ils ont demandé quoi ? On leur a demandé leur avis ? Comment vont-ils s’expliquer auprès de leurs copains ? Vas-tu les laisser seuls face à l’instituons scolaire et subir les conséquences ?

« – Pourquoi t’as manqué ?

- Parce que je pense que l’instit il va m’apprendre ce qu’est la sodomie ! »

C’est grave et si ceux qui, comme toi, sont instruits, cultivés et talentueux ne mettent pas leurs compétences pour expliquer et rendre visible les vrais enjeux de la société mais s’engouffrent et manipulent les gens. Je trouve que c’est criminel pour nos quartiers, tu alimentes et renforce notre criminalisation, notre propre stigmatisation et relégation!

Making-off


Kaissa Titous, a organisé l’arrivée à Paris de la « la marche pour l’égalité et contre le racisme » dans le cadre du collectif jeune parisien. C’est là qu’elle côtoie Farida Belghoul :

Kaïssa Titous a été présidente de Radio Beur et membre du bureau national de SOS Racisme, avant de quitter son siège pour critiquer la récupération politique du mouvement. Depuis deux décennies elle s’engage pour défendre les habitants des quartiers populaires.

Cette tribune a été réalisé à partir d’un entretien téléphonique.


L'actu