De l'UMP au porno : Rick Angel, pornstar malgré lui

Le hardeur était conseiller du secrétaire d'Etat Alain Marleix

Une histoire vraie | Portraits | par | 27 Février 2014

De l'UMP au porno : Rick Angel, pornstar malgré lui

Ex-apparatchik à l'UMP, Rick Angel est aujourd'hui un producteur porno établi. Sur StreetPress, il raconte sa reconversion forcée quand sa carrière politique a volé en éclat à cause d'une dénonciation anonyme.

Rue du Commerce – Paris 15e. Devant un demi pêche dans un bar rempli de lycéens, la mine grave de Rick Angel tranche avec l’histoire potache qu’il raconte à StreetPress :

« Je n’ai pas parlé à l’époque parce que je ne voulais pas que ça crée un scandale pour le gouvernement. Mais aujourd’hui je veux qu’on sache ce qu’il m’est arrivé. »

La pilule n’est toujours pas complètement passée pour l’acteur de « La vérité si je bande » et du « Jardinier a une grosse binette ». Nommé en 2008 par le secrétaire d’État Alain Marleix comme conseiller technique au ministère de l’Intérieur, Rick Angel a été jeté comme une vieille chaussette souillée quand son passé d’acteur porno a resurgi place Beauvau.

Aujourd’hui, Rick Angel, 40 ans, est un acteur porno établi qui s’est introduit dans le vagin et l’anus de plus de 2.000 partenaires féminines. Mais n’allez pas croire que c’était-là son plan de carrière :

« J’ai fait Sciences-Po, je travaillais 60 heures par semaine pour gravir les échelons, j’étais carriériste… Et tout ce parcours-là que je construisais depuis dix ans a été anéanti en un après-midi. »

Viré

Ce vendredi du mois de juin 2008, Rick Angel s’en souvient presque aussi bien que du 11 septembre. Après plusieurs semaines à bûcher non-stop – « dimanche compris » – celui qui est depuis peu en charge de la fonction publique territoriale et du statut des élus pour le secrétaire d’État Alain Marleix s’apprête à partir en week-end à Barcelone. Balades, hôtel de charme, cocktails en terrasse … le week-end s’annonce romantique avec sa compagne de l’époque. Mais patatras ! Quelques heures avant son vol, un coup de téléphone vient bouleverser ses plans :

« C’était le chef de cabinet qui m’annonce qu’ils avaient découvert mes films porno et que cela posait un problème à Michèle Alliot-Marie, ma ministre de tutelle. J’ai tout de suite su que mon sort était scellé. »

Sonné, Rick Angel déambule dans les rues de Barcelone avant de recevoir un SMS lui indiquant que ses affaires l’attendent le lundi, à son retour au ministère. En moins de 72 heures, la carrière du conseiller ministériel explose en plein vol. Sans pot de départ et sans avoir l’occasion de s’expliquer :

« J’ai nettoyé mon bureau et je suis parti dans l’anonymat le plus complet. »

rickangel1
Rick Angel et son outil de travail / Crédits : Tous droits réservés

Apparatchik

La carrière de Guillaume F. avait jusqu’ici des airs de modèle pour tous les Rastignac en herbe. Sorti de Sciences-Po Grenoble en 1996, il s’encarte dans la foulée au RPR avec l’ambition de décrocher un poste dans le sillage des hommes politiques locaux. Il est rapidement coopté par des proches du président de la région Rhône-Alpes – dont il intègre le cabinet, avant de gravir les échelons.

«Ils avaient découvert mes films porno et cela posait un problème à Michèle Alliot-Marie» Rick Angel

Assistant parlementaire, directeur de cabinet en mairie, conseiller du secrétaire d’État : Guillaume F. suit pas-à-pas toutes les étapes du manuel du parfait petit apparatchik pendant presque 10 ans. Le secrétaire d’État Alain Marleix le nomme au ministère en avril 2008 – l’annonce est parue au Journal Officiel. Une fierté pour ce fils d’une laborantine et d’un employé de banque qui insiste sur ses origines « modestes ».

Joint par StreetPress, un député UMP de la région Rhône-Alpes pour qui il a travaillé comme assistant parlementaire entre 2002 et 2005, se souvient d’un jeune homme « avec une très bonne connaissance du milieu politique local » et aussi « un bon réseau » :

« Son travail à l’Assemblée Nationale où il préparait mes interventions lui a donné l’occasion de rencontrer beaucoup de monde. Cela lui a permis d’évoluer vers les ministères. »

Guillaume F. fait, lui, étalage de ses ambitions :

« Mon objectif, c’était de me présenter aux législatives de 2012 pour devenir député. »

Echangisme

En couverture d’Union

Et puis tout s’écroule. En cause : la petite dizaine de scènes pornos que son alter-ego Rick Angel a tournée lors de l’année 2006, deux ans avant sa nomination au ministère. Parmi elles, « The Story of Sophia », un film à gros budget réalisé par Hervé Bodilis, spécialiste des productions Dorcel.

Car le jour, Guillaume F. séduit ses collaborateurs par son travail mais la nuit Rick Angel joue les libertins avec sa compagne. Une habitude que le technocrate a prise à ses 18 ans – « dans les boîtes à partouzes de la région grenobloise » – et qui lui a fait comprendre qu’il avait une sexualité « hors-norme » :

« Très tôt, j’ai rapidement ressenti le besoin de faire l’amour 4 à 5 fois par jour et avec des partenaires différentes. Je me suis trouvé dans l’échangisme. »

Joint par StreetPress, le réalisateur porno Fred Coppula – plus de 100 films au compteur, se rappelle de sa rencontre avec Rick Angel lors d’un salon érotique :

« Il était avec sa compagne de l’époque et ils se posaient des questions quant à une participation dans un film. »

En 2006, le couple franchit le pas en jouant dans « Car Sex », une production dans laquelle des couples amateurs forniquent dans des limousines. Guillaume F. se cache derrière Rick Angel, son pseudonyme tout droit sorti d’un mauvais manga :

« Avec ma compagne on a énormément hésité. Le but n’était pas du tout la starification ou d’en vivre. C’était un fantasme de couple libertin. »

De fil en aiguille, le couple tourne un peu moins d’une dizaine de films avant de stopper net ses activités. Car Sophia Bella, la copine de Rick de l’époque, est incitée à quitter son job de cadre sup’ à cause de leur hobby pornographique… Un premier avertissement déjà.

rickangel2
Rick et madame, spécialisée dans les shows par webcam / Crédits : Tous droits réservés

Outing

« On ne peut pas virer une personne pour quelque chose de sa vie privée. Et en plus, je ne pratiquais pas pendant ma fonction ! » s’indigne Rick Angel. L’acteur porno est toujours très remonté contre « les hypocrites et les fils à papa » du milieu de la politique qui ont « détruit » sa carrière. D’autant plus que l’ex-conseiller ministériel croit savoir qu’il a été dénoncé par un rival :

« Une clé USB est arrivée sur le bureau de la ministre Alliot-Marie avec dedans des captures d’écrans des films. Je suis sûr à 90% de qui c’est : un collègue jaloux dans mon cercle politique proche. »

L’information de la clé USB est impossible à vérifier. Joint par StreetPress, l’ex-secrétaire d’État Alain Marleix « ne sait pas pourquoi Guillaume a été viré » et renvoie vers l’ancien directeur de cabinet Philippe Riffaut, « en charge de ce type de dossiers ». Sollicité par StreetPress, l’intéressé n’a pas donné suite à nos demandes d’interviews. Jointe par StreetPress, Christine Granier-Heurtevin, l’ancienne chargée de com’ de l’équipe assure, elle, ne pas avoir été « mise au courant » des raisons du renvoi de Guillaume F. :

« Ce sont des choses traitées par les chefs de cabinet. Vous savez on voit arriver et partir beaucoup de gens, on n’a pas toujours le temps de s’intéresser… »

« J’ai été exfiltré dans la discrétion. C’était l’omerta et je n’ai reçu aucun soutien », tacle, lui, Rick Angel. Il prétend que « le ministère a étouffé l’affaire car ils craignaient une fuite dans le Canard Enchaîné ».

Dépression

A l’époque où Rick portait des cravates

De son aveu, les conséquences de l’éviction ont été « dramatiques ». Accablé par la honte et la culpabilité, Rick Angel cache les raisons de sa soudaine dégringolade à ses proches. Puis c’est la dépression pendant presque 8 mois. Sa compagne le plaque et, viré sans indemnités, il a du mal à rembourser son prêt immobilier. Quand on lui demande pourquoi il n’a pas poursuivi son ancien employeur en justice, Rick rit jaune :

« Me battre ? Pour obtenir quoi ? J’avais un ministère face à moi. »

A l’époque, l’ex-conseiller du secrétaire d’État ne voit pas d’issues professionnelles :

« Je psychotais… Je m’imaginais passer un entretien dans une tour de la Défense et j’étais persuadé qu’on allait me reconnaître. Je suis devenu un peu parano. »

Aujourd’hui, il regrette encore avoir exhibé son (presque) double-décimètre dans des vidéos :

« Je l’ai fait à un moment de ma vie par fantasme avec ma femme et parce que j’ai eu une opportunité. C’était une grossière erreur. J’ai fait des études, j’ai bac + 5 : j’avais un plan de carrière ! »

Le parrain du porno Fred Coppula, un des premiers à avoir rencontrer Rick Angel, avertit que les couples qui font du X se font « systématiquement » découvrir. Mais il tient à relativiser l’histoire de Rick Angel :

« Je lui ai expliqué à l’avance tout ce qui allait se passer. A son niveau de compétence, c’était intenable. Ils ont choisi ça en connaissance de cause, je crois que la pulsion du fantasme a été plus forte. »

rickangel3
Sexe, léopard et vidéo / Crédits : Tous droits réservés

Jackie Treehorn

«Pour devenir incontournable, il faut bander. Qu’il fasse 0 ou 40 degrés.» Rick Angel

Lorsque l’on retrouve Rick Angel, un vendredi du mois de janvier, l’acteur porno au physique de poids coqs sort d’une journée de montage. « En 2009, je me suis dit “perdu pour perdu, je vais me lancer à fond dans le X.” » 6 ans après sa carrière de politique, voilà que Guillaume F. fait partie de la petite caste de ceux qui comptent dans l’industrie du porno. Fin, plutôt petit, boitant légèrement d’une jambe quand on le rencontre la première fois, Rick Angel n’a pas le physique de l’emploi dans un secteur où les armoires à glace semblent la norme. Fred Coppula, son mentor, va pourtant jusqu’à le comparer avec Rocco Siffredi :

« Rick a plein de bonnes idées, et travaille vachement bien. Faut pas se mentir, dans ce milieu, des gens comme lui qui comprennent très très vite, c’est extrêmement rare. Il ira loin. »

Après des débuts en tant qu’acteur, Rick Angel est même devenu producteur. « La seule façon, estime-t-il, de gagner de l’argent dans le milieu ». Le secret de sa nouvelle success story ?

« Pour devenir incontournable, il faut bander. Qu’il fasse 0 ou 40 degrés, il faut assurer des shootings photos en étant statique et en érection pendant une heure. Il faut aussi savoir se placer, guider l’actrice … »

Corbeau

Où est Charlie ?

Fred Coppula a une autre explication pour expliquer le succès de Rick Angel : le wannabee pornocrate travaillerait comme un dératé. Coppula estime à plus de 400 le nombre de scènes dans lesquelles est apparu Rick Angel. Pas mal pour un gus qui s’y est vraiment mis il y a à peine 4 ans. Quand on lui demande quel est son moteur, l’acteur porno répond sans hésiter « la compétition ». Il rappelle que dans sa jeunesse, il a aussi été aussi champion de natation à haut niveau.

Aujourd’hui, Rick Angel assure bosser pour une demi-douzaine de distributeurs. Parmi ses clients, les spécialistes du gonzo made in France Jacquie et Michel. Ses productions trustent les places dans le top 20 des vidéos les plus consultées du site. En concubinage avec une « camgirl » de presque 20 ans son aînée, l’ex-apparatchik aime sa nouvelle vie. Même s’il met un bémol :

« C’est extrêmement mal payé.  Et quand t’as fait des études autant aller gagner de l’argent là où il y en a plus. »

Son succès lui crée aussi des ennemis. Rick Angel estime que son profil atypique inspire la méfiance :

« Certains ne comprennent pas ce que je fous là. Ils me disent : “moi si j’avais fait des études comme toi, je ne ferais pas du porno“».

Le milieu est « ultra-concurrentiel » et les producteurs se tirent la bourre entre eux pour « trouver de la nouvelle ». Fred Coppula analyse :

« Comme il travaille énormément, il suscite beaucoup de jalousie. Certains ont l’impression qu’il leur vole leur travail. »

Il y a quelques mois, un rival jaloux s’est répandu contre lui en rumeurs anonymes sur Facebook. Mais cette fois-ci, Rick Angel a porté plainte contre le corbeau.

Crédit photo
Michela Cuccagna
Michela Cuccagna

L'actu