Sexisme et précarité pour les petites mains du Musée des confluences

Pour leur premier job, ces jeunes lyonnais enchaînent les galères

Dream Job | Enquête | par | 25 Janvier 2016

Sexisme et précarité pour les petites mains du Musée des confluences

Avec 825.000 visiteurs pour sa première année d'exploitation, le Musée des confluences semble être une réussite. Mais le personnel, lui n'est pas à la fête : salaires au rabais, temps partiels et sexisme, les démissions se multiplient.

Lyon, Musée des Confluences« Les toilettes c’est au bout du couloir à gauche ! », lance Anne-Lyse pour la 15ème fois en moins d’une heure. Pas rigolo tous les jours, de faire la billetterie du musée :

« Je pensais que bosser dans un musée, ça allait un peu faire travailler mon cerveau. Mais en fait pas du tout. J’ai l’impression de vendre des billets à la chaîne… »

D’autant qu’Anne-Lyse, malgré ses vêtements Damart, est frigorifiée. En ce mois de novembre, il n’y a pas de chauffage dans le hall de l’établissement pourtant flambant neuf. Après plusieurs semaines de grogne, la direction fini enfin par distribuer des doudounes et placer quelques radiateurs d’appoint.

Les femmes ont leurs règles

C’est une toute petite victoire pour les salariés, mais la liste des griefs reste longue. « Les visiteurs du musée doivent savoir ce qu’il s’y passe », lance Caroline, la vingtaine. L’ex-médiatrice en a elle aussi plein les guiboles :

« Un jour notre responsable nous a dit : “les femmes ont leurs règles, elles ont des gosses, elles sont tout le temps malades !” Ou encore “Avec le nombre de filles que vous êtes, c’est vraiment le poulailler” »

François, 25 ans, look d’aventurier, pull en laine et cheveux désordonnés, a lui aussi quitté le musée. Il confirme :

« Il s’est excusé un jour qu’il y ait autant de filles. Il pense que ça amène une mauvaise ambiance… Alors que c’est sa mauvaise gestion qui pourrit tout ! »

Dans les couloirs de ce « navire futuriste de métal et de verre », musée « d’histoire naturelle et des sociétés » les salariés n’ont pas vraiment le sourire. Pourtant ce dimanche 20 décembre 2015, l’ambiance est plutôt champagne et cotillons : le musée des Confluences (MDC) célèbre son premier anniversaire.

Clip L’inaufuration du musée

Pour l’occasion, l’entrée est gratuite. Et la presse fait ses choux gras sur son audience, supérieure aux prévisions : 825.000 visiteurs en un an. Pour le musée, c’est aussi une manière de dire que son coût exorbitant – 300 millions d’euros contre 60 prévus initialement – n’était pas inutile. Sauf que pour gérer ce succès sans trop alourdir la note du musée, la direction multiplie les économies : sous-traitance massive, contrats précaires, mauvaise ambiance…

Des sous-traitants, encore des sous-traitants

Le boss de Caroline habitué des saillies sexistes ne fait pas directement partie du Musée. Comme une bonne partie du personnel, il fait parti de l’une des nombreuses boîtes de sous-traitance. Onet, Samsic, Pénélope, Nunatak, Tabaibas, SPIEC’est une dizaine de PME différentes qui interviennent et emploient plus de la moitié du personnel présent dans l’immense bâtiment.

Les employés de ces boîtes ne bénéficient pas des mêmes conditions salariales que le personnel du musée : la majorité est au SMIC. Ils ont bien droit à des tickets restos, mais pas de 13e mois contrairement à leurs collègues directement en contrat avec le musée. Pas de prime d’ancienneté, non plus.

Contactée par StreetPress, la direction du musée botte en touche. Elle jure cependant, par l’intermédiaire de son service de com’, que « les entreprises de sous-traitance n’ont pas été choisies pour des questions de tarifs » et met en avant les compétences dans l’accueil des musées et de la culture de ses prestataires comme Pénélope. Sur son site, l’agence met en avant son expertise dans l’accueil des lieux culturels. Sauf que, vérification faite, le MDC est le premier musée à devenir client de la boîte.

Des contrats très précaires

Pour justifier l’appel à ces boîtes, la direction met aussi en avant… l’intérêt des personnels :

« Le musée n’aurait pas pu employer ces salariés à temps plein et c’est donc dans leur intérêt de bosser pour des prestataires… »

Confluence 1
Le musée a attiré 825.000 visiteurs pour sa première année / Crédits : Flickr

Sauf que, là encore, la réalité ne semble pas être exactement telle que décrite par la com’ du Musée. Ni François, ni Caroline n’étaient à temps plein tout au long de l’année et encore moins en CDI. Comme la majorité des médiateurs culturels et guides conférenciers, ils étaient en contrat à durée déterminée d’usage (CDD-U). En clair, des CDD à temps partiel, renouvelables à l’infini et sans indemnités de fin de contrat. « On est renouvelés tous les mois », explique François, qui a renoncé à son poste au musée. Et les contrats sont souvent signés alors qu’ils sont déjà au boulot depuis plusieurs jours.

Dispo tout le temps

Autour d’un café, dans un bar lyonnais, Julie, chandail en laine, les traits tirés, également médiatrice et démissionnaire, détaille la galère de ces contrats précaires :

« IIs veulent qu’on soit tout le temps disponibles pour les visites de dernière minute. Ils claquent des doigts et on devrait arriver ! Le nombre de SMS qu’on a eu 3 heures avant une médiation pour nous demander si on était disponibles… »

Le personnel se doit d’être dispo tout le temps. « A chaque fois que je partais en vacances, le patron m’appelait. J’ai pris une fois 10 jours… Il m’a appelé tous les jours », rembobine Julie. Et même si elle n’arrive pas à boucler ses fins de mois avec son seul job au musée, son responsable la pousse à refuser les autres opportunités :

« Le patron m’a également demandé de ne pas signer mon contrat d’aide aux devoirs, parce qu’il voulait me proposer quasiment un temps plein. Ce qui n’est jamais arrivé, évidemment. »

Pour ceux qui ne jouent pas le jeu, les heures diminuent. Ainsi, Caroline étudie à côté de son emploi au musée, ce qui est autorisé. Du moins, en théorie : « Comme j’ai affirmé le fait de ne pas pouvoir être à 100% disponible à cause de ma formation, on m’a enlevé des heures, on m’a oubliée », explique la jeune femme de 26 ans. « C’est une sorte de punition », ajoute François. « Si tu poses trop d’indisponibilités, tu n’es pas un bon employé. » Et François de résumer la situation ubuesque :

« On ne travaille pas assez pour vivre, donc on a besoin d’un autre boulot à côté. Mais on peut être sollicités chaque jour, pendant une semaine, ce qui empêche de travailler à côté. »

Anne-Lyse et ses collègues de l’accueil et de la billetterie touchent à peine plus du SMIC horaire, sans jamais dépasser les 35 heures. Difficile de s’en sortir avec à peine 1.000 euros de revenus. D’autant qu’à plusieurs occasions les salaires tombent avec 1 à 2 mois de retard ou avec des erreurs :

« Chaque mois on devait sortir la calculette pour vérifier que toutes les heures avaient bien été payées, pas facile avec des emplois du temps qui changent en permanence », témoigne Anne-Lyse, les nerfs à vif.

Tout le monde se barre

Pour boucler les fins de mois, les salariés avalent toutes les couleuvres. Ainsi, Aline, agent de billetterie, a subi des horaires décalés, sans week-end libre pendant plusieurs mois. En dépression : elle ne voyait presque plus sa fille de 12 ans. Elle a réussi à se faire muter au bout de 8 mois. Comme elles, beaucoup cherchent à prendre la poudre d’escampette. Mais ce n’est pas forcément simple. Anne-Lyse, agent d’accueil, explique :

« Je voulais une rupture conventionnelle, mais le RH a tellement de demandes qu’il n’en accepte aucune ! »

Si elle démissionne, elle perd les indemnités chômage qui complètent ses revenus. Elle a quand même déserté son poste, laissant son cas en suspens, ni licenciée, ni toujours au musée… Julie aussi s’est barrée :

« Je n’ai pas dit à mes parents que je quittais le musée. Pour la première fois, ils commençaient à comprendre ce que je faisais. Il ont vu le musée à la télé. Ils m’ont mis beaucoup de pression pour rester, dans l’idée que c’est une grosse structure, donc que c’est important. J’en reviens à cacher des choses à mes parents à 28 ans… »

Confluences 2
« A chaque fois que je partais en vacances, le patron m'appelait. J'ai pris une fois 10 jours... Il m'a appelé tous les jours » / Crédits : Flickr

Selon les différents salariés interrogés par StreetPress, un an après l’ouverture, il ne reste – à l’exception des cadres – que très peu de personnes présentes à l’origine. Car pour les salariés, rester et se battre n’est pas facile. Pour Caroline :

« Il y a peu de boulot dans ce milieu et les personnes qui veulent faire leur trou à Lyon sont contentes d’avoir enfin un truc chouette sur leur CV. »

Elle a bien tenté de monter au créneau :

« J’ai été porte-parole de l’équipe lors d’une réunion. Ça m’a ensuite été reproché. C’est risqué parce que le contrat peut très bien ne pas être renouvelé si l’on s’affiche trop. »

Le fiston de la patronne

Le photographe du musée a été choisi suite à un appel d’offre. Un seul candidat s’est présenté : Quentin Lafont, le fils de la directrice du musée. Il a donc remporté le marché.

Les prénoms ont été modifiés.


L'actu