Stalingrad Connection, la radio pirate des migrants

Stalingrad Connection, la radio pirate des migrants

Petites annonces, bons plans et reportages

Radio Pirate | Reportages | par | 13 Décembre 2016

Stalingrad Connection, la radio pirate des migrants

Deux fois par semaine, Alice et sa bande présentent Stalingrad Connection, une émission de radio consacrée aux migrants. Conditions d'hébergement, bons plans et coup de gueule, tout y passe. Son but : donner la parole aux réfugiés.

Jardin d’Éole (Paris 18e) - Ce dimanche 11 décembre, le jardin d’Éole a des allures de studio d’enregistrement pirate. Tables de mixage, casques audio et micros sont installés sur une table de camping au dessus des rails qui mènent à la gare du Nord.

« Bonjour à tous et bienvenue à la 5e édition de Stalingrad Connection », lance finalement Alice au micro. La jeune journaliste a la lourde tâche d’animer l’antenne de cette nouvelle émission de radio consacrée aux migrants en Île-de-France. C’est parti pour 1h30 d’enregistrement. Au programme : 3 émissions d’une demi-heure consacrées aux conditions d’hébergements des réfugiés.

Radio servicielle

Autour du studio improvisé, réfugiés soudanais ou afghans tchatchent, skypent leurs potes ou matent leur téléphone. Depuis plusieurs mois, le parc à la frontière du 18e et 19e arrondissement est devenu un point de rendez-vous pour les réfugiés de passage à Paris. « On nous a conseillé ce lieu pour l’enregistrement », rappelle Karim, le doyen de l’équipe Stalingrad Connection :

« Beaucoup de réfugiés soudanais se retrouvent là-bas. On veut que l’émission devienne un rendez-vous. »

Radio1
On air. / Crédits : Tomas Statius

Joint par StreetPress, l’ingé son de 47 ans rembobine la genèse du projet. L’émission est née il y a un mois à la suite de Radio Debout. D’emblée, la petite équipe de 10 personnes a dans l’idée de créer la première émission de radio servicielle pour les migrants de Paris :

« C’est pour ça qu’on voulait diffuser sur la bande FM. L’émission est aussi traduite en 4 langues [anglais, arabe, dari ou pachtoun]. On veut toucher un maximum de migrants. »

Depuis, Stalingrad Connection est diffusée chaque lundi et jeudi sur Fréquence Paris Plurielle à 13h30. La demi-heure d’antenne est saucissonnée en 4 parties : Bons plans (où manger, se divertir ou dormir, etc.), petites annonces, portraits et reportages se succèdent à l’antenne.

Micro ouvert aux migrants

A terme, Karim espère qu’une partie du contenu sera produit par les migrants eux-mêmes :

« On a envie que les gens s’approprient l’émission. Qu’ils aient fait de la radio ou qu’ils aient envie d’en faire. »

Après quelques phrases de lancement, Alice passe le mic à Moussab. Au Soudan, le grand gaillard à la veste en cuir couleur cuivre était journaliste pour la presse écrite. « J’ai été emprisonné plusieurs fois. Quand j’ai vu que je ne pouvais pas exercer mon métier librement, je suis parti », raconte t-il une fois l’enregistrement terminé. Pour lui Stalingrad Connection est surtout un moyen de témoigner de ses conditions de vie :

« J’ai des messages à faire passer. Je vois cette émission comme un moyen de donner la parole à tous les migrants qui vivent en France. »

radio2
Prenez la parole ! / Crédits : Tomas Statius

Donner la parole aux collectifs

Au jardin d’Éole, les intervenants se succèdent pendant que des réfugiés partagent un thé distribué par une asso de soutien. Les invités du jour, Anna et Houssam, du collectif la Chapelle Debout organisent les prises de parole. L’émission du jour est consacrée au logement. Le jeune mec à la casquette de gavroche dresse un panorama de la situation des migrants à Paris. « À Paris, on a connu plus de 30 évacuations de camps », dénonce-t-il :

« Il n’y a qu’une mise à l’abri, c’est la mise à l’abri des regards. »

Pendant ce temps, Alice fume une clope en retrait. Après avoir lancé les débats, elle regarde l’émission se faire, presque sans elle :

« On veut être un dispositif pour permettre à des voix de s’exprimer. »

L’émission Stalingrad Connection est diffusée chaque lundi et jeudi sur Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM, à 13h30.


L'actu