Quand François Fillon se fait le VRP d'une société controversée de « vente multiniveau »

Quand François Fillon se fait le VRP d'une société controversée de « vente multiniveau »

Fallait te renseigner François !

Porte à porte | Infos StreetPress | par | 6 Février 2017

Quand François Fillon se fait le VRP d'une société controversée de « vente multiniveau »

Mars 2016, François Fillon fait le show face à 8.000 vendeurs d’Akeo. Une boîte à la réputation plus que sulfureuse : entre mécanique commerciale douteuse et « culte du secret, rupture avec le monde extérieur, culpabilisation », des anciens témoignent.

AccorHôtels Arena, à Bercy, le 20 mars 2016 –  Sous les immenses spots, micro en main, François Fillon fait une entrée de rock star au son de The Final Countdown ! « Wow quelle salle ! », s’extasie-t-il. 8.000 membres de l’entreprise Akeo sont réunis pour les 15 ans de la boîte. L’ancien premier ministre salue « l’un des plus grands réseaux d’auto-entrepreneurs d’Europe », vante le « génie français », lâche des big up aux Sarthois et aux Vendéens présents dans la salle, appelle « à libérer le travail », en faisant « maigrir le code du travail ». Il conclut son intervention par une dédicace au directeur de la boîte, André-Pierre Alexandre, visiblement ravi.

Il faut dire qu’en organisant la venue de François Fillon et de la vice-présidente du Sénat, Isabelle Debré, le boss d’Akeo réalise un très beau coup. Par sa présence, le candidat à l’élection présidentielle redore le blason d’une entreprise de vente multiniveau à l’image désastreuse.

StreetPress a enquêté et rencontré des anciens d’Akeo qui dénoncent un endoctrinement à tendance sectaire et un système de vente qui flirte avec la légalité.

Quelle mouche a piqué les deux élus Républicains en mars 2016 ? Jointe par StreetPress, la sénatrice Isabelle Debré assure tomber des nues quand on lui explique le système Akeo. Elle affirme s’être rendue là-bas « à titre bénévole pour parler du statut de vendeur direct indépendant ». François Fillon aussi ? « Sûrement… Je n’imagine pas autre chose », lance-t-elle. Ce que confirme François Fillon, par la voix de son équipe, et le président d’Akeo, André-Pierre Alexandre. En revanche, David Bernard, un conférencier canadien monté sur scène juste avant l’ancien premier ministre, affirme à StreetPress avoir quant à lui été rémunéré pour son discours ce jour-là, même s’il refuse de donner le montant précis de son cachet.

Un passé encombrant

Ce 20 mars 2016, champagne pour Akeo. 20 ans plus tôt, André-Pierre Alexandre cofondait la Fédération d’Agrément des Réseaux, dont Akeo est à l’origine la marque. Jusque-là, il était l’un des vendeurs, grade « Diamant » – l’un des plus élevé, du GEPM, Groupement Européen des Professionnels du Marketing. En 1996, cette entreprise doit déposer le bilan. Les révélations dans la presse sur ses pratiques de vente pyramidale et ses méthodes sectaires s’accumulent.

Pour éviter les poursuites judiciaires, Jean Godzich, le fondateur de l’entreprise préfère prendre la poudre d’escampette.

Absent lors de son procès en 2006, il est condamné par défaut à trois ans de prison, 500.000 € d’amendes et 20 millions de dommages et intérêts. De retour en France, il a rejeté les conclusions de son procès, il a finalement été condamné pour abus de biens sociaux et banqueroute à deux ans de prison dont un an avec sursis et à 150.000 euros d’amende en janvier 2017, par le tribunal correctionnel d’Evreux. Il n’a pas fait appel.

Du GEPM à la FAR

le_point.jpg

Mais si le GEPM a fermé, ses meilleurs vendeurs, eux, ont su se recycler. A peine le GEPM s’était-il effondré qu’André-Pierre Alexandre, Jean-Claude Martini (niveau Excellence), Thierry Vavasseur (Condamné pour complicité lors du procès de Jean Godzich en 2006 ), et une poignée d’autres anciens créent une nouvelle entreprise : la Fédération d’Agrément des Réseaux (FAR) dont Akeo est à l’origine la marque. Le Point avait même fait un joli tableau à l’époque pour éclairer les nouvelles activités des membres du GEPM. André-Pierre Alexandre assure à StreetPress qu’il n’avait qu’un rôle de vendeur-distributeur dans cette structure et regrette l’amalgame qui est fait.

Les politiques s’inquiètent

Si la sénatrice Isabelle Debré dit ne rien savoir d’Akeo, à droite, un élu s’était inquiété des pratiques de la société, dès sa création. En 1997 le sénateur UMP Serge Mathieu s’interrogeait dans l’hémicycle des dangers posés par la création du GEPM « dont chacun a pu apprécier le comportement sectaire avec la FAR ». Et de s’inquiéter :

« Que des milliers de personnes, notamment placées en chômage, peuvent être attirées par ces pratiques pseudo-commerciales. »

Deux ans plus tard, c’est un rapport parlementaire consacré aux sectes et à l’argent en 1999 qui précise :

« Le cas de vente pyramidale le plus marquant est celui de la société FAR qui a, en 1995, repris la force de vente du GEPM en dépôt de bilan, lequel avait été auparavant verbalisé par une direction départementale de la consommation pour vente à la boule de neige, et constituait une organisation sectaire notoire. »

Vente multiniveau, késako ?

Qu’en est-il d’Akeo aujourd’hui ? En 2001, André-Pierre Alexandre décide de voler de ses propres ailes, reprend la marque Akeo et fonde NOAO avec quelques anciens dont Thierry Vavasseur. En 2015, André-Pierre Alexandre est monté au capital et possède désormais 88% des parts de cette société. Elle fonctionne sur un modèle de vente un peu particulier appelé tour à tour vente à système « multiniveau », Multi Level Marketing (MLM), marketing de réseau ou encore marketing relationnel.

On vous en explique le principe. Akeo est une entreprise de vente et elle vend de tout : des produits d’entretien, de la lingerie, des parfums, des forfaits téléphoniques… Sauf qu’aucun de ses produits n’est disponible en magasin, ce sont les clients qui achètent les produits directement à Akeo et deviennent à leur tour revendeurs.

Akeo Fillon 2
Acclamé par 8.000 personnes / Crédits : Yann Bohac

Des dentifrices très chers et des commissions

Contre 149 euros, prix du kit de démarrage, comprenant les catalogues, des documents de formation et des échantillons, chacun peut devenir vendeur distributeur indépendant (VDI), un statut bien légal. Il achète ensuite un stock à prix usine à Akeo, qu’il devra revendre au tarif public. Les produits ne sont pas donnés : 5,80 euros pour le dentifrice le moins cher, 11,90 euros pour un shampoing. « On fait le pari de la qualité », justifie le boss d’Akeo. Pour Vincent*, ancien d’Akeo de 2010 à 2011, « le prix des produits est scandaleux » :

« Ils expliquent que ces tarifs incluent la livraison à domicile, le lien social créé pendant la vente, blablabla… mais ça s’explique simplement par les commissions à verser à chacun. »

Car en plus de la commission versée au vendeur, vous touchez 5% sur les ventes réalisées par chacune des personnes que vous parrainez. Mais aussi un pourcentage sur les ventes de chaque échelon en dessous. Selon plusieurs anciens vendeurs contactés, c’est là le principal business. « Le but, c’est clairement de recruter le plus possible », assure ainsi Vincent. Grand-mère, voisin, potos, tout le monde doit être contacté : c’est votre première clientèle.

Car, plus un VDI gagne avec ses ventes et celles de ses recrues, plus il grimpe dans la hiérarchie via des grades aux noms ronflants. D’abord simple conseiller vous devenez junior puis manager, manager exécutif, émeraude, saphir, rubis et enfin, le stade ultime : diamant. « Là, vous êtes Benoit XVI et le pape François réunis », ironise Michael. Selon le boss d’Akeo, il est possible de gagner sa vie sans recruter, c’est simplement « une des possibilités ».

C’est la faute aux vendeurs

En outre, pour maintenir son grade, il faut s’assurer de vendre toujours autant chaque mois et vos recrutés doivent en faire autant. « Le système est extrêmement pervers : Akeo ne fait pas la distinction entre vendeurs et acheteurs, du coup lorsque vous achetez chez eux, ils considèrent que c’est ce que vous vendez mais au final vous vous retrouvez à accumuler des stocks impossibles à écouler. Des gens se ruinent pour ça car les objectifs fixés par nos managers sont intenables », détaille Vincent. Sur la toile, de nombreux anciens vendeurs dénoncent ce système. Michael enfonce le clou :

« Je pense qu’il y en a 20 à 25 qui s’en mettent plein les poches, le reste ce sont des petits gens comme nous qui ne gagnent pas un sou. »

Akeo Fillon 1
Heureux. / Crédits : DR

André-Pierre Alexandre se défend en expliquant que sa société accepte de reprendre les invendus. Robert*, un ancien membre du GEPM et manager pendant 15 ans chez Akeo défend son ancien boss :

« Il y aura toujours des déçus du multiniveau. Certains sont capables d’y arriver mais d’autres doivent aussi avoir l’humilité de reconnaître qu’ils peuvent être responsables de leur échec. »

André-Pierre Alexandre ne dit pas autre chose. « Ceux qui n’y arrivent pas préfèrent mettre la faute sur les autres. » Un argument qui a le don d’énerver Vincent, l’ex-vendeur :

« C’est typique de ce qu’on nous dit si on n’arrive pas à faire nos chiffres du mois : si vous n’y arrivez pas, c’est que vous n’appliquez pas la méthode, c’est que vous n’êtes pas bon. C’est de la culpabilisation. »

Retour aux pyramides

Akeo joue avec la législation qui encadre la vente multiniveau. StreetPress a contacté la Fédération de la vente directe, dont fait partie Akeo, pour nous aider à distinguer vente directe et système pyramidal :

« Le parrainage est autorisé. Recevoir des commissions sur les ventes des personnes recrutées aussi. Par contre, rémunérer directement quelqu’un pour le seul motif qu’il a recruté quelqu’un est illégal. »

Le code de la consommation interdit également de donner des objectifs chiffrés aux vendeurs distributeurs indépendants. Alors chez Akeo, pas d’objectifs chiffrés ?

« On a des objectifs dans les faits, toutes les semaines, par téléphone ou en direct, votre manager vous pousse à faire votre chiffre car de vos ventes dépendent son statut », explique Michael. Les anciens vendeurs que nous avons joints relèvent la frontière extrêmement fine entre vente multiniveau et pyramidale. « Akeo a été assez habile pour ne plus coller à la définition d’un système pyramidal mais dans les faits ça y ressemble », relève Vincent. Michael ne dit pas autre chose :

« Clairement, on joue sur les mots quand ils parlent de multiniveau au lieu d’un système pyramidal. »

Encore une fois le boss d’Akeo nie l’existence d’objectifs chiffrés. « Akeo respecte scrupuleusement la loi. »

« Éloigne-toi des personnes négatives »

Au-delà de l’aspect pyramidal, les pratiques sectaires en cours du temps du GEPM seraient-elles toujours en vigueur ? Dans le rapport parlementaire sur les sectes et l’argent de 1999, les députés Gest-Guyard parlaient déjà de la dangerosité d’entreprises de vente pyramidale de leur « “climat quasi-religieux” qui n’était pas sans ressemblance avec cette technique commerciale qui exalte collectivement les performances des vendeurs” ». Pour la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, « en l’état actuel des informations détenues, les pratiques relevées ne peuvent être considérées comme ayant un caractère sectaire ».

Akeo Fillon 3
Attention aux invitations / Crédits : Yann Bohac

Thérèse Haim, vice présidente de l’ADFI Paris, Association pour la Défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes écarte également le qualificatif car tous les critères ne sont pas présents, mais « leurs méthodes d’emprise sont effectivement proches de celles des sectes ». Vincent, l’ancien d’Akeo confirme :

« Culte du secret, rupture avec le monde extérieur, culpabilisation, intimidation, pour moi, il n’y a pas de doutes, la mécanique est clairement sectaire. Et je le dis sans acrimonie, sans esprit de vengeance, c’est vraiment ce que j’ai vécu. »

Pour Mickaël aussi, Akeo encourage l’entre-soi et la rupture avec tous ceux qui n’adhèrent pas au concept :

« Au début je vendais des produits à ma mère qui me soutenait, mais très vite elle m’a dit qu’elle en avait assez. Quand j’en ai parlé à mon manager, il m’a dit : éloigne-toi des personnes négatives, elles sont énergivores… »

Akeo Fillon 4
Une réputation sulfureuse / Crédits : DR

Joint par StreetPress, Patrick*, chef d’entreprise a, lui, vu sa plus proche collaboratrice « devenir une autre personne » suite à son implication dans Akeo. Son comportement a changé du tout au tout :

« Elle s’est peu à peu détachée de ses valeurs, elle qui était si altruiste se foutait tout à coup de tout, elle était complètement coupée du monde extérieur. »

Après des mois de suspicions, Patrick découvre que sa collaboratrice démarche d’autres employés de la boîte. Aujourd’hui, il n’a plus du tout de contact avec elle. « Pour moi, ils ont détruit une personne qui m’était chère. L’emprise est totale, c’est catastrophique l’impact que ça peut avoir », renchérit-il. « Vous devez manger, boire, vivre Akeo, lire des bouquins de développement personnel, écouter des cassettes : c’est clairement du bourrage de crâne », ajoute Michael.

Des pratiques sectaires chez Akeo ? Pour André-Pierre Alexandre, ces propos sont mensongers. A l’entendre, la société ferait même de la prévention « on pousse les gens à ne pas être obnubilés ni par Akeo, ni par autre chose ». Circulez, il n’y a rien à voir.

*Les prénoms ont été changés à la demande des personnes interviewées.


L'actu