Au procès Cortex la défense joue la carte « Jean Reno » contre Hortefeux

Au procès Cortex la défense joue la carte « Jean Reno » contre Hortefeux

Et si Cortex jouait dans le prochain film de Luc Besson ?

Procès | Reportages | par | 28 Avril 2011

Au procès Cortex la défense joue la carte « Jean Reno » contre Hortefeux

«Poivrot» «ivrogne»: Hortefeux n'a pas gouté les propos de Cortex à son égard. A l'issu d'un procès le parquet demande 1.000 euros d'amende. Un somme «disproportionné» pour la défense qui compare le rappeur à «Jean Reno dans Léon».

Jeudi 28 avril – 17ème chambre du tribunal correctionnel de Paris. « On est détendu ! Relax quoi ! » Cortex, le rappeur-provocateur que vous avait fait découvrir StreetPress en juillet dernier à l’occasion d’un procès qui l’opposait à Marine Le Pen , n’est pas spécialement inquiet quelques minutes avant le début de son procès pour injures, notamment à l’encontre de Brice Hortefeux.

LOL-time au tribunal

« Brice, ils disent que t’es un gros poivrot, un ivrogne cousin et c’est pour ça que t’as des tâches roses sur la peau ».« La Police française c’est des gros pédés ! » « Les CRS mettent des matraques parce qu’ils sont sado-maso, ils se les enfoncent dans le cul ». Au nom de Brice Hortefeux – qui ne s’est pas constitué partie civile – mais aussi du ministère et « des représentants de l’autorité publique », le parquet cite directement Cortex pour ces envolées lyriques publiées dans des vidéos via Youtube.

Dans la salle d’audience, c’est le fou-rire généralisé quand la juge énonce de la manière la plus laconique qui soit les phrases incriminées. Devant la barre, Cortex – Sebastien Gozlin de son vrai nom – savoure le succès de son one-man-show et en rajoute une couche: « Et il est pas venu Brice ? » Pour peu le TGI revêt des allures de Jamel Comedy Club. Avant l’audience Cortex avait prévenu: « Ça va être du grand cinéma quand je vais parler ! »

Cortex dans Léon ?

L’ambiance se refroidit brutalement quand la juge revient sur le passé judiciaire de Cortex. Condamné à des travaux d’intérêt général à de nombreuses reprises pour conduite sans permis et en état d’ébriété, il a surtout pris 1 an de prison – dont 4 mois ferme – pour des violences aggravées sur des CRS. Une condamnation qui remonte à 2002 mais dont se sert la procureur de la République pour rappeler que les lyrics de Cortex « ne sont pas que des paroles en l’air ».

Vidéo - Cortex, l’interview Streetpress

Mais pour l’avocat du rappeur des Pyramides Jérôme Hassid, Sebastien Gozlin est « comme Jean Reno dans Léon »: « Dans son esprit, ce n’est pas lui ! C’est son alter-ego Cortex ! Il est l’acteur principal, le metteur en scène, le scénariste des vidéos … On n’a jamais vu Jean Reno au tribunal parce qu’il tue des policiers dans ces films ! » A l’avocat de rappeler l’histoire difficile de Sebastien Gozlin – qui n’a rien avoir avec celle de l’acteur fétiche de Luc Besson: Sa mère qui l’a élevé seule est décédée quand il avait 6 ans. Gozlin a grandi dans des foyers d’accueil.

1.000 euros

Quand il a été entendu par la police au moment de la plainte de l’ex-ministre en novembre, Cortex s’est présenté comme « un rappeur-humoriste » et a expliqué « faire le one-man-show sur Google pour faire le buzz de son album » Et surtout « pour ne pas tomber dans l’oubli ». A l’occasion de notre première rencontre il avait même confié faire ça pour « faire marrer les potes ». « J’ai toujours été le comique! », rigolait celui qui tient son surnom (depuis le collège) du dessin animé Minus et Cortex. Aujourd’hui, sa quête d’affection et de notoriété pourrait lui coûter 1.000 euros d’amende si la juge donne raison au procureur.

Vidéo - Les Indestructibles – Cortex feat Alkapote

Devant les journalistes – en l’occurrence StreetPress puisque malgré ce qu’il espérait aucune caméra n’avait fait le déplacement – Sebastien Gozlin jure que « pour lui 1.000 euros c’est rien ». Son avocat trouve au contraire « la somme disproportionnée » pour un homme qui vit du chômage. Car malgré le buzz, la sucess-story est encore loin: Le dernier album de Cortex Instinct Meurtrier n’a été pressé qu’à 1.000 exemplaires tandis que sa marque de fringues Gangster de Tess’ – dont il portait aujourd’hui un t-shirt floqué « Ghetto 91 », ne lui rapporte rien. Le délibéré est attendu pour le 9 juin. D’ici là Cortex fera son come-back le 31 mai pour répondre d’une autre affaire: cette fois-ci des menaces de mort à l’encontre de Marine Le Pen.

Bonus Tracks

Venu soutenir son pote, le rappeur Abdul X – lui aussi poursuivi par Brice Hortefeux pour les mêmes motifs que Cortex – a glissé quelques tuyaux à StreetPress sur la famille présidentielle pendant l’audience . Selon ses sources, Nicolas Sarkozy aurait été interné dans un hôpital à cause d’une overdose de cocaïne. Plus fou encore Abuld X connaîtrat le dealer du président – « un rasta qui est même rentré dans le bureau de Carla ! ». Et comme une info ne vient jamais seule, un des fils Sarkozy « aurait pécho 10 meuges à Colombes cette semaine ». Et Edouard Balladur, il prend du crack ?

Edit du 29.04: Ce n’est pas Brice Hortefeux qui poursuit Cortex mais bien le parquet qui cite directement le rappeur. A StreetPress, une petite formation en droit ne serait pas de trop :)


L'actu