x

Oubliez les SPAMs, la newsletter StreetPress est 100% utile

Continuer ma lecture sur StreetPress

On était au « tremplin hip-hop » avec les meilleurs rappeurs de l'Ile-de-France

A la recherche de la Nouvelle Star... mais avec de vrais MC dedans

Swag | Contre enquête | par | 5 Décembre 2012

On était au « tremplin hip-hop » avec les meilleurs rappeurs de l'Ile-de-France

Des basses lourdes, des MC's motivés, du flow, de l'humour à revendre… Bref, de quoi chauffer une salle ! Mission réussie pour les 9 finalistes 2013 du concours Buzz Booster Ile-de-France. La cerise sur le micro : le show de Rocca.

Le concours Buzz Booster, c’est quoi ? C’est une sorte d‘« Emergenza » du rap, un tremplin pour les groupes de hip-hop. Là, on en était au stade de la finale régionale : l’enjeu, donc, être le représentant de l’Ile-de-France au concours national, qui aura lieu à Marseille en avril 2013. Un peu comme les Miss France, oui. L’an passé, c’est le duo parisien Gaïden et Yoshi qui avait emporté la mise.

C’était où ? À la Bellevilloise, le partenaire du tournoi pour la 3ème année. Les précédentes étapes (des sélections à la demi-finale) se sont déroulées au Centre musical Fleury Goutte d’Or-Barbara, au Café la Pêche à Montreuil ou encore à la Main d’œuvre.

Le but ? Favoriser, enrichir, développer et structurer la diffusion du hip-hop sont les quatre mots d’ordre du réseau national Buzz Booster, piloté par l’association Hip Hop Citoyens.

Combien de groupes ? À l’origine, ils étaient 400 groupes à se présenter. Y’a d’abord eu un écrémage sur écoute, puis 3 auditions sur scène et il restait donc les 9 finalistes de la région Ile-de-France : Babali Show, F.du.C., Dirty Zoo, MZ, Lunik, I.M.O. & Nesy, La Storm, Titine Boy et Dandyguel. Ouais, c’est presque pire que la Nouvelle Star. Sauf que y’a plus de basses.

Comment les départager ? Ils ont 10 minutes pour saisir le public : se démarquer, s’affirmer, marquer les esprits, faire la différence devant les jurés. Chacun y va de sa stratégie : style, humour, danse, chauffeurs de salle… Et ça commence fort : « HUM, j’aime les fesses ! » scande en boucle MZ (MafiaZeutrei), le premier groupe qui passe. C’est leur première grosse scène et ça se sent un peu.

Qui juge ? Au fond de la salle, surélevés, nos quatre jurés assis en rang d’oignons notent les prestations de chacun : Zoxea, rappeur connu et reconnu, Mehdi, de Rap 2 France, Julien Cholewa de Paris Hip Hop et François, de Call 911, partenaire de l’événement.

L’ambiance Détendue, même si la plupart des gens dans le public venaient pour soutenir un ou des potes, ils restaient fair-play quand les concurrents passaient. Et paraît-il qu’en coulisses, c’est la même, que les rappeurs sont super sympas les uns avec les autres.

Où sont les femmes ? Nulle part, aucune représentante féminine pour cette finale. Un hommage à Patrick Juvet sans doute.

Le public Un mixte Paris-Banlieue dans la salle, 250 entrées, environ 25 ans. Soit des potes des groupes présents sur scène, soit des fans du rappeur Rocca, ex-membre de La Cliqua, qui a fait une prestation à la toute fin du tournoi.

Danse ou pas danse ? Pas trop. Si la température monte au fur et à mesure des shows, on notera que Mister Public préfère rester à l’aise sous son gros manteau, voire emmitouflé sous son bonnet ou sa casquette… Un jeune homme, dans le public, se marre : « C’est aussi pour le style, frère ! »

Qu’est-ce qu’on boit ? On boit pas beaucoup, parce que c’est pas donné : 7,5 € la pinte, 4 € le demi ou le verre de vin… Plus 7 euros l’entrée (8€ sur place).

Le vainqueur Lun1k, et Dandyguel n’était pas loin derrière.

Le vainqueur c’est Lun1k

Et ça commence fort : « HUM, j’aime les fesses ! » scande en boucle MZ


L'actu