Oubliez les SPAMs, la newsletter StreetPress est 100% utile

Continuer ma lecture sur StreetPress

Débrouille : comment construire une roulotte de A à Z ?

StreetPress, encore plus efficace qu'un manuel Ikea

Plan B | Reportages | par | 30 Janvier 2013

Débrouille : comment construire une roulotte de A à Z ?

Une roulotte pour traverser le monde, vous en rêvez ? Ils l'ont fait, et nous racontent toutes les étapes de la construction de l'engin. Ames bricoleuses et débrouillardes, c'est cadeau.

Déjà, c’est quoi la différence entre une roulotte et une caravane ? Une caravane, vous visualisez bien ? Papa accroche la sienne à sa Laguna quand il part s’installer au camping des Flots Bleus pour les vacances d’été. Roulotte et caravane ont pour point commun l’esprit du voyage au gré des routes. Mais la roulotte est, généralement, faite de bois, de manière artisanale et tractée par des chevaux de traits. On lui associe l’esprit tzigane, l’esprit des populations nomades de l’Europe de l’Est.

C’est fait pour vous si… Vous n’avez pas peur de bricoler. Yannick, 28 ans, a construit sa « roulotte qui gigote » l’an passé, mille rêves de vie nomade avec sa femme et ses deux enfants en tête. Lui ne « savait pas souder », et a dû apprendre sur le tas. « Avant de s’embarquer, il faut se sentir capable d’apprendre, de dépasser ses peurs. » Percer, poncer, scier, cheviller, souder, coller, balayer, astiquer : rien ne doit particulièrement vous angoisser. Après, rien ne sert d’avoir un master 2 de mécanique (si tant est que ça existe), il faut juste avoir l’envie d’avoir envie, pour plagier Johnny. « Même ceux qui pensent ne rien savoir faire, au final, ils trouvent toujours un moyen d’aider », sourit Johanna, dite « Jojo », une jeune femme de 25 ans qui construit lentement mais sûrement sa roulotte depuis deux ans. Evidemment, si vous connaissez quelqu’un qui a déjà construit sa roulotte, ça peut servir. Chez Johanna, par exemple, c’est une histoire de famille : quand elle était en maternelle, son père avait construit et installé une roulotte dans son jardin.

De quels matériaux vous avez besoin ? Tout dépend de vos goûts : la roulotte de Jojo « sera exclusivement faite en bois. Sans clous, ni tôle. » Yannick et sa famille, basés dans les Landes, ont opté pour la version écolo de la roulotte : « C’était important de ne prendre que des matériaux écologiques et locaux dès qu’on le pouvait. On s’est même servis de liège en bouchons de vin recyclés. » Autre détail qui a son importance : votre budget. En fonction de l’étendue de votre porte-monnaie, vous choisirez vos matériaux. À noter qu’il faut prendre en compte le poids de vos affaires (et de vous-même !) parce que, comme le rappelle Yannick, « la roulotte est tractée par des chevaux, on a donc une contrainte de poids. »

Qui sont ces gens ?

À ma droite, « La roulotte qui gigote », une aventure en famille, pour « montrer aux gens qu’il est possible de vivre différemment ». Habitent dans la petite maison sur roues Yannick, sa femme Maude et leurs deux enfants, âgés de 4 ans et 18 mois ; Pour l’aîné, point d’école, mais une « instruction en famille. » Pas de délai de retour, pas de lieu particulier en tête mais la volonté de s’arrêter dans des fermes alternatives ou encore des éco-villages. Ils sont partis pour au moins un an, dans le but d’écrire un livre, qui sera une compilation de portraits d’hommes et de femmes pour « une société plus juste, durable et solidaire. » Et dans les cartons de Yannick, également la volonté d’écrire un guide pour construire une roulotte. Pour financer le tout, le couple organise des petits ateliers (conseils commerciaux, animations autour des économies d’énergie, loisirs créatifs etc…)

À ma gauche, à Paris, Johanna/Jojo, 25 ans, et son chantier collectif – le chantier est à deux heures de route de Paris. Elle a prévu de terminer sa roulotte à l’été 2014, pour ensuite voyager en France, et peut-être plus loin, mais rien n’est encore fixé. À ses côtés, 3 autres « piliers » et des dizaines de potes venus aider un peu, beaucoup, passionnément.
D’ici à deux semaines, une asso va naître officiellement, pour pouvoir soulever des fonds qui porteront les projets culturels mis en place autour de la roulotte : musique, théâtre, etc… Une scène, calée entre le châssis et la caisse, est même prévue.

Combien ça coûte ? Money, money, money… Comptez max 5.000 € – si on zappe le coût des chevaux (environ 2.000 € le cheval) et celui des outils. De ses 3 mètres 10 de hauteur et ses 4 mètres 50 de longueur, la roulotte de Jojo a mangé moins de 5.000 €, exclusivement pour l’achat du bois, de la colle, des produits pour protéger le bois, des vitrages et de l’isolation. La roulotte qui gigote
de Yannick est plus imposante, une vraie maison sur roues de 10 m2, qui leur a coûté à peu près la même somme. « On a fait beaucoup de récup’. On nous a donné le parquet, les fenêtres. Et on a eu des remises par certaines entreprises qui ont aimé notre projet. » Et si vous avez l’esprit vagabond, mais la flemme de passer des semaines sur une roulotte, en deux clics sur Internet, vous pouvez trouver des roulottes à 10.000 € (et à 50.000 € aussi). Un prix rédhibitoire pour Yannick qui raconte qu’au départ, il pensait en acheter une, « mais financièrement, c’était difficile. Ma femme m’a poussé à m’en construire une par moi-même. »

Combien de temps ça prend ? À temps plein, environ 3 mois – plus 1 mois et demi pour chercher des aides et fouiner pour dénicher des pièces de recup’. L’accouchement de la roulotte de Jojo est, lui, un peu plus long – elle et ses amis construisant cette roulotte ne viennent pas sur le chantier tous les jours.

Doit-on être plusieurs pour la construire ? Oui et non. Pour certaines étapes, vous aurez besoin d’aide, mais pas pour toutes. Dans tous les cas, ne soyez pas plus de six, conseille Johanna. « Après, ça devient trop compliqué, notamment parce qu’il n’y a pas forcément assez d’outils. » Jojo insiste tout de même sur le côté entraide quand on est plusieurs sur le même projet : « Nous, on avance, on grandit ensemble. » Yannick était dans une autre optique, il a presque tout fait seul. « Même s’il y a des moments où il faut au minimum être deux. »


Un petit tour en roulotte ?

Les choses à savoir avant de se lancer ? Déjà, commencez par bien peser le pour et le contre du projet. Yannick, par exemple, a pris en compte sa situation familiale quand il a pensé et réalisé son châssis (la pièce sur laquelle se pose la caisse de la roulotte, ndlr) : « On l’a conçu dans l’optique de mettre des bacs sous le parquet. Ce qui nous permet d’avoir à peu près 5 mètres cube de rangements en plus. » De son côté, Jojo et ses potes musiciens ont réfléchi, avant même la construction, à glisser une scène entre la caisse et le châssis pour pouvoir « faire des spectacles en plein air. » Une fois que vous avez votre projet en tête, prenez en compte les contraintes de poids, surtout pour les sympathiques chevaux qui vous traîneront partout.

Peut-on rouler n’importe où avec une roulotte ? Déjà, sachez que si vous souhaitez prendre la route avec des chevaux, il faudra n*e pas dépasser 2,55 mètres de largeur, 4,10 mètres de hauteur et 12 mètres de longueur*. Même si… aucune réglementation réelle n’existe sur les transports à traction animale ! Concrètement, même si se déplacer en roulotte sur le périph’ est quasi suicidaire, aucune loi ne l’interdit. C’est comme « manger en voiture », nous explique la prévention routière. Mais si vous perturbez la circulation, ou si vous provoquez un accident, là, pour le coup, vous pourrez en être tenu pour responsable. Sachant qu’une roulotte avance, en moyenne, à 10 km/heure…

Comment ça s’aménage ce genre de maison sur roues ? Tous les aménagements intérieurs sont possibles, de quoi ravie Valérie Damidot : avec ou sans électricité, douche ou pas douche… « L’esprit roulotte » est assez proche d’une vie à l’ancienne : poêle à bois, simple bac résiné en lieu et place de la douche, bougies… Yannick a installé des panneaux solaires pour l’énergie, d’autres des éoliennes. Libre à vous, donc, de vous alimentez via des énergies renouvelables.

Est-ce que devenir nomade, c’est se confronter en permanence au regard des autres ? Bien au contraire, et nos nomades sont unanimes à ce sujet. « C’est vrai que je sens parfois de l’appréhension de la part de certains potes-vis-à-vis de cet autre mode de vie. Mais plus on te dit que c’est utopique, plus t’as envie de prouver que c’est possible. »
Plus de positif que de négatif, également, pour Yannick et sa famille : « Au contraire, on est entourés de gens bienveillants. Et puis on ne le fait pas de manière marginale, notre but est avant tout de communiquer et de rencontrer des gens. Y’a aussi qu’on fait ce que d’autres rêvent de faire. »


Allez, reste plus que trois mois de boulot !


Donc ça, c’est la douche

Les étapes de la construction Ah enfin, on arrive à la fiche Ikea (sauf que vous avez besoin d’un peu plus qu’un marteau) :
1 – Achat, construction ou rénovation du châssis
2 – Réalisation des plans et/ou une maquette 3D de la caisse
3 – Construction de la structure de la caisse
4 – Mise en place des arceaux
5 – Le plancher
6 – le contreplaqué entre les arceaux
7 – isolation (laine de verre) + bâches
8 – fenêtres et portes
9 – le coche & le balcon
10 – l’aménagement intérieur : récup’+ tout bois+ Poêle à bois + toilettes sèches (si toilettes)…

Pour aller plus loin… Si vous souhaitez contacter Johanna : johanna-camus@hotmail.fr / Si vous souhaitez contacter Yannick – « La roulotte qui gigote » : laroulottequigigotte@gmail.com

Et voici d’autres projets, présents sur la toile, qui peuvent être source d’inspiration :
> Le cirque bidon
> La Galoupiote
> Jay Safer, un américain qui s’est spécialisé dans la construction de maison de 10 mètres carré