Claude Hermant condamné à sept ans de prison pour la vente de plus de 200 armes

Brèves

L’ex-indic de la gendarmerie, jugé pour avoir vendu plus de 200 armes – dont celles utilisées dans l’attentat de l’Hyper Cacher – jurait être en service commandé. Le tribunal n’a pas été convaincu. Claude Hermant écope de 7 ans de prison.

Claude Hermant ne l’a jamais nié : il a bien vendu des armes. Plus de 200, il l’admet. Il conteste quelques lots ici ou là. Mais ce n’est pas le cœur du dossier. S’il a bien fourgué du pistolet-mitrailleur en grande quantité [comme StreetPress le racontait par ici], c’est « toujours avec l’aval de la gendarmerie », dit-il. L’ « injection » d’armes devait permettre aux gendarmes qu’il renseignait d’attraper de plus gros poissons, assure l’indic. Un trafic validé par des agents de renseignement de l’armée ? L’affaire était grosse à avaler et le tribunal n’a pas acheté cette version : Claude Hermant écope de sept ans de prison ferme et 30.000 euros d’amende.

Pourtant, au fil du procès que StreetPress avait couvert, le doute s’est parfois immiscé. Ainsi l’audition des trois gendarmes chargés d’exploiter les tuyaux du tonton avait tourné au fiasco. Maître Moulin, l’avocat du trafiquant, a pointé les incohérences et les fautes déontologiques : faux documents, témoignages contradictoire… Mais ça n’a pas suffi à démontrer la version d’Hermant. On attend désormais le match retour ou plutôt le procès en appel. Claude Hermant, comme son épouse condamnée à 5 ans de prison dont 3 avec sursis, ont décidé de faire appel, précise à StreetPress maître Moulin. D’ici là, Aurore Hermant ne dormira pas en prison : sa condamnation n’est pas assortie d’un mandat de dépôt.

Tous condamnés !

Samir Ladjali a toujours nié avoir acheté des armes. Lui, ce qui l’intéressait c’était la friterie d’Aurore et Claude (et parfois une ou deux batteries de casseroles), assure-t-il. Pourtant selon les enquêteurs et le trafiquant, pour une fois sur la même ligne, c’est lui qui aurait acheté tout le stock. La non-plus, le tribunal n’a pas acheté l’histoire. Il écope de 5 ans de prison ferme. Son avocate, Cherifa Benmouffok explique à La Voix du Nord réfléchir à l’opportunité d’un appel. Quoi qu’il décide, pour lui, l’affaire ne s’arrête pas là : Il est également mis en examen pour avoir revendu une partie de ces armes à Amedy Coulibaly, l’auteur de la tuerie de l’Hyper Cacher.


%


L'actu