Piratage: 1ère Copy Party à la bibliothèque

Piratage: 1ère Copy Party à la bibliothèque

Actu | Reportages | par | 8 Mars 2012

Piratage: 1ère Copy Party à la bibliothèque

Mercredi soir à la bibliothèque universitaire de La-Roche-sur-Yon (Vendée), se tenait la première mondiale de la copy party. Non, ce n’était pas un appel au piratage, mais bel et bien un détournement du concept de “copy party” initialement utilisé par les hackers. A l’heure de la fermeture de Megaupload et d’Hadopi, le but étant de sensibiliser le public à la problématique du droit d’auteur mais aussi de réfléchir à la circulation et au partage des savoirs à l’heure du numérique. 
.
HAPPENING Imaginée par Lionel Maurel, Olivier Ertzscheid et Silvère Mercier, cette opération inédite invitait les férus de culture à venir “équipés de scanners, de téléphones ou d’ordinateurs portables” pour copier des oeuvres de la bilbliothèque.
.
“Au travers d’une action symbolique, militante et festive, il s’agit de sensibiliser les usagers à la législation sur le droit d’auteur et la copie privée ainsi qu’aux problématiques du partage des oeuvres aujourd’hui”, expliquent les organisateurs, pour “questionner les acteurs politiques nationaux et locaux sur l’essor des politiques de criminalisation des pratiques numériques et sur l’urgence de maintenir une libre circulation des savoirs dans le cadre d’une offre légale”. 
COPIEGALE Ainsi, les usagers des bibliothèques sont dans la légalité, qu’ils soient ou non propriétaires du support original, en copiant une source licite pour un usage privé. Car depuis un amendement déposé en décembre dernier par le député UMP Lionel Tardy, la loi a introduit une nuance : l’auteur ne peut pas interdire “les copies ou reproductions réalisées à partir d’une source licite et strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective”. Tous les participants étaient ainsi invités à copier les livres, CD, ou DVD issus des fonds des bibliothèques, en usant de l’exception pour copie privée prévue dans le CPI
DROITS Parmi les 90 participants, un mélange d’étudiants et d’habitants de la Roche-sur-Yon, tous ont trouvé le  “concept sympa”, même si on n’a pas besoin de copy party pour le faire rappelle Olivier Ertzscheid. Il s’est dit satisfait car “il y a eu un très bon retour de la part des participants”, et il attend désormais “que d’autres prennent cette initiative”. L’association La cantine numérique, aurait déjà prévue de réitérer l’opération fin mars à Nantes. 

 


L'actu