Procès : 56 graffeurs à la Cour de Versailles

Procès : 56 graffeurs à la Cour de Versailles

Actu | Reportages | par | 25 Mai 2012

Procès : 56 graffeurs à la Cour de Versailles

Vendredi 25 mai, la Cour d’Appel de Versailles lance la dernière audience dans l’affaire opposant la RATP et la SNCF à 56 graffeurs adeptes de la customisation des wagons de métro parisien.


Dix ans après L’origine de l’affaire est plus que banale : une simple perquisition pour trafic de stup. Mais cela a débouché sur le démantèlement du noyau dur des graffeurs de trains en 2002. Deux ans d’enquête auront été nécessaires pour traduire en justice les 56 graffeurs pour « dégradation volontaire en réunion »


Ce n’est qu’en 2009 que l’affaire sera jugée au pénal. Le premier volet civil, lui, eu lieu le 21 septembre 2010 soit dix ans après leurs arrestation. La partie civile réclamait alors la somme de 1,8 million d’euros de dommages et intérêts. Les books des graffeurs, mis sous scellés, dernière trace de leur art,  n’ont pas été rendus et risquent d’être détruits. Quant à la prison, elle a été évitée de peu.


Très attendue, l’audience de vendredi ne devrait pas aller à l’encontre de la clémence des premiers verdicts. Difficile de condamner (lourdement) ces graffeurs pour des faits remontant à dix ans. La plupart d’entre eux sont désormais des artistes reconnus, exposant dans des galeries et musées internationaux.


pétition Karim Boukercha, auteur de Descente interdite (éd. Alternatives) a lancé une pétition pour que les books confisqués des graffeurs ne soient pas détruits mais confiés aux Archives Nationales. La pétition a déjà été signée par plus de 3.500 personnes, dont Oxmo Puccino, Virgnie Despentes ou encore Vincent Cassel. Apportez votre soutient ici.


L'actu