Sénégal: Un "printemps africain"?

Brèves

Une nouvelle victoire pour les peuples africains.


Le président sénégalais, Abdoulaye Wade a fini par annoncer le retrait de la réforme de la Constitution après les violentes manifestations qui ont tourné à l’émeute à Dakar …


Les manifestants dénonçaient  une réforme qui visait à faciliter l’élection d’un « ticket » présidentiel pour Wade et son fils.


Une des dispositions les plus controversées était le projet de loi qui devait permettre aux Sénégalais d’élire simultanément un président et un vice-président sur la base du fameux « ticket ».


En clair, pour l’emporter il ne devait recueillir au premier tour que 25% des suffrages au lieu de la majorité absolue, 50% plus une voix.


Entre une et plusieurs milliers de personnes, selon différentes estimations, étaient postées devant le portail de l’Assemblée, face à des policiers anti-émeutes qui tentaient de les disperser à coup de gazs lacrymogènes et de jets d’eau. Selon une source policière, cent deux personnes, dont 13 policiers, ont été blessées au cours des heurts.


Pour le quotidien d’opposition  Walfadjri, c’est une victoire « historique » et « ce qui s’est passé hier à l’Assemblée nationale restera à jamais gravé dans les mémoires ». Dans une interview, le secrétaire générale du Parti socialiste et son confrère de l’Alliance des forces du progrès parlent même de « printemps africain » et affirment : « Au-delà du retrait de la loi, il faut que Wade dégage ».


L'actu
En poursuivant votre navigation, vous participez à un test en cours sur StreetPress, visant à préserver l'indépendance de notre rédaction et à financer le média. En savoir plus.