Santé : la e-cigarette, moins dangereuse que la cigarette ?

Bons plans | jusqu'au 08/06/2018

Adeptes de la cigarette électronique, on vous explique

Publicité sponsorisée par Arômes & liquides

Finie l’odeur collante de tabac froid : les pauses clopes ont désormais un goût de barbe à papa ou de caramel… autant d’arômes et de liquides que de consommateurs. Il est même aujourd’hui possible de créer son propre liquide pour cigarette électronique, en réalisant un mélange de parfums, et ainsi de composer une recette « sur mesure ». Certes, on a l’impression qu’il ne se passe pas une soirée sans que l’on soit entouré d’amis adeptes de la e-cigarette, mais les vapoteurs sont-ils nombreux ?

La cigarette électronique a eu son heure de gloire entre 2013 et 2014. Aujourd’hui, 2,5% des Français de 15 à 75 ans vapotent quotidiennement – sachant que près d’un tiers de la population fume quotidiennement des cigarettes classiques. Et l’intérêt pour la e-cigarette n’a pas l’air de diminuer : de plus en plus de gens se renseignent sur le sujet sur internet selon Google Trends.

E-cigarette
Requête “cigarette électronique” sur Google Trends /

Qui sont ces vapoteurs ?

Ils sont jeunes, plutôt de sexe masculin et avec un niveau d’études majoritairement égal ou inférieur au bac. Le profil des vapoteurs est donc proche de celui des fumeurs.

Pourquoi vapotent-ils ? La première raison évoquée est – on s’en doutait – celle d’échapper à la dépendance de la nicotine (c’est le cas des ¾ des répondants à l’enquête issue du Baromètre santé 2014-2015 comme le relève Libération). Les e-cigarettes permettent en effet de doser la nicotine inhalée.

Mais les utilisateurs évoquent également les économies réalisées (71% des fumeurs vapoteurs et 66% des ex-fumeurs, exclusivement vapoteurs) ou l’envie de prendre soin de sa santé.

Nocif ou pas ?

Déjà, un constat : dur dur d’avoir des conclusions scientifiques claires quant à la nocivité des cigarettes électroniques. Yves Martinet, interrogé dans le Huffington Post, met en garde :

« Il y a tout lieu de penser que c’est moins nocif que la cigarette, mais on ne peut pas le savoir de façon formelle. Surtout, nous n’avons pas le recul nécessaire pour connaître les effets à long terme. Il faut être prudent »

D’autres experts sont plus catégoriques. Le Pr Bernard Dautzenberg, pneumologue à l’hôpital La Pitié-Salpêtrière, interrogé par Marie Claire, estime :

« Un an de vapotage est moins cancérigène qu’une seule journée de tabac. »

Comment y voir plus clair ? Le gouvernement américain a commandé un rapport, qui compile 800 études. Voici quelques conclusions de ce rapport intitulé « conséquences sur la santé publique de l’e-cigarette » :

  • ce sont bien sûr des vapeurs toxiques que les vapoteurs inhalent et non des vapeurs d’eau ;

  • les aérosols présents dans les e-cigarettes contiennent des métaux ;

  • les produits ingérés peuvent endommager l’ADN.

Une info toutefois à retenir : « Il y a une preuve substantielle qu’un vapoteur soit exposé à moins de substances toxiques qu’un vrai fumeur », conclut le rapport, cité par le HuffPost.

Comment choisir votre e-cigarette ?

Pour choisir votre e-cigarette, il faut prendre en considération votre consommation de nicotine. Deux éléments sont ensuite à déterminer avec soin :


  • le mod (ou box) qui gère l’intensité de la diffusion (pouvant aller de 20 à 100w)

  • le tube pour inhaler, appelé clearomiseur, qui via une résistante, créer la vapeur que vous allez vapoter.

Et il est possible de vapoter n’importe quel e-liquide constitué de base neutre et/ou d’arômes concentrés.


L'actu