Voisins Vigilants, un business florissant et subventionné

Voisins Vigilants, un business florissant et subventionné

« Ce sont des vendeurs de soupe »

big brother | Contre enquête | par | 5 Juillet 2018

Voisins Vigilants, un business florissant et subventionné

Voisins Vigilants est un réseau de surveillance citoyen. Encouragé par l’état, les Régions et les Départements, ce système s’installe dans de nombreuses communes. De quoi remplir les poches de l’entreprise marseillaise qui commercialise le « service ».

Depuis vingt ans, leurs panneaux jaunes floqués d’un gros oeil tout noir s’implantent dans les villages et quartiers pavillonnaires de toute la France. C’est la signalétique « Voisins Vigilants », parfois accompagnée de petits mots doux évocateurs, du type :

« Si je n’alerte pas la police, mon voisin le fera ! »

De quoi « faire si peur aux cambrioleurs », assure Thierry Chicha dans la vidéo d’accueil de son site voisinsvigilants.org. Un pouvoir de dissuasion doublé par la possibilité d’envoyer des alertes. À Antony, des voisins ont ainsi signalé qu’une équipe de voleurs de voitures avait pris pour cible uniquement des « grosses cylindrées allemandes… » dans leur quartier.

Si le système vous tente, c’est 100 euros le panneau. Avec Sébastien Arabasz, les deux hommes d’affaires marseillais ont fait leur business sur les réseaux de surveillance de voisinage. En 2011, une circulaire signée du ministre de l’Intérieur Claude Guéant, appelle les préfectures à développer le concept des réseaux de voisins. En lien avec les gendarmeries, ils doivent permettre de renforcer « la sécurité publique » pour « mettre en échec la délinquance ».

Un an après, alors que Voisins Vigilants existe sous forme d’association depuis dix ans, les deux fondateurs déposent leur marque. Aujourd’hui, la start-up marseillaise composée d’une quinzaine de salariés revendique 300.000 foyers inscrits et 600 mairies clientes. Lancé avec un capital de 10.000 euros, l’entreprise aurait un chiffre d’affaires légèrement inférieur à 500.000 euros. La boîte refuse de communiquer sur ses bénéfices. Si bien que Voisins Vigilants, marque déposée, est en situation de quasi-monopole sur le marché. L’activité de l’entreprise est florissante en partie grâce à des subventions publiques.

Plusieurs milliers d’euros pour trois messages

Le business repose sur la vente de panneaux jaunes et de deux applications mobiles. Ces dernières fonctionnent comme de réseaux sociaux de voisinage. Contacté par téléphone, Thierry Chicha soutient que « la vente de panneaux ne génère presque pas de marges ». C’est le service d’appli qui constituerait environ 90% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

VV2
Capture d'écran de l’appli de la ville de Gagny. Lorsque la ville a adhéré, le nombre de Voisins vigilants est passé d’une douzaine à 390. /

Chacun peut installer sur son téléphone l’appli Voisins Vigilants. Un utilisateur qui veut envoyer une alerte sur le réseau devra payer, sauf si sa commune est cliente. Dans ce cas, c’est elle qui paye : comptez 800 euros par an pour une commune de 1.000 habitants, 2.000 euros pour 15.000 habitants, 7.000 euros pour 100.000 habitants. Sauf que la facture peut monter très vite, explique Rolin Cranoly, élu à la mairie de Gagny (93), une des dernières recrues de l’entreprise :

« Nous, nous n’avons pas encore envoyé une seule alerte car nous disposons d’un forfait de 1.500 SMS et chaque destinataire compte. Autrement dit, avec nos 500 voisins vigilants, au bout de trois alertes, on devra payer un supplément. »

« Ce sont des vendeurs de soupe »

C’est cette tarification jugée trop élevée, qui a conduit la mairie de Perpignan à quitter le dispositif. Pendant quatre ans, la Ville a été le plus gros client de l’entreprise : à 100 euros le panneau dans une ville de 120.000 habitants, l’addition grimpe vite. Quant aux « SMS » des deux applis, c’était 13.000 euros par an, « pour un service quasi-nul », affirme Pierre Parat, premier adjoint au maire :

« Ce sont des vendeurs de soupe. C’est nous qui avons tout fait : démarcher les habitants, recruter des nouveaux voisins pour l’entreprise, faire des réunions… En échange, on a juste eu une plateforme pour envoyer des messages d’alerte entre habitants, policiers et mairie. Voilà, c’est ça le service. »

« Une force de frappe en terme de com’ politique »

Mais si Voisins Vigilants a réussi à fidéliser 600 mairies, c’est bien qu’elles s’y retrouvent quelque part. Explication de David Danthier, directeur général adjoint des services à Antony (92) :

« La plateforme nous offre une réelle force de frappe en terme de communication politique. Elle fonctionne comme un réseau social, mais qui vise spécifiquement nos administrés. »

Pour Antony, le prix annuel – hors recharges – est de 7.000 euros. Un grain de sable dans le budget d’une ville de 60.000 habitants. Du côté de Perpignan, cela fait un an que la ville a résilié son contrat. Le maire a remplacé le service par le protocole de « participation citoyenne ». Il assure la liaison entre les administrés et les forces de l’ordre, conformément au protocole recommandé dans la circulaire de 2011.

Thierry Chicha, fondateur de Voisins Vigilants est très clair sur cette différence : « Le dispositif décrit par le ministère et notre entreprise n’ont pas la même approche. Nous proposons juste une sorte de réseau social, et nous pouvons exister sans soutien des autorités ». Pas d’ambiguïté là-dessus, mais le boss tient à la paternité du concept :

« Le système préconisé dans la circulaire ministérielle de 2011, c’est nous qui l’avons inspiré ! »

VV1
Jolie pub. /

Pierre Parat, premier adjoint de Perpignan, ne voit pas la success story tout à fait du même angle :

« Le système de voisins vigilants existe partout en France depuis plusieurs années. Puis, après la circulaire de 2011, une entreprise est arrivée avec une idée géniale : s’emparer du système et dire à tout le monde qu’ils sont les meilleurs ! Et tout le monde y croit ! »

Voisins Vigilants recommandé par les collectivités locales

David Danthier, de la mairie d’Antony, assure n’avoir jamais entendu parler du dispositif public de « participation citoyenne » :

« Qu’il s’agisse de la préfecture des Hauts-de-Seine, de l’Etat, des collectivités, tout le monde nous a recommandé Voisins Vigilants. »

Surtout, les pouvoirs publics ne se contentent pas de recommander la société Voisins Vigilants. En 2017, le département des Hauts-de-Seine a aidé Antony à payer l’entreprise par une subvention de 4.500 euros. Contacté par StreetPress, le service presse explique « n’avoir pas réussi à obtenir d’informations à ce sujet ». Pourtant, la somme apparaît dans le compte-rendu d’une commission départementale sur le budget, que StreetPress s’est procuré.

Ce système ne surprend pas Thierry Chicha : « pour le 92, je l’ignorais, mais je sais que la région Île-de-France subventionne déjà ». En effet, le projet budget 2017 de Valérie Pécresse prévoit de débloquer 100.000 euros pour « la mise en place » d’opérations « voisins vigilants ». La même somme était proposée l’année précédente.

L’état subventionne également le dispositif via le FIPD (Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance), créé par Nicolas Sarkozy en 2005. La « participation citoyenne » et les réseaux de « voisins vigilants » y sont éligibles. C’est ce fond qui, via le Département, a financé l’opération à Antony. Même histoire dans le 93 à Montfermeil, où la préfecture a puisé dans le FIPD. « Notre financement n’a duré qu’un an ou deux », précise un représentant de la préfecture joint par téléphone. Le ministère de l’Intérieur, contacté par StreetPress, n’a pas donné suite à nos sollicitations. Nous ne saurons donc pas combien l’État alloue chaque année à ce dispositif.

« Il ne peut pas y avoir de retour statistique »

Pour Thierry Chicha, rien de scandaleux à cela : « Nous, nous avons une expertise. On ne peut pas demander à l’Etat de tout faire ! ». Mais est-ce que Voisins Vigilants est efficace ? Rien n’oblige les mairies à rendre compte de l’impact du réseau sur la délinquance locale. En 2009, le député communiste Alain Bocquet a proposé de créer une commission d’enquête parlementaire sur « les résultats et garanties » de Voisins Vigilants. Sans succès.

C’est le flou, et Thierry Chicha est le premier à l’admettre :

« Il ne peut pas y avoir de retour statistique sur notre activité. La délinquance peut baisser, mais ça ne serait pas honnête d’imputer directement ces résultats aux Voisins Vigilants. »

Un raisonnement qui n’empêche pas le patron d’inscrire en page d’accueil de son site une promesse ambitieuse : « -40% de cambriolages ». Le chiffre, sorti de la circulaire de 2011, fait référence à un résultat tout à fait exceptionnel, obtenu dans « certaines communes de la Drôme ».

L’entreprise vient de se rebaptiser « Voisins vigilants et solidaires ». Parfait pour adoucir l’image de la boîte de Sébastien Arabasz et Thierry Chicha. Ce dernier assure avoir « plusieurs idées » pour développer son activité, mais pour le moment, c’est top secret.


L'actu