En ce moment

    31 / 01 / 2011

    Les députés répondent à StreetPress

    L'Islam fait-il partie de la France ?

    Par Olivia Vigno

    Grosse gêne dans les couloirs de l'Assemblée Nationale. Alors qu'Angela Merkel et le président allemand ont déclaré sans ambiguïté que « l'Islam fait partie de l'Allemagne » nos députés ont un peu plus de mal à franchir le pas.

    Les faits :

    En octobre 2010 le président allemand Christian Wullf déclarait à l’occasion du 20ème anniversaire de la réunification: « L’Islam fait aussi partie de l’Allemagne », des propos repris immédiatement par la chancelière Angela Merkel . A l’heure où Nicolas Sarkozy tente à tout prix de s’aligner sur le modèle de nos voisins d’outre-Rhin, nos députés voient-ils les choses de la même façon quand il s’agit de l’Islam ?

    Le background:

    La fin d’année 2010 en France a été marquée par les propos de Marine Le Pen sur les prières de rue, l’organisation des « Assises contre l’Islamisation » , et la volonté de Jean-François Copé de ré-ouvrir le débat sur l’identité nationale .

    Interrogé par StreetPress, l’historien Patrick Weil regrettait « qu’aucun gouvernement n’arrive à dire aujourd’hui » que l’Islam fait parti de la France, alors que « Napoléon III l’avait déjà dit puisqu’à son époque l’Algérie était la France ». Selon lui « jouant sur la peur d’une réalité qui n’est pas effrayante (…) les gouvernants ont décidé de cibler une population minoritaire ». Alors messieurs les députés, prêts à franchir le pas et à apporter un message un paix ?

    La question de StreetPress:

    A l’instar du président allemand, peut-on dire que l’Islam fait partie de la France ?

    La réponse des députés:

    Eric Diard, député UMP des Bouches-du-Rhône, chrétien et fier de l’être : « Non la culture arabo-musulmane ne fait pas partie de la France. La France a un héritage chrétien qui lui appartient. »

    Philippe Boennec, député UMP de Loire-Atlantique, se rattrape in extremis: « Heuuuu … L’Islam ne fait pas tout à fait partie de l’Histoire de la France, faut bien reconnaitre. Mais fait partie aujourd’hui de la vie de la France ! »

    René Dosière, député PS de l’Aisne, européen convaincu:« [L’Islam fait partie] en tout cas de l’Europe, compte tenu de l’Histoire .»

    Jean-Louis Bianco, député PS des Alpes de Haute-Provence, juste comme Salomon: « L’Islam fait partie de la France de même que la religion juive, que la religion chrétienne, que la religion orthodoxe ».

    Etienne Pinte, député UMP des Yvelines, se demande si le ballon a franchi la ligne: « Oh certainement pas totalement ! Elle en fait partie mais pas intégralement »

    George Colombier député UMP de l’Isère, gêné aux entournures: « L’Islam en tant que religion … OK heuuu …. pour les gens qui y croient heuu … comme les catholiques ou les protestant, mais sans mélanger les genres … »

    Alain Rodet, député PS de la Haute-Vienne, poitevin qui connait son histoire: « Il fait partie de l’Espagne. Il ne fait plus partie de la France depuis Charles Martel. Mais je pense que l’Islam fait quand même partie de la France. Mais bon, à côté des autres religions, y’a pas de soucis. »

    Maxime Gremetz, député PC de la Somme, prolétaire un jour, prolétaire toujours: « Y’a une période, c’est liée à notre histoire, quand on est allé les chercher pour pallier le manque de main-d’oeuvre, y compris dans notre pays. »

    Pierre Bourguignon, député PS de Seine Maritime, en mode ‘bonne nuit les petits’: « Je voyais un titre qui disait ‘l’Islam fait-il peur aux Français ?’ Je me disais: ‘oui, et est-ce que la nuit fait peur aux enfants ?’ Enfin, on reste dans le simple. »

    Lionel Tardy, député UMP de la Haute-Savoie, demande l’arbitrage vidéo: « Oulala, j’ai pas de réponse ! Honnêtement, j’ai pas regardé ! ».

    « Et est-ce que la nuit fait peur aux enfants ? » Pierre Bourguignon

    « Il ne fait plus partie de la France depuis Charles Martel » Alain Rodet

    « Non la culture arabo-musulmane ne fait pas partie de la France » Eric Diard

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress