En ce moment

    25 / 04 / 2012

    Témoignages de Théo et François, 24 ans tous les deux

    Horrifiés par le FN en 2002, ils ont voté Le Pen en 2012

    Par Elodie Font

    En avril 2002 François manifeste « plusieurs fois » contre Le Pen. 10 ans plus tard, ce fervent militant a sa carte au FN. Sur StreetPress Théo, lui, se souvient du « gros choc ». Qui ne l'a pas empêché de devenir fan d'Alain Soral.

    21 avril 2002, un frisson d’horreur parcourt la France. François, passionné de politique, a les yeux rivés sur sa télé. Quand il découvre que Jean-Marie Le Pen est au second tour de la présidentielle, il grimace : « pour moi, Le Pen symbolisait le racisme. Ma famille, mes amis, tout le monde était choqué. » Alors quelques jours plus tard, il manifeste dans les rues de Lille. Plusieurs fois, même. Avec ses potes du collège et ses parents, il crie comme les autres « Le Pen, facho, le peuple aura ta peau ! »

    Le même jour, à Saint-Germain-en-Laye, en région parisienne, Théo ne manifeste pas mais il se rappelle d’un « gros choc. » Sur StreetPress il se souvient : « J’étais jeune, 14 ans seulement, mais vu la tête de ceux qui m’entouraient, je sentais qu’un truc grave était arrivé. Avec mes potes, ça volait pas très haut, mais on tenait tous des discours anti-Le Pen. » François, Théo : ces deux jeunes hommes ne se connaissent pas, et pourtant ils ponctuent leur récit par la même phrase, mot pour mot : « mais à l’époque, je n’avais pas de réelle conscience politique. »


    [Un 1er Mai 2002 à Marseille]

    De Voynet à Le Pen 22 avril 2012, Théo rentre chez lui, dans une ferme bio du sud-ouest où il est désormais installé. Il vient d’aller glisser dans l’urne un bulletin Marine Le Pen. C’est la première fois qu’il vote FN, mais ça fait des mois qu’il y pense. Des années peut-être. Pourtant, si tant est qu’il y ait un profil type, il n’a pas la gueule de l’emploi. Obsédé par la bonne bouffe bio, par la préservation de l’environnement, grand amateur de joints (« mais j’ai arrêté début février ») et « dreadeux » pendant très longtemps. En 2007, pour sa première présidentielle, il vote d’ailleurs pour Dominique Voynet, la candidate écolo, puis pour Ségolène Royal. Depuis, il n’avait pas revoté.

    Dimanche dernier, François, installé en région parisienne depuis quelques mois, a lui-aussi voté pour Le Pen. Lui-aussi pour la première fois. À l’écouter, on pourrait croire qu’il est frontiste depuis des décennies, mais en 2007, il a choisi Sarkozy. « J’étais déjà attiré par les idées de Le Pen, mais je me sentais un peu seul : toute ma famille est très à gauche, j’étais en prépa et personne autour de moi ne votait Le Pen. Je n’étais pas encore prêt psychologiquement à franchir le pas. » Mais il a très vite « déchanté. » Ecœuré, François a pris sa carte au FN en 2011.

    Pour moi, Le Pen symbolisait le racisme. Ma famille, mes amis, tout le monde était choqué

    Bloqueurs de facs Passer de Voynet à Le Pen, manifester contre le FN et finir par y adhérer : des parcours qui peuvent paraître invraisemblables. Qu’est-ce qui a poussé ces deux jeunes hommes à bifurquer ? François n’a pas le souvenir d’un déclic précis, mais très vite après 2002, il s’intéresse au programme du FN : « c’était peut-être l’année de mon bac, en 2006, l’année du CPE. J’étais choqué que l’extrême-gauche bloque les lycées et les facs. Pour moi, ce sont eux, les vrais fascistes. » Au même moment, il lit les programmes, va aux réunions du FN : « je me suis rendu compte que les gens étaient bien plus sympa que ce que je croyais. » Progressivement, mois après mois, il se fait des potes, est attiré par la vision de la France de « Marine », découvre petit à petit Le Pen père (« aujourd’hui, c’est comme un papy gâteau pour moi »), laisse son esprit dériver jusqu’aux idées frontistes.

    « En réalité, j’ai l’impression de ne pas avoir changé d’idées sur le monde, sur le protectionnisme, sur les mœurs. J’ai juste changé d’avis sur la personne qui défend le mieux mes idées. Je ne comprends pas comment Mélenchon peut défendre le protectionnisme et souhaiter l’ouverture des frontières pour tous les immigrés. C’est complètement contradictoire. »

    S’il parle de Mélenchon, c’est parce que ses parents, très à gauche, en sont de farouches défenseurs. « Pour eux, Le Pen, c’était le diable. Pour mes potes d’enfance, c’est pareil. On ne parle pas trop de politique, pour éviter les conflits. Enfin, moi je voudrais bien débattre, mais ils n’ont pas beaucoup d’arguments. Un jour, y’en a un qui m’a dit : « je veux pas t’écouter parce que t’es capable de me convaincre. » 

    J’étais déjà attiré par les idées de Le Pen, mais je me sentais un peu seul

    En réalité, j’ai l’impression de ne pas avoir changé d’idées sur le monde, sur le protectionnisme, sur les mœurs. J’ai juste changé d’avis sur la personne qui défend le mieux mes idées

    Alain Soral Théo se souvient lui d’avoir eu deux déclics, plus récents. « Depuis 2 ans, je me suis installé comme agriculteur bio, donc comme chef d’entreprise, et ça change tout : je suis passé des idées théoriques à la pratique. » Surtout, Théo évoque, charmé, sa découverte d’Alain Soral, ex-frontiste, aujourd’hui président de l’asso Égalité et Réconciliation, dont Théo est membre. « J’ai accroché aux idées de Dieudonné, après son sketch sur les colons israéliens. De Dieudonné, je suis rapidement arrivé à Alain Soral. Avant, je ne lisais jamais, j’étais plutôt quelqu’un de manuel et ça m’a permis de beaucoup lire, de beaucoup m’informer. » De se ré-informer surtout, puisque, comme la majorité des jeunes sympathisants du Front, Théo « psychote » sur les média. « Mais les média sont tous anti-FN ! Il y a un tel acharnement que ça donne envie de militer. » Pour l’instant, Théo n’est pas adhérent, seulement sympathisant. « Il a fallu que je fournisse un énorme travail, le temps d’acquérir des infos, de m’informer, pour que je me sente proche des idées du FN. »

    Antisioniste et écolo Proche des idées frontistes, même s’il veut garder un esprit critique. Il dit ne pas partager les idées usées « des vieux du parti qu’on retrouve dans les meetings », dit aussi que les positions de Marine Le Pen ne lui ont pas toujours beaucoup plu : « J’aurais préféré voter pour Jean-Marie Le Pen. Il était plus cash, moins soumis. Lui, il osait parler de l’influence du sionisme en France, par exemple. »

    Depuis, il essaie de prêcher la bonne parole autour de lui. Il a réussi à convaincre ses frères, mais avec la plupart de ses potes, il évite de parler politique : « comme j’ai toujours été axé agriculture bio-dynamique, certains de mes potes pensaient déjà que j’étais chelou, ça s’est juste confirmé. Avec les autres, c’est plus tendu mais s’ils cherchent pas à voir plus loin que mon vote FN, vaut mieux tourner la page. »

    2002, les manifs et le « gros choc », c’est très (très) loin, alors ? Théo se marre : « oui, c’est loin, je me dis qu’il se passe quelque chose dans ma vie. Quelque chose de fort. » Pour François, ses 14 ans semblent à des années-lumière. D’ailleurs, il y a un mois, il a voulu s’absoudre de ses pêchés. Il est allé confier à Jean-Marie Le Pen qu’il avait manifesté contre lui. Sa réaction ? « Il n’a rien dit. Il a ri. »

    bqhidden. J’aurais préféré voter pour Jean-Marie Le Pen. Lui, il osait parler de l’influence du sionisme en France

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress