Vous aviez aimé les «Assises contre l'Islamisation», vous adorerez le «Colloque pour la liberté d'expression»

Jean-Marc Roubaud (UMP): « La liberté d'expression pour Faurisson, mais pas pour les caricaturistes de Mahomet »

Droite Droite | Contre enquête | par | 10 Mai 2011

Vous aviez adoré la «laïcité» à la sauce Marine, voici la «liberté d'expression» à la sauce Ménard. Point de rencontre entre les tenants d'une droite décomplexée et l'extrême droite à papa, ses adeptes tiennent colloque ce mercredi.

Info StreetPress – Les Assises contre l’Islamisation avaient fait un carton, mais la pression de cadors de l’UMP avait retenu les tenants d’une droite dure au sein du parti d’y aller traîner leurs baskets. Les députés Christian Vanneste et Xavier Lemoine un temps annoncés, avaient renoncé à claquer la bise au Bloc Identitaire et au gratin de l’islamophobie parisienne.

Mais avec le « Colloque pour la liberté d’expression » organisé mercredi 11 mai, la jonction sera faite : Christian Vanneste ou Jean-Marc Roubaud (UMP) à ma gauche, Yves-Marie Laulan (animateur sur Radio Courtoisie), Fred Pichon (ancien leader du GUD) ou Jacques Trémollet de Villers (auteur du mémorable « Paul Touvier est innocent ») à ma droite. Et au centre, pour réunir tout ce beau monde, les gogos de la liberté d’expression: Robert Ménard et Gilbert Collard sont d’ores et déjà « confirmés ».

« Même Banania est attaqué » C’est Lionnel Luca, le sympathique député UMP fan du Tibet (et qui avait milité pour interdire le film « Hors la loi » au dernier festival de Cannes), qui avait réservé la salle du Sénat où se tenait ce mardi la conférence d’annonce du « Colloque pour la liberté d’expression ». StreetPress s’y est frayé un chemin et a pu entendre Yves-Marie Laulan râler :

« Aujourd’hui même Banania est attaqué! Et pour toute plaisanterie un peu douteuse, ou pour tout ton de voix on peut être condamnés ! »

Il y a aussi à la tribune Frédéric Pichon. Pichon qui après avoir été un des leaders du GUD et de ses avatars le Renouveau Etudiant ou l’Union de Défense des Etudiants d’Assas, a milité contre l’immigration-invasion sous pseudo à Europae Gentes et désormais s’engage pour la liberté d’expression au sein du Cercle des avocats libres.

Et Pichon l’ex-gudart de plaider – assez logiquement – pour l’abolition des lois Pleven (sur l’incitation à la haine raciale) et Gayssot (qui punit les propos négationnistes) :

« Supprimer l’article 24 de la loi du 19 juillet 1881! C’est une restriction à la liberté de parole or il y avait avant cette loi des mesures contre les comportements anti-sociaux »

Laïcité ou liberté d’expression, pièges à cons Si la « laïcité » a été le buzz word qui a permis un repositionnement à l’extrême droite, fin 2010, la « liberté d’expression » devrait permettre d’approfondir tout ça en 2011.

Robert Ménard et Gilbert Collard, avec l’avocat de Touvier, un ancien du Gud et… des députés UMP
Après la « laïcité » buzzword de 2010, en 2011 on cause de la « liberté d’expression »

Pour en savoir plus, StreetPress a attrapé le député Jean-Marc Roubaud (UMP), après son speech à la conf’ d’annonce du colloque. Le problème, c’est que, comme pour la laïcité, la liberté d’expression devient un fourre-tout pas très clair, qui permet davantage de se retrouver entre nouveaux potes de la droite et de l’extrême droite que de faire avancer le schmilblick:

Bonjour Jean-Marc Roubaud, en fait vous voulez dire n’importe quoi ?

La liberté d’expression, elle n’est pas valable pour les uns et pas pour les autres, elle est valable pour tout le monde.

Vous défendez Stéphane Guillon et Didier Porte avec un peu de retard en quelque sorte ?

Ce n’est pas Guillon et Porte, c’est la liberté d’expression en général. Par pour les uns dans un sens ou contre les autres dans un autre sens.

Vous n’auriez donc pas condamné Guillon pour ses propos?

Absolument pas ! Pas plus que je n’aurais condamné Eric Zemmour, pas plus que je n’aurais condamné Brice Hortefeux…

Est-ce qu’il faudrait laisser s’exprimer Robert Faurisson?

Oui ! Mais tout le monde peut s’exprimer à condition de ne pas agresser l’autre. Aujourd’hui on peut ne pas être d’accord, on peut ne pas penser la même chose, mais on doit pouvoir s’exprimer librement, quelque soit le sens de cette expression.

J’ai été un défenseur de la liberté d’expression de la position des islamistes sur les caricatures. Les caricaturistes connaissant ces sensibilités là, les sensibilités de cette religion. [Ils] n’auraient pas dû aller si loin. Et j’ai pu comprendre que les caricatures de Mahomet aient choqué une partie de la population arabe.

Le colloque, c’est mercredi Pour kiffer la vibe avec les tenants de la liberté d’expression, pour comprendre pourquoi Faurisson doit pouvoir causer dans le poste mais les caricaturistes se retenir de dessiner, toute la petite famille de la droite dure et de l’extrême droite à papa vous convient ce mercredi 11 mai au 6, rue Albert de Lapparent à Paris dans le 7e arrondissement. C’est à partir de 19h30. Mais va falloir zapper la 35e journée de Ligue 1.