En ce moment

    30/07/2013

    5 bars où aller pas que pour boire un verre

    « Excusez-moi, je viens visiter vos toilettes »

    Par Thomas Chenel

    Que vous aimiez vous exhiber ou jouer à des jeux vidéo avec votre urine, à Paris il y a autant de déco de toilettes que de noms de cocktails. Quelques-unes permettront de vous échapper, si vous trouvez le temps long avec vos amis.

    Les toilettes les plus exhibs’

    Où : Au restaurant le « Très Honoré » dans le très chic 1er arrondissement. La déco années folles nous fait penser à Midnight in Paris de Woody Allen.

    Les toilettes : « Les filles ont toujours quelque chose à se raconter », certifie Grégoire, gérant des salles. Du coup, le restaurant a décidé de placer côte à côte deux toilettes … sans cloison de séparation ! Selon Grégoire, « les toilettes-doubles enrichissent la communication ». A noter que pour les filles sans amie ou qui souhaitent faire leurs besoins sans voisine, des toilettes simples existent aussi.

    La réaction des clients : « Le midi, ils sont assez choqués, parce que c’est plutôt une clientèle business, explique Grégory. Le soir, certains ne viennent que pour voir les toilettes. »

    La star qui s’y est soulagée : Le joueur de tennis Henri Leconte a fêté ses 50 ans dans la superbe salle au sous-sol du restaurant. Sa femme Florentine a peut-être eu l’occasion de poursuivre une conversation passionnante là où la reine va habituellement seule.


    Pour plus de convivalité

    Les toilettes les plus geek

    Où : « Le dernier bar avant la fin du monde », un bar qui se veut un temple de la geek culture et que StreetPress vous avez présenté ici.

    Les toilettes : Les filles disposent d’un abattant japonais, muni d’une télécommande pour régler la puissance du jet qui vient lécher les fesses pour mieux les nettoyer. La télécommande sert certainement à pleins d’autres choses, mais « c’est écrit en japonais et on y comprend rien », confie Cyril, 40 ans, chargé de la programmation au sein du bar. Elles font aussi leurs besoins en chansons, grâce à « un contacteur » qui déclenche un morceau de musique aléatoire lorsqu’on ouvre la porte des toilettes. « C’est le créateur du Donjon de Naheulbeuk (une saga sonore de héröïc fantasy, ndlr) qui s’est occupé des jingles », précise Cyril.

    Pour les garçons, des pissotières high-tech avec capteurs infrarouges intégrés ! « Pee to start » (Pisser pour commencer) s’affiche à l’écran fixé au-dessus de la pissotière. Il suffit ensuite d’orienter le jet d’urine pour déplacer un perso de droite à gauche. Comme pour le jeu des pingouins. « Pour ce jeu, le record à battre est de 70 pingouins dégommés », s’amuse Cyril qui croit savoir que le joueur-pisseur a enquillé 9 pintes pour obtenir ce score.

    La réaction des clients : « Les clients se tirent la bourre, résume Cyril. Ce sont les seuls toilettes où j’ai vu des filles venir encourager des garçons à pisser. L’autre jour, il y avait trois nanas qui supportaient deux mecs en train de jouer. »

    La star qui s’y est soulagée : Le créateur de Final Fantasy a (forcément) adoré. Et Kyan Khojandi, l’humoriste de la série Bref, est déjà venu jouer au sous-sol du « Dernier bar avant la fin du monde ». Malheureusement, nous ne savons pas combien de pingouins il a renversé.


    Record à battre : 70 pingouins dégommés

    Les toilettes les plus golden shower

    Où : Au « Belushi’s » une auberge de jeunesse qui possède son « sports bar » au rez-de-chaussée.

    Les toilettes : Le célèbre logo des Rolling Stones en forme de bouche sert ici d’urinoir. Par contre la langue emblématique a été retirée, pour, vous l’aurez compris, des raisons pratiques.

    La réaction des clients : « Beaucoup de gens font des photos. Des filles viennent dans les toilettes garçons juste pour voir les pissotières », expose Tom, responsable des ressources humaines, avec un bel accent américain. Le concept est simple : « Pissing in the mouth » !

    La star qui s’y est soulagée : Kurt Angle, champion olympique de lutte libre en 1996 à Atlanta et célèbre catcheur américain. Des membre des Baby Shambles ont aussi rendu visite au « Belushi’s ».


    Et sinon pour les droits d’auteurs avec Andy Warhol, ça se passe comment ?

    Les toilettes les plus mise en abyme

    Où :: Au « Milio » (Paris 13e), une sandwicherie couleur jaune à deux pas de la fac de Tolbiac.

    Les toilettes : Un escalier exigu mène au sous-sol. Une fois en bas, pas moins d’une cinquantaine de petits cadres vous attendent. Ils contiennent des photos… de toilettes. « Ce sont des photos perso, explique Christophe, 47 ans, gérant de la sandwicherie. Elles correspondent à des clichés que j’ai pu prendre un peu partout, lors de voyages en Asie, aux Etats-Unis, en Europe. C’est clairement dans les campagnes asiatiques que j’ai rencontré les toilettes les plus sales. »

    La réaction des clients : « Les toilettes leur plaisent. Ils trouvent ça original. Voir des WC d’autres pays qui n’utilisent pas les mêmes critères d’hygiènes, c’est une aventure pour eux. »

    La star qui s’y est soulagée : Proximité de l’université oblige, « beaucoup de “fils de…” sont venus manger chez nous », assure Christophe. Mais comme certains sont des enfants de ministres actuellement en fonction, il préfère ne pas nous communiquer les noms. On ne fait pas de politique aux toilettes !


    Le tour du monde en 80 chiottes

    Les toilettes les plus disco

    Où : à « l’Absurde imposture », un bar un brin bobo dans le 18e où des artistes sont exposés chaque mois.

    Les toilettes : Ici, la fête ne cesse jamais. Même aux toilettes. A peine l’interrupteur enclenché, on se retrouve plongé dans une ambiance disco avec boule à facettes au plafond. De quoi entamer une danse endiablée et oublier la raison première de notre visite au petit coin. La porte d’entrée est couverte d’images des Bee Gees, d’Abba, de Fabrice Hernandez et bien d’autres groupes et chanteurs des années disco.

    La réaction des clients : « Ils sont surpris et contents, raconte Edouard. Il y a souvent des filles qui viennent en after work et qui, une fois passées par les toilettes, disent à leurs copines d’aller voir comment c’est. »

    La star qui s’y est soulagée : « Miss Montmartre 2012 » a déjà bu quelques chupitos à « l’Absurde Imposture » et en a certainement profité pour de se déhancher dans les toilettes, le temps d’un morceau disco.


    Attention à ne pas s’en mettre partout pendant un moonwalk

    Pour découvrir les deux dernières toilettes, c’est sur ParlonsInfo que ça se passe

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER