En ce moment

    14 / 08 / 2013

    Pour jouer au cheminot période Front Populaire

    Par vincent touveneau

    Adeptes de reconstitutions ou amateurs de soirées Rockabilly, les vacances d'été, c'est aussi l'occasion de s'adonner à un hobby historique. Parait même que certains se font exploiter à mettre du charbon dans une locomotive.

    L’époque : Les années 1900 et ses cheminots le visage plein de sueur et de suie.

    Le plan : A Rillé en Touraine, l’Association d’Exploitation du Chemin de fer de Marcilly, propose un stage de 5 jours à bord d’un train à vapeur. Et ça ne rigole pas : en plein cagnard les préposés doivent remplir de charbon la locomotive quand ce ne sont pas les pistons qu’ils doivent huiler. Objectif, parcourir 60 kilomètres de balade.

    L’ambiance : Ici, tout le monde se relaye dans les tâches. Chef de gare, mécanicien, préposé au charbon, il y en a pour tous les goûts quand on aime le cambouis et les bleus de travail. « Les locos datent du 20e siècle mais c’est du matériel costaud », insiste Bernard, un ancien des télécoms à la retraite qui a fait le trip en 2006. « On travaille sur deux locomotives, la Touraine et la Polonaise. Ces machines demandent beaucoup d’entretien mais heureusement, il y a beaucoup de stagiaires. »

    Le conseil pour un voyage dans le temps réussi : « Les stages ont lieu au mois d’août, et la chaleur tape un peu sur le système. Heureusement, le vin de Touraine est là pour s’hydrater. Personnellement, je préfère un bon Saint-Nicolas de Bourgueil à un Bordeaux », préconise Bernard, qui parcourt 900 km depuis Toulon chaque année pour jouer au petit train.

    Infos pratiques : Les places sont chères pour le train à vapeur de Rillé. Il faut réserver presque un an à l’avance, et le stage coûte 300€. L’hébergement n’est pas inclus mais les apéros compensent.


    Pour afficher un lieu sur la carte, passez la souris sur l’icône et cliquez sur le nom du lieu pour afficher le descriptif complet.

    > Pour retrouver le guide de voyage de StreetPress

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress