En ce moment

    14/08/2013

    Pour se la jouer James Dean dans un festoche Rockabilly

    Par vincent touveneau

    Adeptes de reconstitutions ou amateurs de soirées Rockabilly, les vacances d'été, c'est aussi l'occasion de s'adonner à un hobby historique. Parait même que certains se font exploiter à mettre du charbon dans une locomotive.

    L’époque : Les années 50 quand les zazous dansent le rock au Golf Drouot, boivent des bières à 2 francs et font la queue au flipper.

    Le plan : A Allassac en Corrèze, les inconditionnels de la culture rockabilly prennent trois jours de RTT pour la « Dream Fish Kustom Party », tous les ans au mois de mai.

    L’ambiance : « Géniale quand il fait beau, très bonne quand il pleut », s’enthousiasme Christiane, quadra énergique, qui tient cette culture de son adolescence. « Il y a beaucoup de jeunes tatoués, avec des coiffures bananes, mais perso, j’ai arrêté depuis longtemps. » La miss a conservé l’esprit de cet univers fait de Cadillac chromées, de ciné en plein air et Milk-Shake à la fraise. T’es puriste ou tu l’es pas.

    Infos pratiques : La « Dream Fish Kustom Party » a lieu au milieu du mois de mai au fin fond de la Corrèze. Plus de onze concerts pendant trois jours et un camping qui accueille volontiers ton Vespa et ta canadienne. Le prix, 6 euros par jour.


    Pour afficher un lieu sur la carte, passez la souris sur l’icône et cliquez sur le nom du lieu pour afficher le descriptif complet.

    > Pour retrouver le guide de voyage de StreetPress

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER