En ce moment

    02 / 12 / 2011

    Tu préfères jouer au foot avec Manuel Valls ou faire un dos-crawlé avec Eva Joly ?

    Thierry Marchal-Beck, président du MJS: « Je suis plutôt natation »

    Par Emmanuelle Germain

    Sur StreetPress le nouveau boss du MJS Thierry Marchal-Beck parle déjà comme un vrai politique: «Je retiens le succès des primaires pour désigner démocratiquement notre leader». Une interview «tu préfères» pour casser la langue de bois ?

    Tu préfères Mélenchon ou Hollande ?

    Je suis fier, heureux et enthousiaste de faire la campagne de Hollande.

    Après le MJS tu préfères une carrière à la Benoit Hamon – premier président du MJS – ou à la David Lebon – président de 2003 à 2005?

    Derrière le MJS, je veux m’orienter vers un métier dans l’écologie, en travaillant pour une ONG ou une entreprise.

    Tu préfères chanter « la Marseillaise » ou « l’Internationale » ?

    Les deux sont deux très beaux chants révolutionnaires.

    Légaliser le cannabis ou diminuer le prix du tabac ?

    Légaliser le cannabis et augmenter le prix du tabac. Taxer et contrôler le prix du cannabis dans la production et mettre fin à l’économie parallèle me semble important. Il faut arrêter de se mentir: quand une économie est aussi importante, qu’elle fait travailler des enfants en Amérique du Sud, en Afghanistan, en Méditerranée, qu’elle engendre autant de violence, ce n’est pas anormal qu’elle soit taxée et apporte des ressources supplémentaires à l’État.


    Thierry Marchal-Beck | CV express:

    2002: Entre au bureau national du MJS
    2007: Milite à la section PS de Washington pendant son année d’échange universitaire (Sciences-po Lille)
    2008: Master 2 d’Histoire ‘Histoire des savoirs, des cultures et des représentations’ à Paris X Nanterre.
    2009 – 2011: Chargé de mission pour la région des Grands Lacs en Afrique par la délégation aux Affaires Stratégiques du Ministère de la Défense
    19 novembre 2011: Président du MJS

    Tu es pour interdire l’éligibilité après 70 ans ou abaisser la limite du droit de vote à 16 ans ?

    Ni l’un ni l’autre.

    Tu choisis de faire une campagne présidentielle avec comme slogan « la force tranquille » ou « il est interdit d’interdire » ?

    Il est interdit d’interdire. Je pense qu’aujourd’hui on a un nombre d’atteintes aux libertés assez phénoménales (les écoutes, les abus des policiers, le contrôle au faciès). Voilà tout l’ordre moral que la droite essaie d’imposer à 90% de la population.

    Côté sport, tu préfères faire un dos-crawlé avec Eva Joly ou quelques jongles avec Manuel Valls ?

    Je suis plutôt natation.

    Le premier discours de Thierry


    Bon sinon tu vas faire quoi en 2012 ?

    C’est important aujourd’hui en tant que président du MJS de tout faire pour que chaque jeune – qu’il vienne d’un petit village, d’une grande ville universitaire, de quartiers populaires – ait sa place dans la campagne de François Hollande. En politique, il n’y a pas d’aventure individuelle mais du collectif : il faut donc que chaque jeune qui a fait le choix de l’engagement puisse prendre sa place. Mon but est que chaque jeune qui rentre dans la campagne de François Hollande devienne un porte-parole pour convaincre tous les gens autour de soi, que ce soit ses amis, ses parents, ses grands-parents.

    François Hollande, ce n’était pas ton premier choix aux primaires socialistes?

    Je ne vais pas faire de la langue de bois, j’ai fais la campagne de Martine Aubry pendant les primaires, quand je travaillais sur le projet des jeunes socialistes. L’ancienne présidente Laurianne Deniaud n’avait pris aucune position. Mais je retiens le succès des primaires pour désigner démocratiquement notre leader. Les primaires c’est trois millions de personnes qui se sont déplacées, et ont pris du temps et de l’argent pour exprimer leur volonté de changement. Ces primaires, c’est la plus grande avancée démocratique en France et on est imprégné de ce formidable élan démocratique vers François Hollande. Le rôle des primaires c’était que chacun puisse faire son choix et que derrière on fasse une campagne pour le peuple de gauche et pour notre envie de transformer la société.

    On est imprégné de ce formidable élan démocratique vers François Hollande

    Un message pour les jeunes ?

    François Hollande ne va pas donner des « mesurettes » estampillées jeunes pour séduire. Son programme passe par une priorité totale et absolue de l’emploi. Il y a un million de chômeurs en plus depuis Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui il faut investir dans la conversion écologique de nos industries, dessiner un destin pour la France où l’on mette l’impératif sur l’emploi et la formation. La formation est l’autre priorité car les inégalités sociales se ressentent dès le plus jeune âge. Il faut créer des postes dans l’éducation nationale et ramener l’égalité car c’est rarement dans les lycées ou collèges de quartiers populaires que l’on bénéficie de toutes les options possibles. Il faut permettre à chaque jeune d’être celui qui va pouvoir écrire son futur, travailler dans ses études et faire avancer la France. La droite ne donne aucun moyen à l’éducation. De même, le manque criant d’infirmiers dans les hôpitaux, dans les services de la petite enfance, de médecins scolaires, sont à compenser.