En ce moment

    20/10/2010

    Le président chilien était cette semaine à l'Elysée

    Quels tuyaux Piñera peut-il donner à Sarkozy pour sortir du trou avant 2012 ?

    Par Maud Mazaniello

    Après le sauvetage des 33 mineurs, la cote de popularité du nouveau Président Sebastian Piñera est montée en flèche. Des idées pour aider le soldat Sarkozy qu'il rencontrait mercredi ?

    1. Les faits:

    Comme chaque mardi, l’équipe de StreetPress prend la température de l’Assemblée Nationale avant la session parlementaire. Cette semaine, après les remous de la réforme des retraites, le sujet de la popularité de notre Président de la République a été abordé.

    font color=“red”>2. Le background:

    D’un côté, la réforme des retraites qui oppose depuis plus d’un mois la majorité des Français au gouvernement et à sa politique. La devise «travailler plus, pour gagner plus» de l’ex-candidat Sarkozy prend une toute autre tournure pour devenir «travailler plus, pour rembourser plus». Et ce projet de loi coûte cher en popularité, puisque les sondages témoignent, entre autres, de la chute de Nicolas Sarkozy dans l’opinion publique.

    De l’autre côté, tel un sauveur, le président du Chili Sebastian Piñera a fait remonter les mineurs chiliens et sa côte de popularité simultanément. Une coïncidence ou un travail de longue haleine ? Peu importe, le résultat est là : une hausse drôlement rapide dans les sondages à en faire pâlir certains de jalousie.

    À dix-huit mois de la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy et au quasi lendemain du sauvetage des mineurs chiliens, Monsieur Piñera entame sa tournée de promo visite officielle en Europe.

    3. La question de StreePress aux députés:

    Quels tuyaux Piñera peut-il donner à Sarkozy pour sortir du trou avant 2012 ?

    TOP 3 Bernard Debré:

    « Nous avons des médicaments, un peu de paracétamol, un peu de baume du tigre… le baume du tigre, je suis sûr que cela fera beaucoup de bien à tous les jeunes et à les (sic) moins jeunes !» Bernard Debré, Docteur Homéopathe

    « Il faut que la fièvre se passe » Bernard Debré, en mode NTM

    « Vous croyez qu’on va remettre tout le monde dans la mine, fermer, et faire un trou ? non ! » Bernard Debré, pas dupe

    font color=“red”>4. La réponse des députés:

    Malheureusement, le constat est fataliste pour Jean-Marie Le Guen (PS – Paris), « Est ce qu’il faut des catastrophes ? À moins que le gouvernement ne soit à lui même une catastrophe pour son pays ! ». Plus extrême, Jacques Valax (SRC – Tarn) annonce que Nicolas Sarkozy « ne ressortira jamais du trou dans lequel il s’est lui même plongé ». Bigre alors!

    Question chantier, Bernard Debré (UMP – Haute Garonne) s’y connaît : «Nous sommes en train, nous, de creuser le tunnel ! » Son confrère Thierry Mariani (UMP – Vaucluse) renchérit avec optimisme que « C’est plus facile de voter un texte parlementaire que de creuser une mine pour sauver des vies humaines ». Qui l’eût cru?

    Patrick Ollier (UMP – Hauts-de-Seine) reste sceptique : «Piñera ? Le…président chilien? Pourquoi voulez-vous que je vous parle de ça ?». Selon Michel Lefait (PS – Pas-de-Calais) le meilleur conseil qu’il puisse donner à Sarkozy, c’est « de ne pas oublier d’où il vient, qui l’a élu, et que le peuple de France souffre de sa politique » explique t-il. Ça sent les têtes coupées !


    « Il ne ressortira jamais du trou dans lequel il s’est lui même plongé ! » Jacques Valax, député (SCR) du Tarn

    « Vous êtes en plein dans l’humour, moi je suis dans le sérieux! » Patrick Ollier, député (UMP) des Hauts-de-Seine

    A lire aussi sur StreetPress:

    > Retraites : pour les députés UMP « il faut arrêter » sur l’idée de la pénibilité du travail
    > Neuilly ça merde: quand la campagne de Jean Sarkozy ravive « le psychodrame » des municipales

    Source: Jacques Torrance et Maud Mazaniello | StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER