En ce moment

    04 / 11 / 2010

    StreetPress infiltre à l'Assemblée Nationale le rappeur « qui veut enfoncer une tour Eiffel dans le cul à Marine Le Pen »

    Sarkozy, la Chine et les droits de l'Homme: les députés répondent à Cortex

    Par Jacques Torrance

    Depuis qu'il a insulté Hortefeux et Marine Le Pen sur YouTube Cortex est «une star de web». StreetPress prolonge l'expérience 2.0 du chroniqueur politique du 9-1 en le confrontant aux députés. Au menu: Sarkozy, la Chine et les droits de l'Homme.

    Cortex à l’Assemblée Nationale

    StreetPress vous présentait la semaine dernière Cortex, le rappeur-buzzeur de la cité des Pyramides . En procès avec Marine Le Pen pour avoir menacé de lui faire subir une tournante, « le gorille black » (dixit Al Kapote ) fait le buzz sur YouTube dans des vidéos où il clash à tout va hommes politiques et peoples sur des problèmes de société qui le scandalise. On a pu récemment voir Cortex appeler à manifester contre le projet de loi sur les retraites où s’en prendre à Michel Sardou pour sa chanson Le temps béni des colonies .

    Mais trop c’est trop: Nicolas Sarkozy reçoit aujourd’hui le chef de l’État chinois Hu Jintao pour parler business alors que les droits de l’Homme sont bafoués en Chine. Cortex a décidé de se bouger pour interpeller les députés plutôt que de clasher derrière sa webcam. Le rappeur a tenté de dégainer face à Jacques Myard et Lionnel Luca même s’il ne sentait pas aussi à l’aise qu’une cartouche dans un fusil à pompe.

    La question de Cortex aux députés:

    Sarkozy reçoit Hu Jintao pour signer des gros contrats. A combien évaluez-vous le coût des droits de l’Homme ?

    La réponse des députés

    Ils balancent sur Sarko:

    Jacques Remillier (UMP – Isère): « Le prix, c’est les droits de l’Homme avant tout ! »

    Philippe Martin (PS – Gers): «  Nicolas Sarkozy avait dit dans sa campagne qu’il ne mettrait jamais les droits de l’Homme sous le tapis. Il n’y a pas une morale de crise ou de prospérité. On considère que les droits de l’Homme sont au-dessus de tout ça ou on ne considère pas. Il est le seul grand président européen à ne pas avoir saluer un prix Nobel car il voulait absolument que le président chinois puisse venir dans de bonnes conditions. Je pense qu’il attendait sa visite pour féliciter le prix Nobel de la Paix ! »

    Lionnel Luca (UMP – Alpes-Maritimes): « Plus la Chine pèse économiquement, plus les droits de l’Homme sont évacués. La Chine c’est quand même un pays qui a deux prix Nobel: un en exil, le Dalaï-Lama et un autre en prison, Liu Xiaobo pour délit d’opinion »

    Ils sont plus sarkozystes que Sarkozy:

    Alex Poniatowski (UMP – Val d’Oise): « On n’est pas dans une situation où on ne peut avoir à faire qu’à des démocraties comme la notre. Le monde est tel qu’il est, donc il faut le prendre tel qu’il est »

    Jacques Myard (UMP – Yvelines): « Je crois que si le président chinois vient en France, ça fait un chinois de moins en Chine (…) Il ne s’agit pas s’agiter devant la muraille de Chine en disant « oh les affreux ». Plus on commerce avec la Chine, plus elle va s’ouvrir »

    Philippe Houillon (UMP – Val d’Oise ): « Ce n’est pas en pratiquant une politique de rejet et de chaises vides que les choses se règleront. C’est au contraire en ayant des relations de plus en plus suivies »

    Communiste un jour, communiste toujours !

    « On est mal placé pour donner des leçons à quelque pays que ce soit ! » Maxime Gremetz (PC – Somme)

    « Je crois que si le président chinois vient en France, ça fait un chinois de moins en Chine » Jacques Myard, prix Nobel de mathématiques

    « On est mal placé pour donner des leçons à quelque pays que ce soit ! » Maxime Gremetz, coco jusqu’au bout

    A lire aussi sur StreetPress:

    > Cortex: Le grand méchant noir qui fait bander la fachosphère

    Source: Jacques Torrance avec Cortex | StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER