En ce moment

    27 / 01 / 2014

    Se droguer responsable est-il possible ?

    En direct : l'émission de StreetPress sur Radio Campus

    Par StreetPress

    Tous les derniers lundi du mois de 19h à 20h, suivez en direct l'émission de StreetPress. Ce lundi, on se demande si se droguer responsable est possible avec Grégory Pfau de Médecins du Monde, le journaliste Arnaud Aubron et un ancien toxicomane.

    Dépénaliser, légaliser, drogue dure, drogue douce… Ça fait 30 ans qu’on entend la même musique sur les drogues. Les journalistes attendent la petite phrase de tel ou tel politique qui se souvient avoir fumé. Le dernier en date étant Manuel Valls qui a « peut-être tiré sur un joint »…

    Mais essayons de regarder au-delà du blabla médiatique ambiant pour qui drogue et drogués sont finalement de la bonne came : publiez un article sur le sujet, et ça clique, ça like. Et si les drogués étaient des sujets, et pas uniquement des objets mi-dangereux mi-irresponsables ? Et posons notre question du jour : Se droguer responsable est-il possible ?

    Les invités :

    > Grégory Pfau, docteur en pharmacie, praticien attaché à l’unité d’addictologie de la Pitié Salpêtrière, qui travaille avec l’association Charonne et Médecins du Monde sur l’aide aux toxicomanes.

    > Arnaud Aubron, journaliste (Libération, les Inrocks), co-fondateur de Rue89, web entrepreneur, burning man addict et auteur du Dico Rock Drogues Store

    > Aurélien, étudiant en master, ex-consommateur d’opiacées, actuellement en traitement de substitution

    Retrouvez aussi dans cette « matinale » : la chronique geek de David Rahmil , « la première fois » de Mathew Spit et la pastille Vichy de Robin d’Angelo. En fin d’émission, ETKO sera en direct dans le studio pour une session live.

    Ecoutez le direct Si vous n’avez pas de poste de radio branché sur le 93.9FM près de vous, écoutez le direct sur StreetPress en cliquant dès 19h lundi sur le player :

    Écoutez Radio Campus Paris

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress