En ce moment

    04/04/2014

    Le mec le plus drôle du rap français après Maître Gims... mais lui il le fait exprès

    Willaxxx : dis, pourquoi tu buzzes ?

    Par Inès Belgacem

    Sur StreetPress, Williams aka Willaxxx raconte son entrée dans le game à 12 ans grâce à Specta du Saïan Supa Crew. Rencontre avec un ex-assureur reconverti dans l'humour hip-hop.

    « Kainry James », « Joël Star » ou « la Belette »… Willaxxx, 28 ans, a construit son buzz sur la caricature des rappeurs dans des vidéos sur YouTube. Au programme de ce serial clasheur : Booba, La Fouine, mais aussi Zlatan et Rihanna. Et ça cartonne pas mal. Aujourd’hui il pèse pas loin de 20 millions de vues sur Youtube et 83.700 fans sur Facebook.

    C’est tranquillement assis en terrasse, dans les nouveaux locaux de son ami et producteur Samy la Famille dans le 10e, que Willaxxx – Williams Diop de son vrai nom, nous accueille. Lunettes de soleil sur le pif, il avoue volontiers que sa chaîne Youtube lui a servi d’accélérateur de carrière, même s’il n’a pas réalisé son rêve de gosse :

    « Petit je voulais être vétérinaire parce que je kiffais trop les orques. J’étais fan de Willy et je voulais tous les sauver. »

    Il ne sera pas veto mais il échappe au pire. L’humoriste du hip-hop a failli mal tourner: « J’ai bossé dans les assurances. » Aujourd’hui, il est animateur de sa propre émission sur Radio Marais, « Ouais Ouais Ouais », et depuis peu chroniqueur dans l’émission de Cyril Hanouna Touche pas à mon Poste. L’humoriste mange (avec plaisir) à tous les râteliers. Il a même bossé pour Sony sur le projet Fatal Bazooka.

    Pourquoi tu buzzes ?

    D’abord, j’interviens dans l’actualité. Ensuite, mes vidéos ont un aspect très détendu dans une ambiance tendue. Les gens estiment que j’ai l’audace d’intervenir dans un monde où les mecs se prennent trop au sérieux. Personnellement je pense que n’importe qui pourrait le faire. Mais comme on me laisse la place, j’y vais !

    Pourquoi ne pas faire du rap normal ?

    Je n’ai pas ce talent-là ! J’ai rien à dire de controversé. Je m’en fous ! Je préfère faire rire.

    Gamin, tu étais déjà un boute-en-train alors ?

    Pour la petite histoire, à l’âge de 12 ans, je suis arrivé à Bagneux, dans le 92. La ville du Saïan Supa Crew ! C’était très hip-hop. Et j’ai été soutenu par un des membres du groupe, qui s’appelle Specta. Il a toujours vu en moi un potentiel comique. Je me souviens, il me disait « mais toi on devrait te filmer en fond blanc. Et t’es là et tu fais le con ! ». Il m’appelait le « zizi tata ». Je ne sais pas ce que ça veut dire. Le turbulent quoi. Ça n’a pas loupé. Quelques années plus tard, je fais des sketchs sur fond blanc !

    Est-ce que les rappeurs ont vraiment besoin d’être caricaturés pour faire rire ?

    C’est les Number One qui me font marrer. Maître Gims et Booba sont super drôles. Du côté américain, il y a Kanye West. Ils jouent un rôle, et ils pensent qu’on ne remarque pas leurs traits de jeu. Après on peut aussi se foutre de la gueule de grands artistes. Genre Stromae que tout le monde applaudi. Il a ses failles aussi.


    « Mes vidéos ont un aspect très détendu dans une ambiance tendue »

    Tu n’as pas peur de te faire taper ?

    Les réactions sont en général très positives. Ils me disent « tu m’as bien fait marrer ! Mais tu me vois vraiment comme ça ? » Parce que ce n’est pas du clash. C’est de l’humour. Et personne ne tape personne d’ailleurs ! Toutes les histoires de violence, c’est de l’entertainment. Mais ça, ils ne le diront jamais. Ils se filment avec des kalash’ mais ce n’est que de la mise en scène. Tout est un jeu et les mecs ne sont pas violents. Ils sont même très sympas. Ils te laissent la place d’être aussi artiste qu’eux.

    Qu’est-ce-que tu imagines pour la suite ?

    J’imagine un show à la télé ! « Touche pas à mon Willaxxx » ! Après je ne suis pas pressé. Mais la finalité serait d’abord de garder l’émission de radio. Radio Marais c’est la totale liberté. Et c’est marrant d’être dans le quartier du Marais et y ramener les rappeurs. Je cite Booba : « Ils viennent du Marais, nous des marécages ». Après la télé me tente, c’est sûr. Et monter un bon spectacle. J’y travaille d’ailleurs en ce moment, mais ça prend beaucoup de temps.

    bqhidden. Toutes les histoires de violence, c’est de l’entertainment

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER