En ce moment

    26/12/2010

    Critique: Toma, son dernier EP

    Par Etienne Gin

    Toma c'est un banlieusard qui fait de la chanson française mais engagée. En attendant son deuxième opus Les bâtisseurs de France pour avril 2011 il sort un EP 4 titres disponible en téléchargement légal et en écoute sur Deezer.

    Toma s’est fait remarquer sur la compilation «Dis l’Heure 2 Ragga » en 2004, mais ne souhaite pas être cantonné au genre musical de cette compil’. Il revendique haut-et-fort faire parti de la chanson française, dans la continuité d’un Renaud ou même d’un Grand Corps Malade. Rencontré par StreetPress au mois de novembre, il confie avoir grandi au son du rap français avec en tête le Suprême NTM, mais écoute aussi bien aujourd’hui du rock comme le dernier Bruce Springsteen, la country de Johnny Cash, les chansons d’Alain Souchon ou l’album « Nile » de Patrice, qui est son préféré de l’artiste.

    Des textes contestataires qui contrastent avec le reste de la chanson française

    Ce qui frappe le plus à l’écoute du premier titre « Non non non », c’est l’énergie communicative qui s’en dégage. Le refrain est accrocheur et la mélodie est contagieuse. Mais surtout voilà une vraie chanson efficace et contestataire, à croire que l’on avait oublié que cela existait aujourd’hui dans la chanson française.

    Pourtant, cette chanson n’a pas été écrite en réaction aux mouvements sociaux récents, car le texte date de trois ans. Elle part du postulat que « les jeunes sont tous méchants » ou que « les vieux sont des fachos ». Vient en réponse le refrain très efficace: « Si tu n’y crois pas, crie non non non ! ».

    La suite est aussi prenante à l’image de « Né ici » où il se présente comme la victime d’un système qui le « recale » constamment parce que né du « mauvais côté de la ville ». Le morceau le plus poignant est Ousmane, le récit biographique d’un ami d’enfance avec son refrain qui vient comme un cri du cœur : « Ousmane mon frère, toutes les souffrances ont rendez-vous sur ton dos ».

    Un apéritif avec le deuxième album « Les batisseurs de France »

    Pour conclure l’EP, Toma propose le titre « un peu partout ». Dans un texte très personnel, il dénonce la violence du climat social actuel. Et c’est ce que l’on apprécie finalement dans cet EP, où sur une guitare-voix énergétique, les textes sont contestataires et prenants. Une bonne entrée en matière dans le nouvel univers de Toma, loin des riddims reggae et des productions hip-hop que l’on retrouvait sur son premier album « Identité ». D’ailleurs, un changement radical s’est également opéré chez l’artiste au niveau capillaire. Fini les natty dreads, Toma ne veut plus être casé dans le stéréotype du chanteur de reggae. Il y a une évolution et cela laisse présager le meilleur. On attend avec impatience son deuxième opus au titre toujours engagé: « Les bâtisseurs de France », qui évoque la véritable place des vagues d’immigration au sein de notre pays.

    Toma – EP (2010), le tracklist

    1 – Non, non, non
    2 – Né ici
    3 – Ousmane
    4 – Un peu partout (version acoustique)

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER