Procès en cascade contre des membres de la Ligue de défense juive

Procès en cascade contre des membres de la Ligue de défense juive

Bombe artisanale, agressions et attaques à la peinture

Grosse boulette | News | par | 24 Mars 2015

Procès en cascade contre des membres de la Ligue de défense juive

Le procès des agresseurs de Saïd Bourarach est l’affaire la plus médiatique. Mais des membres de la Ligue de défense juive sont mis en cause dans 5 autres procédures.

Cour d’Assises de Bobigny (93) – Dan Lampel, chemise blanche et jean bleu marine, comparaît jusqu’au 26 mars pour des « violences volontaires ayant entraîné la mort » de Saïd Bourarach, un vigile de magasin de bricolage. L’ancien membre de la Ligue de défense juive avait 19 ans au moment des faits. Cinq ans plus tard, la présidente du tribunal l’interroge sur les circonstances de son arrestation :

« Lorsque les policiers viennent vous interpeller à votre domicile, ils vous retrouvent caché dans le bac à linge sale de votre salle de bain. »

Et l’accusé de reprendre la magistrate :

« Ah, non vous confondez avec un autre prévenu madame la présidente, moi j’étais caché dans le placard de la chambre de ma mère. »

Au printemps 2010, Dan Lampel tente d’entrer dans le magasin de bricolage de Bobigny, quelques minutes après la fermeture. Quand Saïd Bourarach lui barre l’entrée, le ton monte. Dan appelle alors 3 proches en renfort. Les coups pleuvent. Le vigile prend la poudre d’escampette. Poursuivi par ses 4 agresseurs, Saïd Bourarach se noie dans le canal de l’Ourcq, à proximité du magasin. Comme son frère et deux proches – dont un ne s’est pas présenté, Lampel risque jusqu’à quinze ans de prison ferme. Un procès que StreetPress suit actuellement et vous racontera en détail.

Le principal accusé désormais en fuite

Edit, jeudi 26.03.15 – Ce Jeudi 26 mars, Dan Lampel ne s’est pas présenté devant la Cour d’assises de Bobigny. C’est ce jeudi après-midi que le tribunal doit rendre son verdict dans l’affaire de l’agression de Saïd Bourarach. L’ambiance était très tendue ce matin, lorsque la cour a constaté que Dan Lampel serait jugé par défaut. L’hypothèse de la fuite en Israël était la plus évoquée sur les bancs des parties civiles.


Mercredi, l’avocate générale avait requis 12 ans d’emprisonnement contre Dan Lampel, 6 ans contre Lucien Dadoun, également en fuite. 6 ans contre le frère de Dan Lampel et 5 ans contre le quatrième accusé.


Lire aussi le compte-rendu du procès : Comment est mort Saïd Bourarach.

Mais Dan Lampel n’est pas le seul membre, actuel ou ancien, de la Ligue de défense juive, rattrapé par la justice.

Mission commando

Le 11 mars dernier, Steve Bismuth – désormais retiré du militantisme – a été condamné par la Cour d’appel de Versailles à 6 mois de prison ferme, 4.000€ d’amende et 8.200€ de dommages et intérêts. En septembre 2012, il avait mené une mission commando contre le blogueur « dissident » Jonathan Moadab.

Une action rocambolesque au cours de laquelle une bombe très artisanale (une bouteille en plastique remplie d’acide et d’aluminium) avait été placée sous la voiture de la victime. Elle n’avait heureusement pas explosé. Les agresseurs avaient également proféré des menaces de mort… en appelant depuis leur téléphone portable personnel. Ce qui avait bien facilité le travail d’enquête des gendarmes. Steve Bismuth s’est pourvu en cassation, confie à StreetPress une source proche du dossier.

Attaques à la peinture piégée

Vidéo La ligue de défense juive vs. Olivia Zemor


Mais l’ancien membre de la Ligue devra bientôt repasser devant le juge pour une autre affaire. En 2012, la Ligue de défense juive s’était fait une spécialité d’asperger de peinture rouge ses ennemis déclarés : Olivia Zémor, du mouvement Europalestine, Houria Bouteldja du Parti des Indigènes de la République et l’écrivain pro-Dieudonné Jacob Cohen. Trois agressions filmées que la Ligue diffusait ensuite sur les réseaux sociaux. Les instructions étant closes, les activistes qui ont voulu jouer au paintball avec des militants pro-palestiniens vont bientôt recevoir chacun leurs convocations au tribunal.

La descente contre la soirée du Secours populaire

Autre affaire en cours, qui pourrait bientôt se débloquer, la descente de la Ligue de défense juive contre une soirée organisée par le Secours Populaire en soutien à la Palestine. En avril 2009, une vingtaine de sympathisants de la LDJ avait attaqué les spectateurs qui se massaient devant le théâtre Adyar (Paris 7e). Une procédure qui traîne toujours en longueur, s’agacent les avocats des parties civiles. Mais la parution d’un article dans Le Monde, fin février pourrait accélérer la procédure.

La LDJ fait profil bas

Comme dans l’affaire Bourarach où l’un des 4 prévenus, Lucien Dadoun aka « Lulu », a refait sa vie en Israël et ne s’est pas présenté à l’audience, plusieurs activistes de la Ligue se sont planqués ces dernières années de l’autre côté de la Méditerranée. En obtenant la citoyenneté israélienne, ils se mettent à l’abri d’une extradition, le pays n’ayant pas d’accord avec la France.

elihaou
Elihaou pose incognito / Crédits : Benjamin Barda

Si Dieudonné a fait une apparition jeudi 19 mars au procès Bourarach et que des activistes de la « dissidence » assistent aux audiences, les grands absents sont les militants de la Ligue. « Nous n’avons pas de contacts avec [Steve Bismuth ou Dan Lampel] », explique à StreetPress Eliahou, le porte-parole de la LDJ : « Ils ont pris leurs avocats eux-mêmes et ne nous ont pas demandé d’aide », ajoute-t-il.

La Ligue de défense juive joue ces derniers mois profil bas, et n’organise plus d’actions commando. Est-ce lié aux actions judiciaires contre ses membres ? « On agit de manière différente, on fait des choses qui ne se voient pas sans chercher à faire du buzz », assure le porte-parole de l’organisation, joint au téléphone par StreetPress.

Relire notre dossier sur la Ligue de défense juive.


L'actu