En ce moment

    07 / 05 / 2015

    « Nous ne lâcherons rien tant qu'on n’aura pas retrouvé nos enfants »

    Les proches des 43 étudiants Mexicains sont à Paris mais ça n’intéresse personne

    Par Mehdi Boudarene

    Les proches des 43 étudiants mexicains disparus à Iguala étaient à Paris pour demander le soutien du gouvernement français dans le bras de fer qui les oppose au pouvoir mexicain. Sauf qu’après l’emballement médiatique de l’automne, c’est silence radio.

    Des étoiles rouges, des drapeaux mexicains, des militants de la gauche radicale parisienne et des Mexicanos de Paname : dimanche 3 mai après-midi, 300 personnes ont défilé à Belleville avec les représentants des proches des 43 étudiants disparus en septembre dernier à Iguala.

    C’est que l’Euro Caravana 43, la délégation des proches des 43 disparus, fait son tour d’Europe. La caravane a atterri à Oslo le 17 avril, pour un tour dans pas moins de 18 villes européennes en un mois. La tournée s’achèvera à Londres le 19 mai, après un passage à Marseille le 11 mai. Les militants demandent aux gouvernements européens de faire pression sur le pouvoir mexicain pour faire la vérité sur l’affaire. Principale revendication adressée à la France : ne pas inviter le président mexicain aux festivités du 14 juillet.

    Lundi soir, métro Garibaldi. Sous une pluie battante, Ophélie et Matias, jeune couple marié franco-mexicain, attendent devant les portes métalliques de la maison du Pays basque. La veille, ils défilaient à Belleville, ce soir la jeune femme aux yeux verts et son mari s’apprêtent à participer à la soirée de soutien pour Ayotzinapa.

    Au fond de la petite cour intérieure, une cinquantaine de chaises attendent les participants dans un petit local. Marcos, 25 ans, doctorant en anthropologie et verre de bière à la main regarde la salle se remplir doucement. Il fait partie du collectif Paris-Ayotzinapa et trouve que 300 personnes à la manif de la veille, ça n’est pas si mal que ça :

    « On ne s’attendait pas à avoir autant de monde »

    Silence radio

    Sauf que la tournée française de l’Euro Caravana rencontre peu d’échos. Si à l’époque toute la presse s’était émue du sort des 43 étudiants, dans les médias français – hormis l’Huma, RFI et le site du Dauphiné libéré, c’est le silence absolu. Le message de l’Euro Caravana 43 a du mal à passer.

    Omar Garcia, un des étudiants rescapés, veut dénoncer les collusions entre le pouvoir local et le crime organisé. Les traits fatigués, il m’explique l’objectif de sa tournée :

    « Nous souhaitons simplement rencontrer nos camarades de lutte qui nous soutiennent depuis le début et faire passer notre message : ce ne sont pas 43 étudiants qui ont disparus, ce n’est pas un problème local, c’est un problème de société. »

    Assis au premier rang, casquette vissée sur la tête et habillé d’un blouson en cuir, Eleucadio Ortega le père d’un des étudiants disparus, salue d’une poignée de main ferme. Il est venu participer à cette tournée européenne pour, dit-il, « informer les gens sur ce qui s’est passé et dénoncer l’attitude du gouvernement » :

    « Nous exigeons le retour de nos fils vivants. Nous voulons que la justice fasse son boulot. Pas seulement pour les riches mais aussi pour les pauvres, les paysans. C’est pourquoi nous comptons sur le soutien de tous pour faire entendre notre voix. Nous ne lâcherons rien tant qu’on n’aura pas retrouvé nos enfants. »

    Sur les murs blancs du local, on a accroché les portraits des 43 étudiants disparus. Un peu plus loin, assise derrière un stand, Justina, de long cheveux noirs et un bandeau bleu, vend des DVD du documentaire sur Ayotzinapa. Elle regrette le peu d’écho médiatique autour de la délégation mexicaine :

    « On aurait aimé avoir BFM TV ou Le Monde ce soir ! »

    Mais Justina reconnaît que le collectif n’a pas assez comuniqué sur les actions engagées en dehors des cercles militants ou médias alternatifs :

    « [Les délégués] Omar et Eleucadio voulaient s’adresser en priorité à la société civile, c’est pour ça qu’on a un peu filtré [en n’invitant que] les médias qui couvrent les luttes »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/etudiants-mexicains-43-iguala-paris-lettres.jpg

    Petits mots / Crédits : Mehdi Boudarene

    Pour Ophélie, qui participe au site alternatif Rebellyon et s’occupe d’une radio libre au Mexique, le faible écho dans les médias s’explique aussi par le « réchauffement des relations diplomatiques entre les 2 pays » :

    « Beaucoup d’accords économiques ont été conclu l’an dernier, les droits de l’homme, ça les intéresse pas. »

    En attendant, les militants font tourner la pétition pour demander à François Hollande d’annuler l’invitation faite au président mexicain Enrique Peña Nieto le 14 juillet prochain. Ce jeudi, elle comptait 1.800 signataires.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress