En ce moment

    15 / 10 / 2015

    La série de VICE en partenariat avec StreetPress

    Les tueurs à gage d'Escobar

    Par Vice France

    Escobar fut l'un des principaux barons de la drogue. Riche et tout puissant, au point de transformer sa détention en séjour 5 étoiles. Dans ce deuxième épisode Vice part à la rencontre des « sicarios », des tueurs à gage.

    Dans cette deuxième partie du documentaire sur l’héritage de Pablo Escobar, un ancien tueur à gage du plus célèbre narcotraficant guide Vice à travers les bas-fonds criminels de Lima, au Pérou. Elmo Molina, désormais rangé des bagnoles, aide de jeunes criminels à se réinsérer. Une manière pour lui de faire amende honorable après une vie au sein d’une Cartel de Medellin.

    Avec sa série en trois épisode How Pablo Escobar’s Legacy of Violence Drives Today’s Cartel Wars, Vice décortique l’héritage de Pablo Escobar. Car l’homme d’affaires a laissé derrière lui une notice élaborée du « narco-trafic ». A sa suite, une armée de disciples se sont lancés dans le biz’. De la terreur des tueurs à gage formés par les cartels dans la guerre de la drogue actuelle, aux trafics dans les jungles reculées du Pérou, son impact se fait toujours sentir.

    C’est un peu comme dans la série Narcos, mais en vrai.


    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER