En ce moment

    11/01/2016

    La pétition pour sa libération avait recueilli plus de 400.000 signatures

    Moussa, humanitaire français libéré au Bangladesh

    Par Matthieu Bidan

    Moussa, humanitaire français de l'ONG Baraka City devrait être libéré dans la journée. Depuis 2 semaines, il était emprisonné au Bangladesh.

    Edit le 15 février : Après un vice de forme dans la procédure, Moussa n’a finalement pas été libéré. Mi-février, il est toujours emprisonné au Bangladesh.

    La nouvelle est tombée tôt ce matin sur les réseaux sociaux. Maxime Tchantchuing, converti à l’Islam sous le nom de Moussa Ibn Yacoub, devrait être libéré sous caution dans la journée après 20 jours de détention au Bangladesh. C’est Karim Achoui, l’avocat de cet humanitaire français, qui a annoncé la décision. Moussa Ibn Yacoub était au Bangladesh dans le cadre d’une mission de l’ONG muslim Baraka City .

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/achoui.jpg

    Karim Achoui annonce sur Facebook la libération de Moussa /

    Moussa était en détention provisoire depuis le 22 décembre. Il avait été arrêté à Cox’s Bazar dans le Sud du Bangladesh alors qu’il visitait des écoles. Les autorités lui reprochaient des « activités suspectes ». Moussa était venu apporter son aide aux Rohingya, une minorité persécutée dans la région. Autre problème selon la justice du pays : il transportait des lettres dont le nom ne correspondait pas à celui indiqué sur sa carte d’identité.

    Moussa est membre de l’ONG Baraka City

    Moussa est membre de l’ONG muslim Baraka City. StreetPress vous a déjà parlé du succès de cette ONG basée à Courcouronnes dans l’Essonne. 5 ans à peine après son lancement, l’association humanitaire musulmane a mené des projets dans plus de 20 pays et possède même 5 bureaux à l’étranger. C’est dans ce cadre que Moussa se trouvait au Bangladesh.

    En France aussi, Baraka City a déjà été suspectée par les autorités. Comme on vous le racontait dans notre enquête, leurs comptes dans plusieurs banques avaient été suspendus sans explications. Dans le cadre de l’état d’urgence, une perquisition a même été menée au siège de l’assoc’ après les attentats du 13 novembre. Le préfet évoquait alors une « une ONG islamique dont les membres musulmans fondamentalistes effectuent régulièrement dans le cadre de leur activité humanitaire des voyages en Syrie ». La perquis’ n’avait rien donné.

    L’arrestation de Moussa avait provoqué une forte mobilisation. Une pétition lancée par Baraka City pour réclamer sa libération avait reçu plus de 400.000 signatures.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER