En ce moment

    26 / 01 / 2016

    Le projet crowdfunding à faire tourner

    Un kit qui transforme le coffre d’une voiture en camping car

    Par Camille Bresler

    Installe un lit 2 places, une douche et un réchaud à gaz dans ta 406. Maxence propose un kit amovible en bois pour transformer ta voiture en camping-car.

    1Que veulent-ils financer ?

    Un kit capable de transformer sa voiture en camping-car, avec tout ce qu’il faut pour partir en vadrouille : lit double, banquette intérieur, réchaud, douchette électrique… Le tout s’enlève en deux temps trois mouvements.

    2Combien ça coûte ?

    4.600 € pour une vidéo qui devrait booster les ventes et, ils l’espèrent, créer de nouveaux emplois.

    3À quoi ça sert ?

    Se faire des petits week-ends à l’improviste sans lâcher plusieurs dizaines de milliers d’euros dans un camping-car.

    4Notre contrepartie préférée ?

    Le porte clef niveau à bulle Nomad-Addict, pour être sûr de toujours dormir bien à plat en toute circonstance.

    5Le papa du projet ?

    Maxence Thibault, jeune breton de 28 ans, est ingénieur dans le management de projet. Lassé de taffer pour une grosse entreprise il lance sa boîte en janvier 2015. Ses kiff’ : dormir sur un parking au bord de la plage et faire du kitesurf au petit matin.


    Maxence et son kit

    maxence.jpg

    Il ressemble à quoi ce kit de voyage ?

    Chacun aménage son véhicule comme il le souhaite : au total 36,7 kg et un lit d’un mètre 90 se replient facilement au fond du coffre. Le kit de base comprend les rangements, le stock d’eau, les banquettes et la fameuse couchette deux places (1.595 €). Le kit avec d’autres accessoires comme le système de gaz rétractable et une douchette solaire que l’on accroche au hayon coûte évidemment plus cher (1.977€).

    Comment le projet est né ?

    L’histoire a commencé en voyage, sous ma tente. J’ai très vite pensé à un moyen alternatif de voyager, mêlant côté pratique de la voiture et confort d’un fourgon. En plus de ça, j’ai pris goût à toute cette aventure. Je ne me vois plus rester chez moi enfermé.

    Comment réagissent les personnes que tu croises en voyage ?

    On me demande souvent si la douche est bien réelle à l’arrière et comment on fait pour pouvoir dormir à deux dans une voiture… Je suis d’ailleurs étonné quant au public intéressé. La majorité a la quarantaine voir même la soixantaine. J’ai seulement 20 pour cent de moins de 35 ans dans ma clientèle.

    Est-ce pour vous, un kit qui s’inscrit dans un mouvement écolo?

    Dire que le concept est écolo parce qu’on utilise du bois… je n’irai pas jusque-là. On essaye juste de tout faire pour ne pas avoir un impact sur la planète.

    Et toi tu l’utilises ?

    Le projet a débuté il y a 4 ans. Depuis, on part régulièrement une semaine à droite à gauche avec mon amie. J’adore me dire qu’on part que le samedi et au final revenir le lundi matin, apaisés. Tant qu’il y a de l’eau potable et les fameux sachets de soupe du bon voyageur, on peut prolonger son voyage comme on l’entend. On apprécie cette flexibilité.

    Ça existe déjà non ?

    Au début… j’étais sûr d’avoir une idée novatrice. Puis vient l’étude de marché qui m’apprend l’existence d’une concurrence. Au final, c’est un bon point. La visibilité du projet est déjà enclenchée. Il ne reste plus qu’à se démarquer des autres.

    En quoi ton kit est différent des autres ?

    On peut l’installer dans des voitures plus petites. Les concurrents ont choisi d’agrandir l’espace de vie avec une espèce de tente qui se déploie. Seul hic : si tu veux camper en bord de mer, avec cette installation on va rapidement te demander de partir. Avec Nomad Addict t’es plus incognito !

    Tu vas embaucher ?

    Aujourd’hui je travaille avec une entreprise d’insertion professionnelle, avec qui j’ai créé le projet. Elle était en difficulté. Le projet arrivait pile au bon moment pour lui apporter une nouvelle activité. Depuis deux personnes nous ont rejoints. On espère continuer.


    Pour donner, c’est ici

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress