En ce moment

    01 / 12 / 2016

    Le premier qui rigole aura une tapette

    Hipster, muslim ou feuj : Bienvenue dans la rue des barbus

    Par Robin D'Angelo , Paloma Laratte

    Quartier Timbaud, écoles juives, librairies islamiques et bars branchés cohabitent sur le même trottoir. Un juif kabbaliste, un musulman et un barman racontent les dessous d’une pilosité fournie.

    1Michael Sebban, kabbaliste

    Michael Sebban est juif et spécialiste de la kabbale. Il est aussi l’auteur de plusieurs romans qui se déroulent autour de la rue Jean-Pierre Timbaud. Il arbore une belle barbe broussailleuse

    > Retrouvez tous nos articles sur Oberkampf dans notre StreetGuide


    A quel âge avez-vous commencé à porter la barbe ?

    A mes 20 ans, j’étais déjà mal-rasé. Puis ça s’est fait par étape selon l’évolution spirituelle. Il y a un interdit biblique contre le fait de passer une lame contre un visage. Comme je suis plutôt rustre ça m’arrange aussi. Je n’ai plus à m’en occuper.

    Avez-vous déjà été victime de barbophobie ?

    Au travail, c’était mal-vu d’être barbu, alors je la laissais pousser seulement pendant les vacances. Mais de la barbophobie, il ne faut pas exagérer. A partir du moment où vos collègues se sont habitués, ils ne vous disent rien.

    Vous pensez quoi de la moustache ?

    Je suis fils de moustachu, et pour moi c’est un signe de grande élégance. Quand j’avais 15 ans, c’est quelque chose qui m’interpellait.


    2Omar Benlaala, ancien tablighi

    Omar Ben Lala a été adepte du courant rigoriste Tabligh et a longtemps fréquenté la mosquée Timbaud. Il est l’auteur du roman La Barbe dans lequel il revient avec sur son engagement religieux. Aujourd’hui, il a une barbe de 3 jours.


    A l’époque, combien de temps consacriez-vous à l’entretien de votre barbe ?

    Je faisais mes ablutions plusieurs par jour et à ce moment, j’en profitais pour la lisser avec mes mains et un peu d’eau. Je la taillais un petit peu sur les côtés mais c’était relativement rare.

    Question barbe, qui était votre modèle ?

    Il y avait un cheikh, plus âgé, quand j’ai commencé à la mosquée de Saint-Denis. Il avait une super barbe et à l’époque je pensais que l’habit faisait le moine. Je me disais que si j’avais la même barbe, j’aurais certainement le même aura.

    Quel est le truc le plus bizarre que vous ayez retrouvé dans votre barbe ?

    Parfois quand tu manges, tu retrouves des petites choses, 4 heures après ton repas. Comme des lentilles par exemple.


    3Yann, serveur

    Yann a 28 ans. Serveur au Plein Soleil du côté de Parmentier, il sert les verres avec sa belle barbe rousse. Pas trop longue, pas trop courte : on a presque envie de la toucher.


    Quel conseil donnerais-tu à un musulman qui commence à se laisser pousser la barbe ?

    Ne le fais pas ! Tu es vite catalogué, ça suscite plus de crainte, vu l’ambiance et la conjoncture… Sinon, taille-la.

    Tu chopes plus depuis que tu as une barbe ?
    Non c’est pareil. Mais j’ai un pote qui lui, depuis qu’il s’est fait pousser la barbe, n’arrête pas de choper.

    Et ta mère, elle en pense quoi ?

    Elle n’aime pas du tout ! Elle trouve que ça fait sale, que ça cache mes traits et que ça me grossit. Tu trouves que ça me grossit ? Elle préférait quand j’étais rasé…


    > Retrouvez tous nos articles sur Oberkampf dans notre StreetGuide

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress  

    Streeguides

    Oberkampf