En ce moment

    24/01/2017

    Tu vis dans un HLM pourri ? Voici comment faire raquer ton bailleur

    Par Yacine Hilmi , Aladine Zaïane

    Vous saviez que si l’ascenseur est en panne, le bailleur doit faire porter les courses ? Yacine, président d’une amicale de locataires nous donne tous les tips pour faire respecter vos droits.

    Je préside depuis 5 ans l’Amicale des locataires de mon quartier, à Sevran.

    Il y a deux ans on a eu une absence de chauffage pendant un mois. On a fait une pétition, des courriers recommandés. Suite à ça, on a été reçus par le bailleur. Cette mobilisation a payé : On a eu des radiateurs électriques dont la consommation était prise en charge par le prestataire, car il n’avait pas fait la maintenance.

    Et les fenêtres ont été changées dans la foulée en plus des radiateurs.

    1. Arrêtez de réclamer verbalement

    Regroupez-vous en collectif de locataires et formulez tout par écrit. Les réclamations verbales sont classées sans suite, car il n’y a pas de traces. Alors qu’avec 100 personnes regroupées en association et qui réclament par mail ou courrier la même chose, ça a beaucoup plus d’impact.

    2. Réclamez une solution de remplacement pendant les travaux

    C’est dans votre contrat de bail : Quand il y a des pannes, le bailleur doit mettre en place des alternatives. Ce qu’ils ne font pas forcément. Par exemple pour les pannes de chauffage, ils doivent mettre à disposition des locataires, des radiateurs individuels pour les logements et prendre en charge une partie des dépenses liées à la consommation des radiateurs.


    « Pour les pannes de chauffage, ils doivent mettre à disposition des locataires, des radiateurs individuels »

    Yacine Hilmi, président de l’amicale des locataires

    3. Si l’ascenseur ne fonctionne pas, le bailleur doit vous monter les courses

    Il y a des problèmes d’ascenseur ? Le bailleur ou son prestataire doit mettre en place un système de portage en début de journée et fin d’après-midi. C’est contractuel.

    Ça ne coûte quasi rien au bailleur, mais ça change la vie de la mamie qui va faire ses courses et de la maman qui a des jumeaux dans une poussette. Sans parler de vos packs d’eaux!

    Souvent les prestataires en charge des ascenseurs essaient d’esquiver cette responsabilité. Mais si une association de locataires soudés leur envoie un courrier recommandé demandant ce système de portage, ils devront le mettre en place.

    4. Surveillez vos factures

    Contrôlez vos relevés de charges ! Vérifiez que tout ce qu’on fait payer correspond au service. Si vous montez une asso, affiliez-vous à une fédération comme la CGL. La CGL va vous mettre à dispo un juriste qui fait les contrôles de charges.
    Par exemple, le juriste regardera en détail les tâches à la charge du gardien. En fonction de ça, ils pourront vous dire quelle part de son salaire revient au bailleur et aux locataires.

    5. foutez la paix aux gardiens, ils ne sont qu’un relais

    Pour contrôler les charges venir rouspéter sur votre gardien ne changera rien. D’ailleurs quel que soit le souci, pas la peine de vous en prendre à lui. Il est l’intermédiaire entre les locataires et le bailleur. Rien de plus. Il fait remonter les informations et ça s’arrête là. Il n’a pas le pouvoir direct de réparer un dégât des eaux ou encore de faire fonctionner les chauffages.

    En fait, ce sont les directions de ces bailleurs qui ne sont pas assez réactives. En plus, il y a des prestataires différents pour chaque truc : le chauffage, la plomberie, l’électricité… le temps qu’un problème leur remonte, qu’il fasse un état des lieux, un devis, qu’ils négocient… il y a déjà plusieurs semaines qui se sont écoulées.

    Mais maintenant vous avez quelques trucs pour vous faire entendre et on doit tous s’organiser en association pour améliorer nos conditions de vie !

    Bougez-vous et vous gagnerez des sous !

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER