En ce moment

    15/02/2017

    « Ce ne sont pas des émeutes, c'est une révolution »

    Par Mike Jack , Aladine Zaïane

    En 2005, suite à la mort de Zied et Bouna, Mike Jack est descendu dans la rue pour affronter la police. Originaire des Bosquets à Montfermeil, la violence de la police était son quotidien. La violence et la révolte étaient selon lui un droit légitime.


    « Il a fallu qu’il y ait toute cette haine qui ressort, pour avoir des changements à Clichy et Montfermeil » Mike Jack

    C’est le constat amer que dresse Mike Jack qui a grandi au quartier des Bosquets à Montfermeil, juste à côté de Clichy-sous-bois. En 2005, après la mort de Zied et Bouna, Mike Jack avait affronté la police. Il refuse de parler d’ « émeutes », et place le mouvement de 2005 dans la lignée d’autres mouvements de contestation politiques violents. Il prend à contre-pied la récente déclaration de Cazeneuve :

    « L’émotion est légitime et la violence est nécessaire »

    Douze ans après, Mike Jack a le sentiment de revivre le même scénario et que rien n’a changé : « On n’est plus sur la carte de France ».

    Avec son groupe GEN ZU Clan, il a sorti un morceau baptisé 2.0.0.5 en référence aux « révoltes » de la même année :

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER