En ce moment

    08 / 03 / 2017

    « Television rules the Nation ! »

    Network, un nouveau magazine pour les butés de télé US et d’internet

    Par Rodrigue Jamin

    Le dernier né de la famille Rockyrama s’appelle Network. Au programme du #1 de ce Mook sur la télé et Internet : une interview de Romain Gavras, un papier sur les Power Rangers et un dossier sur MTV. On a posé quelques questions à Nico Prat, le red chef.

    Après Otomo, un mag’ sur la culture nippone, l’équipe de Rockyrama sort un nouveau magazine : Network. Dans les 147 pages de ce nouveau Mook, l’équipe passe au crible la télé et l’internet.

    Autour de Nico Prat et Johan Chiaramonte, les deux rédacteurs en chef, on retrouve des plumes bien connues des lecteurs de Rockyrama : Joe Hume ou Aurélien Noyer pour ne citer qu’eux. De nouvelles têtes font aussi leur apparition. Notamment Laurent-David Samama, auteur d’un bouquin sur Kurt Cobain, qui revient, tout en couleurs, sur la saga Power Rangers !

    « Go go Power Rangers », mais pas seulement. Au sommaire de Network : une interview fleuve de Romain Gavras, un dossier sur MTV ou encore une interview de Justin Theroux, le quadra mal rasé de The Leftovers… Pour l’instant, Network s’envisage comme un hors-série mais m’équipe discute déjà du numéro 2.

    L’occasion de revenir avec Nico Prat sur le fonctionnement du magazine et les objectifs de l’équipe.


    Après Rockyrama et Otomo, l’équipe publie un nouveau média qui s’appuie sur le format papier. Pourquoi ce choix ?

    On est très attaché à ce format. On a décidé de produire un magazine sans aucune publicité et de coucher nos textes sur du beau papier. Ce n’est pas un objet qui est destiné à être feuilleté aux toilettes et puis laissé à côté de la cuvette. Le but, c’est que les gens l’achètent, qu’ils le lisent bien sûr, mais aussi que ça devienne un objet de collection. C’est un magazine à plus de 10€ qui s’adresse à une niche, donc c’est important que les gens qui nous achètent aient un objet de qualité. Dans l’équipe, on est tous très collectionneurs : l’idée d’acquérir un magazine qui se garde longtemps vient probablement de là.

    Qu’est-ce que le magazine apporte de nouveau dans le paysage culturel ?

    On s’est simplement rendu compte que c’est exactement ce projet qui nous manquait ! En matière de télévision, la presse ne fait pas grand-chose et s’intéresse beaucoup à ce qui se fait en France. Mais de notre côté, on voue un intérêt tout particulier aux US et au côté vintage. Il nous fallait donc ça chez Rockyrama. Un mag’ sur la télé qui évoque tout ce qui nous plaît : d’un late show de Jimmy Fallon aux épisodes des Power Rangers !

    Quel est le menu de ce premier épisode ?

    Alors, on est très fiers d’avoir Romain Gavras pour une interview fleuve. On y aborde son rôle de réalisateur et d’acteur mais surtout les clips qu’il a réalisés et qu’on aime beaucoup. Ensuite, on a énormément de thèmes différents. On a un dossier MTV qui comprend une interview de Jeff Tremaine, à l’origine de Jackass. On a tous grandi avec Jackass !

    Et puis, y a plein d’autres articles : une interview de Justin Theroux à l’aube de la saison 3 de The Leftovers.

    Comment arrivez-vous à convaincre ces figures américaines de la télé à témoigner dans un magazine qui démarre seulement ?

    On a toujours eu de la chance ! Dans l’équipe, on est tous des fans boys de tous ces gens. Du coup, je pense simplement que ces acteurs, ces réalisateurs qui veulent bien nous accorder du temps sentent qu’on a de bonnes intentions. On aime bien poser les questions, mais on est surtout très à l’écoute de ce qu’ils peuvent bien nous répondre. Et, ça, ils le ressentent.

    Le titre : Network, pourquoi ?

    Alors, c’est d’abord une référence au film culte de Sidney Lumet [Network, main basse sur la télévision – 1975, ndlr] ! Et puis on peut également rapprocher le titre au fait qu’on est dans une société où on regarde la télé sur l’écran de l’ordi et inversement. Tout est désormais lié. Et puis, très simplement, c’est juste un titre qui claque !


    Pour retrouver le magazine, rendez-vous dans toutes les bonnes librairies ou par ici

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress