En ce moment

    13/03/2017

    Ce matin Farhad n'a pas été expulsé vers l'Afghanistan

    Par Tomas Statius

    Le jeune traducteur, dont StreetVox vous avait parlé, devait être expulsé ce matin vers la Norvège avant d'être renvoyé en Afghanistan où il est menacé de mort. Grâce à l'action d'une quinzaine de militants, son expulsion a été annulée.

    Ce vendredi 10 mars, on vous racontait l’histoire de Farhad, un réfugié afghan, traducteur pour l’ONU, menacé de mort dans son pays. Trois jours plus tard, ce jeune homme, avec lequel StreetVox s’était longuement entretenu, devait être expulsé vers Kaboul, via la Norvège où sa demande d’asile a été refusée. Mais c’était sans compter sur le soutien de militants engagés pour les réfugiés. Ce matin, ils étaient une quinzaine à l’aéroport Charles de Gaulle pour s’opposer à son expulsion. « On est arrivé à 9h00 », raconte l’un d’entre eux contacté par StreetPress :

    « On a prévenu les passagers qu’il y avait un réfugié dans l’avion. Et qu’il fallait refuser de décoller. »

    La manoeuvre a été concluante. Face à l’indignation de plusieurs voyageurs, dont une femme qui a été menacée d’être débarquée par la police aux frontières, l’expulsion de Farhad a été annulée. Ce dernier est descendu de l’avion dans lequel il avait été forcé de monter quelques minutes plus tôt. Avant d’être emmené par la police. « Mais on ne sait pas où il a été emmené. Son portable est toujours éteint », raconte le même témoin. Selon la procédure, l’homme devrait être ramené au Centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot, où il a déjà été enfermé pendant 15 jours.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER