En ce moment

    11/04/2017

    Des lycéens victimes de contrôles au faciès portent plainte contre l'Etat

    Par Tomas Statius

    De retour de sortie scolaire, plusieurs élèves d'Elise Boscherel, prof dans le 93, avaient été contrôlés à la gare du Nord. La jeune femme et ses élèves ont décidé de porter plainte contre l'Etat pour discrimination raciale.

    Le 13 mars 2017, StreetVox vous racontait l’histoire d’Elise Boscherel, professeure au lycée professionnel d’Epinay-sur-Seine (93). Le 1er mars 2017, la jeune femme avait été le témoin de contrôles au faciès à Gare du Nord sur trois de ces élèves. La classe d’Elise rentrait à peine d’une sortie scolaire à Bruxelles quand les policiers se sont acharnés sur Mamadou, Ilyas et Zackaria.

    Choquée, la prof tentait de déposer plainte au commissariat de Saint-Denis le lendemain. « Le fonctionnaire de police a refusé de prendre ma plainte », racontait-elle à StreetVox. Les fonctionnaires lui auraient alors expliqué :

    « On ne prend pas les plaintes contre les fonctionnaires de police ».

    Plainte contre l’Etat

    Lundi 10 avril, Elise et ses élèves contre-attaquent. Lors d’une conférence de presse organisée dans le cabinet de leur avocat Maitre Slim Ben Achour, ils ont annoncé leur intention de déposer plainte contre l’Etat pour « discrimination raciale ». La plainte devrait être déposé d’ici mercredi selon nos confrères du Bondy Blog qui étaient sur place. « Nous irons jusqu’au bout, je ne suis pas le seul à vivre ça. Nous sommes des milliers, des milliers », s’est insurgé Mamadou lors de cette conférence, cité par le Bondy Blog.

    Maitre Slim Ben Achour a déjà fait condamner l’état dans une affaire similaire à Belleville. « Nous ne pouvons plus laisser notre jeunesse, nos enfants, maltraités de la sorte », a t-il déclaré.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER