En ce moment

    11/04/2017

    Des lycéens victimes de contrôles au faciès portent plainte contre l'Etat

    Par Tomas Statius

    De retour de sortie scolaire, plusieurs élèves d'Elise Boscherel, prof dans le 93, avaient été contrôlés à la gare du Nord. La jeune femme et ses élèves ont décidé de porter plainte contre l'Etat pour discrimination raciale.

    Le 13 mars 2017, StreetVox vous racontait l’histoire d’Elise Boscherel, professeure au lycée professionnel d’Epinay-sur-Seine (93). Le 1er mars 2017, la jeune femme avait été le témoin de contrôles au faciès à Gare du Nord sur trois de ces élèves. La classe d’Elise rentrait à peine d’une sortie scolaire à Bruxelles quand les policiers se sont acharnés sur Mamadou, Ilyas et Zackaria.

    Choquée, la prof tentait de déposer plainte au commissariat de Saint-Denis le lendemain. « Le fonctionnaire de police a refusé de prendre ma plainte », racontait-elle à StreetVox. Les fonctionnaires lui auraient alors expliqué :

    « On ne prend pas les plaintes contre les fonctionnaires de police ».

    Plainte contre l’Etat

    Lundi 10 avril, Elise et ses élèves contre-attaquent. Lors d’une conférence de presse organisée dans le cabinet de leur avocat Maitre Slim Ben Achour, ils ont annoncé leur intention de déposer plainte contre l’Etat pour « discrimination raciale ». La plainte devrait être déposé d’ici mercredi selon nos confrères du Bondy Blog qui étaient sur place. « Nous irons jusqu’au bout, je ne suis pas le seul à vivre ça. Nous sommes des milliers, des milliers », s’est insurgé Mamadou lors de cette conférence, cité par le Bondy Blog.

    Maitre Slim Ben Achour a déjà fait condamner l’état dans une affaire similaire à Belleville. « Nous ne pouvons plus laisser notre jeunesse, nos enfants, maltraités de la sorte », a t-il déclaré.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER