En ce moment

    03 / 05 / 2017

    « Ce dont je suis le plus fier avec Zebda, c'est d'être restés ensemble, car c'est le plus grand défi »

    L'interview partage de Magyd Cherfi

    Par Gael Cérez , Fanny Moulin

    Il est parolier et chanteur pour Zebda. On l’a vu au cinéma, parfois. Dans les manifs, souvent. Après son troisième livre, Ma part de Gaulois, il revient à la musique avec Catégorie reine, un album financé par les internautes !

    Quel est le dernier truc que tu as partagé ?

    Un repas que j’ai offert à la Brasserie des Beaux-Arts à mes six frères et sœurs quand j’ai eu un prix pour mon bouquin.

    A l’inverse, qu’est-ce que tu ne partagerais pas ?

    Pas grand-chose, si ce n’est ce qui est enfoui au fond de moi-même, ce qu’on appelle le jardin secret. Même si c’est un mot prétexte pour cacher des choses. Idées, convictions, fric, bonne humeur, j’ai donné à peu près tout ce que je pouvais avoir, mais il y a des secrets intérieurs que je ne partagerais avec personne : des lubies littéraires, des projets perso.

    Quelle est la chose réalisée à plusieurs dont tu es le plus fier ?

    Zebda ! Ce dont je suis le plus fier, ce n’est pas tant les chansons ou la créa, c’est d’être restés ensemble, car c’est le plus grand défi. On a résisté aux plus grandes vicissitudes. On a poussé le compromis jusqu’au dégoût dans l’idée que le partage, c’est aussi lâcher une part. Dans l’idée automatique de laisser de la place aux autres, je me refusais de venir avec plus d’un septième d’idée.

    Que faudrait-il partager un peu plus dans notre société ?

    Vaste question. Beaucoup de choses, puisqu’on vit dans un monde qui incarne la parfaite inégalité : une immensité de misérables et quelques dizaines de personnes qui détiennent les trois quarts des richesses de la planète. Il faudrait tout partager, le fric, le droit d’avoir une vie décente, le droit de bien manger, de boire, de s’instruire, d’avoir accès aux produits culturels, car rien ne l’est.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER