Madame la ministre, nous sommes des militantes, pas des exhibitionnistes !

29 Mai 2017

par FEMEN, mouvement féministe international né en Ukraine en 2008.

Les militantes féministes Femen sont traînées en justice pour exhibition sexuelle. Elles écrivent à Marlène Schiappa pour que leurs happenings soient reconnus comme des actions militantes.

Madame la Ministre,

Vous êtes nouvellement promue secrétaire d’Etat avec pour mission de lutter efficacement contre les discriminations faites aux femmes.

Nous regrettons que votre charge ne soit pas un ministère à part entière, ce qui vous aurait donné la possibilité de participer au conseil des ministres, dès mercredi, et de faire entendre plus fortement la voix des femmes.

Votre engagement féministe de longue date, la force de vos convictions, sont des indicateurs rassurants quant à la sincérité de vos futures actions au sein du nouveau gouvernement.

Si nous prenons la plume pour vous écrire et vous souhaiter les meilleurs auspices pour l’avenir, c’est que nous voulons aussi attirer votre attention sur ce sujet qui nous tient aussi à cœur.

Notre slogan : « Mon corps, mon arme ! »

Le 31 mai 2017, quatre d’entre nous seront de nouveau convoquées devant le tribunal de grande instance de Paris, comme des criminelles, accusées et sommées de comparaître pour répondre du délit d’exhibition sexuelle.

Depuis ses origines, FEMEN utilise son corps pour faire passer ses messages politiques. Parmi nos slogans, vous aurez sans doute noté le suivant : « My body, my weapon ! » [Mon corps, mon arme, ndlr]

Slogan qui lève toute ambiguïté sur l’utilisation de notre corps, que nous ne dédions à la vente d’aucun produit, ni à aucune tentation, mais que nous brandissons bien comme une arme politique.

femen1
/ Crédits : Renan Astier/Des militantes FEMEN, à Paris

Comme vous avez pu le constater, en suivant notre actualité, nos manifestations pacifistes ne protègent guère nos activistes d’arrestations musclées, ni de longues gardes à vue, les conduisant même par le passé, et dans certains pays, en prison.

Nous ne nous plaignons pas, les réactions virulentes des parties incriminées par nos actions témoignent de la pertinence et du bien-fondé de notre militantisme.

Les procès pour exhibition sexuelle se multiplient

C’est sur un sujet très national que nous aimerions attirer votre attention. Nous avons observé une forme pernicieuse de discrimination contre notre mouvement en France.

Serait-ce pour nous faire taire (définitivement ?), qu’on nous intente de manière de plus en plus récurrente des procès pour exhibition sexuelle ? Le législateur s’appuie sur une loi archaïque et rétrograde qui ne semble plus être utilisée que contre nous. Dans aucun des pays où nos militantes ont été arrêtées, l’exhibition sexuelle n’a été retenue.

A ce jour en France, pays qui se targue d’être celui de la déclaration universelle des droits de l’homme, nous avons déjà écopé de trois procès pour exhibition sexuelle et quatre sont à venir, dont un double ce mercredi 31 mai 2017.

Pourquoi n’autoriser que les hommes à se balader à moitié nus ?

Le motif d’exhibition sexuelle, retenu contre nous, est, en soi, une discrimination, puisqu’elle ne s’appliquera jamais contre un homme manifestant torse nu. Par exemple, lors de la 27e cérémonie des Molière en 2015, un comédien s’était présenté entièrement nu, devant la Ministre de la culture, Fleur Pellerin, pour faire passer son message politique.

Non seulement, aucune personne du service d’ordre ne s’est jeté sur lui pour le couvrir et l’exfiltrer, mais, qui plus est, son intervention été retransmise dans son intégralité à la télévision (en floutant les parties génitales, mais pas son torse). Aucune plainte n’a été retenue contre lui.


« Aucune d’entre nous n’est prise d’une pulsion sexuelle frénétique et insatiable à la vue du Pape, de Poutine, de Le Pen ou de Strauss-Kahn. »

FEMEN, collectif féministe.


Exhumé des tables de lois anciennes, le motif d’exhibition sexuelle vise manifestement à nier le caractère politique de nos actions et à les rabaisser à une forme de délinquance sexuelle.

Rappelons à titre de comparaison, qu’en 2016, le vice-président du Modem, interpellé pour exhibition sexuelle après s’être masturbé dans un magasin en présence de jeunes enfants, a vu son affaire classée sans suite par le parquet et qu’il siège toujours au parlement européen.

Vous pouvez remédier à cette situation absurde

Madame la Ministre, il n’y a pas de délinquante sexuelle au sein du mouvement FEMEN, il n’y a que des militantes politiques. Aucune d’entre nous n’est prise d’une pulsion sexuelle frénétique et insatiable à la vue du Pape, de Poutine, de Le Pen ou de Strauss-Kahn. Vous avez maintenant les moyens de remédier à cette situation absurde en ne permettant plus que nos poitrines soient associées à des actes à connotations sexuelles.

Nous vous prions Madame la Ministre de prendre en considération notre requête, ainsi vous enverriez un signal fort à l’ensemble des femmes de ce pays et mettriez fin à une discrimination insupportable et surtout injustifiable.