Bientôt un colloque universitaire sur le hip hop à Nanterre

Bientôt un colloque universitaire sur le hip hop à Nanterre

« Tout le monde peut y intervenir »

From the bottom | Interviews | par | 7 Juillet 2017

Bientôt un colloque universitaire sur le hip hop à Nanterre

En mars prochain, le professeur Alain Milon prévoit un colloque entier sur le hip hop à l’université de Nanterre. En attendant, l'appel à candidatures est ouvert.

« En France, il est compliqué de faire reconnaître les études autour du hip hop. Mais il n’empêche qu’on peut essayer. » Alain Milon est professeur de philosophie à l’Université de Nanterre, ainsi que spécialiste de la ville. Dans les années 80, il a tenté de lancer un cours autour du rap à Paris 8. « Ça a fait pschitt… Le rectorat nous a demandé de ne pas renouveler l’expérience. »

Pas de quoi décourager ce chercheur. Après plusieurs colloques sur le graffiti, il décide d’en organiser un autour du hip hop à l’Université de Nanterre. StreetPress avait quelques questions à lui poser :


On parle de quoi dans un colloque sur le hip hop ?

De plein de choses. Derrière le terme « hip hop », il y a les cultures urbaines et la culture de la ville. Une thématique qui touche à tous les domaines : les arts, tous les champs des sciences humaines et sociales, l’agencement de la ville et donc l’urbanisme, la politique aussi, etc… Et toutes les facettes de la ville peuvent être abordées, aussi bien le rap, que le graffiti, le vandalisme, la banlieue, le malaise de la vie urbaine.

A qui s’adresse ce colloque ?

Même si le colloque se déroule à l’université, dans un cadre universitaire, il faut qu’il soit ouvert à tous, et il l’est. Tout le monde peut prendre le micro et intervenir. Nous savons que le cadre universitaire peut paraître exclusif, mais ça n’est pas le cas. Nous voudrions accueillir des intervenants de tous horizons, aussi bien des chercheurs et anthropologues que des responsables associatifs ou des artistes. Nous voulons un truc transversal, qui pourrait parler au plus grand nombre, plutôt qu’une approche théorique du sujet.

Et où en est la recherche autour du hip hop ?

En France, quand je parle du colloque ou même du sujet dans le milieu académique, ça fait sourire. Si la danse est davantage prise au sérieux, ça n’est pas le cas du reste des disciplines, souvent prises à la légère. Il y a des thèses qui existent. Mais elles restent des objets exceptionnels. Aux USA, des cours sur le hip hop existent au même titre qu’une licence d’anglais. Comme il existe des dizaines de colloques autour du sujet.

Mais l’université est un milieu très lent. Il faut laisser du temps et attendre qu’il y ait un certain nombre de projets pour que le hip hop devienne un objet d’étude et de cours.


Le colloque aura lieu en mars prochain et l’appel à candidatures vient d’ouvrir. L’appel dure jusqu’en octobre. Toutes les infos sont ici !


L'actu