Harcèlement sexuel à la RATP

Harcèlement sexuel à la RATP

Une mutation, cinq jours de suspension... et c'est tout

Attentifs ensemble | Infos StreetPress | par | 12 Avril 2018

Harcèlement sexuel à la RATP

Pendant 2 ans, Sarah*, employée à la RATP, a été victime de harcèlement sexuel de la part d'un collègue représentant du personnel. Direction comme syndicat ont voulu régler l'affaire, sans faire de vagues. La jeune femme a porté plainte.

On ne sait pas bien comment elle fait pour tenir. Elle non plus d’ailleurs. En ce jour gris de janvier, Sarah (1) peine à retenir ses larmes à l’évocation des long mois de harcèlement et d’agressions sexuelles qu’elle a vécus. « Je suis désolée, je m’étais promis de ne pas pleurer », s’excuse-t-elle devant son café crème. Il est midi. Elle vient de terminer son service à la station Crimée, sur la ligne 7 du métro parisien. C’est là, sur son lieu de travail, que Sarah a été harcelée par l’un de ses collègues, Kamel S, également représentant du personnel pour le syndicat Unsa. Un homme, dont l’épaisseur sociale importante faisait craindre à la jeune femme des représailles. Ce dernier l’aurait d’ailleurs menacée de « briser sa carrière » si elle osait tout révéler : les messages incessants, les appels et les agressions…

En février 2017, après plusieurs signalements en interne, la jeune femme décide finalement de porter plainte pour « harcèlement sexuel ». Mais depuis, l’enquête traîne, regrette son avocat Maître Gerbaud :

« Sachant que c’est un représentant syndical, il y a clairement la volonté que ça n’aille pas très loin. »

Dès son arrivée, il met le grappin sur elle

Août 2015. Sarah est nouvelle à la RATP. Elle se retrouve en station, affectée sur la portion nord de la ligne 7. Ce tronçon, c’est le territoire de Kamel S. Le quadra au sérieux embonpoint a fait toute sa carrière sur la ligne. Dès son arrivée, il lui met le grappin dessus. « Il est venu me voir (…), il était très gentil, il me disait que je pouvais l’appeler si j’avais un problème », se souvient la jeune femme. Il lui donne même son numéro de téléphone perso. L’homme est un ami d’amis. Sarah est en confiance. De plus, elle est impressionnée. À la RATP, Kamel est quelqu’un. Délégué Unsa, l’un des principaux syndicats que compte la régie, il siège dans l’une des instances centrales de l’entreprise. En partie déchargé de son poste, il voyage sur toutes les lignes pour défendre les salariés. Devant elle, le quadra se pavane. « Il me montrait les gens célèbres avec qui il était en photo », poursuit la jeune femme. L’esbroufe se poursuit par textos : selfies et autres photos de groupe lors de déjeuners d’affaires…

Rapidement, Kamel se montre plus entreprenant. Les textos s’enchaînent. Ils sont progressivement accompagnés de mots doux. « Il m’appelait mon miel, mon amour, ma chérie ». Quand Sarah et Kamel se croisent, ce dernier poursuit sur le même registre :

« Une fois, il m’a dit. “Tu fais du 38-40, alors tu dois faire du tant en tour de poitrine”. »

Rapidement, la jeune femme devient une obsession. « Il parlait mal de Sarah », poursuit Jean (1), lui aussi employé par la régie des transports parisiens :

« Je le mettais en garde. Je lui disais : “Tu ne parlerais pas comme ça de ta femme”. »

Harcèlement

Le 31 décembre 2015, le soir du réveillon, Sarah et Kamel sont de service. Il est presque minuit. À la station Louis Blanc, l’homme mime une fellation en regardant Sarah. Mathilde (1), présente ce soir-là, se souvient de la scène :

« C’était vraiment dégoûtant. »

Mais c’est véritablement en avril 2016, huit mois après son arrivée dans l’entreprise, que le harcèlement devient insupportable, explique la jeune femme. Deux événements marquent ce changement d’échelle. À partir du 14 avril 2016, dans une série de textos que StreetPress a pu consulter, l’homme ne cache plus ses véritables intentions. « Mais moi si je te touche c’est pour la vie. Deuxième femme mais à égalité mon cœur », lui écrit-il le 14 avril à 15h52. Puis à 15h55 :

« Mmmmm j’ai envie de te faire l’amour mon amour. Ah ton dieu, le jour où je t’attrape je te mange, je te déchire à fond. »

Avant de rétropédaler quelques minutes plus tard. « Attention, efface les messages », écrit-il à 17h01. Le 22 mai, rebelote :

« Mets une jupe, envoie moi la photo. »

« Non, mais ça va pas », répond du tac au tac la jeune femme. Ça ne calme pas les ardeurs de Kamel. Deux jours plus tard, l’homme lui envoie le même message. Réaction de Sarah :

« Mais t’es complètement taré. »

Le 15 mai 2016, Kamel aurait essayé de l’embrasser, alors qu’ils ne sont que tous les deux dans les bureaux de la station Louis Blanc, déclare-t-elle aux policiers :

« Il m’avait bloquée fort contre l’armoire (…), je l’avais repoussé. »

Médiation

Le 28 septembre 2016, Sarah dépose une première main courante au commissariat du 10ème. Dans la foulée, elle avertit sa hiérarchie ainsi qu’une partie de ses collègues. Jusqu’alors, personne n’était au courant. La jeune femme sollicite un premier rendez-vous avec sa supérieure directe. La rencontre, informelle, ne fait pas l’objet d’un signalement. Sarah et ses collègues les plus proches espèrent encore régler les choses à l’amiable. Elle ne veut pas nuire à la réputation de l’homme public, indique-t-elle, ni à sa vie de famille. Les choses se passent alors en coulisses, par l’entremise du syndicat Unsa, dont elle est adhérente.

En novembre, rendez-vous est pris au siège parisien pour mettre les choses à plat. Kamel est là aussi. Il commence par nier les faits. « Ce n’est pas moi qui ai envoyé les textos, c’est lui », déclare-t-il à l’assemblée, en désignant un ami de Sarah, également présent dans la salle :

« Il avait mon code de téléphone. »

Deux témoins de la réunion confirment la scène. Arole Lamasse, l’un des boss de l’Unsa RATP fait la grosse voix et rappelle à l’ordre son agent. Kamel finit par reconnaître, à mots couverts, être l’auteur des textos. « Ils ont dit qu’ils allaient le muter sur une autre ligne, que je n’avais plus à m’en faire ». « Monsieur S. et madame B. sont venus me voir en me disant qu’ils ne voulaient plus se croiser », se souvient Arole Lamasse, joint par StreetPress :

« Je leur ai dit que je n’étais pas officier de police judiciaire et que la seule chose que je pouvais faire était d’appuyer la mutation de Monsieur S. »

Radio Tunnel

La jeune femme déchante pourtant rapidement. Non seulement Kamel reste en poste, pour le moment, mais celui-ci se répand en rumeurs. « Il a retourné des gens. Il a utilisé sa féminité contre elle », prolonge Paul :

« Certains venaient me voir et me disaient “C’est pas possible Paul, c’est elle qui l’a allumée”. »

« Personne ne croyait Sarah », prolonge Michel (1), cadre à la RATP :

« Il y a eu une sourde oreille collective. Les gens ne comprenaient pas qu’elle ait répondu si longtemps à Kamel, mais ils avaient une vision d’hommes. Personne n’a saisi que Sarah essayait juste de se protéger en gardant la meilleure relation possible avec son harceleur. »

Pour l’ancien de la maison, la faute à « l’ambiance grivoise » et au sexisme qui règnent au sein de l’entreprise. Petites remarques et sous-entendus sont légion dans les tunnels :

« Les deux tiers des femmes que je connais subissent cette situation. Elles ne disent rien face à ces remarques, car elles ne veulent pas paraître pimbêches. »

À la RATP, se maquiller ou rire avec des hommes quand on est une femme peut être mal vu, prolonge Paul. Pendant plusieurs mois, Sarah subit les quolibets, les regards en coin et les messes basses. Elle vit un deuxième harcèlement, plus insidieux, plus difficile à dénoncer.

Cinq jours de mise à pied

Le 9 novembre 2016, Sarah déclare finalement son harcèlement via le service interne de l’entreprise. Ce dernier reçoit sa plainte. Une enquête est ouverte. « Dès que le management a été informé du signalement, des mesures ont été prises », indique le service presse de la RATP :

« L’agent concerné a été muté sur un autre site de manière définitive. »

Ce que contredit Sarah. Le 31 janvier 2017, elle est entendue une seconde fois par le responsable des ressources humaines de la ligne 7. Elle demande à être éloignée de Kamel, plus de trois mois après sa première déclaration. « Je veux qu’il soit éloigné de moi, mais pas qu’il soit sanctionné lourdement », indique la jeune femme au terme de son audition. L’homme écope finalement de cinq jours de mise à pied pour « l’envoi de messages à caractère sexuel », et non pour harcèlement sexuel, comme l’aurait voulu Sarah. Kamel est finalement muté sur une autre ligne de métro. Il est toujours délégué syndical.

Lettre anonyme

Mais l’affaire de Sarah devrait rebondir au pénal. Le 24 février 2017, après avoir déposé une seconde main courante, en décembre 2016, elle finit par porter plainte pour « harcèlement sexuel » au commissariat du 10ème arrondissement. Deux certificats médicaux, l’un établi par le service des Unités Médico-Judiciaires (UMJ) de l’Hôtel-Dieu, l’autre par le médecin du travail de la RATP, attestent de l’état de fragilité de la jeune femme. « Madame B. présente une symptomatologie anxio-dépressive », écrit ce dernier le 27 décembre 2016. Pour les UMJ, le préjudice de Sarah est estimé à 28 jours d’interruption temporaire de travail (ITT). L’affaire devrait être audiencée le 12 septembre.

L’enquête devra, entre autre, déterminer la provenance d’une lettre anonyme que Sarah a reçue à son domicile en novembre 2016. Celle-ci est adressée à son mari. Elle accuse la jeune femme d’avoir des relations sexuelles avec l’un de ses collègues (ce qu’elle nie). C’est à cette occasion que Sarah lui parle, pour la première fois, du harcèlement qu’elle subit. « Il s’est senti trahi. Il ne l’a pas supporté », explique Sarah, les yeux soudainement emplis de larmes. Depuis, ils se sont séparés. Si Sarah n’est pas sortie d’affaire, le plus dur est passé selon Jean :

« Heureusement qu’il y avait ses collègues. Sans eux, je crains qu’elle se serait suicidée. »

Contacté par StreetPress, Kamel S. n’a pas donné suite à nos demandes d’interview


L'actu