En ce moment

    24 / 09 / 2018

    La rédaction est spécialisée dans l'actualité de la communauté gay

    Saccage et tags homophobes dans les locaux de Garçon Magazine

    Par Inès Belgacem

    Lundi 24 septembre, la rédaction de Garçon Magazine, spécialisée dans l'actualité LGBT, a retrouvé l'entrée de ses locaux saccagée. Le directeur de la publication a porté plainte pour vol, dégradations et acte homophobe.

    Des tags « sale PD », des cartons de magazines arrachés et pillés, ainsi que d’autres fournitures renversées, les journalistes de Garçon Magazine ont retrouvé l’entrée de leur bureau saccagée ce lundi matin. Les faits se sont déroulés entre 16h et 22h dimanche soir, selon Tristan Barreiros, journaliste en charge du pôle numérique :

    « Nous sommes habitués à relayer les agressions homophobes et à les combattre. Mais ça ne nous était jamais arrivé personnellement depuis la création du magazine en 2015. »


    Depuis trois ans, Garçon Magazine, qui possède également les sites Qweek et Codes de Gay, est spécialisé dans l’actualité de la communauté gay. Basée dans le 11e arrondissement, du côté de Bastille, la rédaction est installée dans un immeuble tranquille, partagé entre habitations et petites entreprises. « Il fallait d’abord savoir où nous étions, mais aussi trouver le code d’entrée et l’étage », explique Tristan Barreiros. Dimanche soir, un de ses collègues fait un détour par la rédaction en sortant d’une soirée dans le quartier. En entrant, il tombe, avec stupeur, sur cette entrée dégradée :

    « L’ascenseur a aussi été tagué d’un “sale PD”. »

    Un acte homophobe

    Le salarié appelle tout de suite la police, qui arrive quelques minutes plus tard. « On a été agréablement surpris d’être pris au sérieux. Il y avait encore une scientifique dans la rédaction ce matin. Même si ça ne mènera surement nulle part, on se sent soutenu par les autorités », assure Tristan. Le directeur de la publication, Christophe Soret, a porté plainte pour vol, dégradations et acte homophobe.

    L’entrée de la rédaction garcon-magazine-degradation-homophobe.jpg

    Même si les auteurs des dégradations n’ont pas réussi à entrer dans les locaux, cet acte homophobe réveille un certain nombre de craintes chez les salariés des magazines. « En 2016, à la suite de la fusillade dans une boite gay d’Orlando, on faisait très attention aux gens qu’on faisait entrer dans les bureaux, à qui on donnait les codes, etc… Autant de règles qu’on a oubliées au fil des mois. On va peut être en remettre en place », explique Tristan Barreiros. D’autant plus que, les débats sur la PMA revenant dans l’actualité, les « démons et frictions devraient revenir avec », juge le journaliste. En attendant, la rédaction ressent encore davantage le besoin de dénoncer les actes d’homophobie:

    « Ça ne fait que nous rebooster. »

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER