En ce moment

    17/01/2011

    Le marché automobile des pays émergents dans le rétroviseur des pays développés

    Par Romain Giuseppone

    Alors qu'en 2005, il se vendait deux fois plus de véhicules sur les marchés des pays développés d'Europe de l'Ouest, des Etats Unis et du Japon, cet écart est tombé à 20% début 2010. StreetPress t'explique ce retour de bâton.

    Sale temps pour les ventes de voitures en Europe. En 2010, les immatriculations de voitures neuves ont diminué de 5,5%. L’Allemagne, qui est le premier marché du continent enregistre une baisse de 6,9%. L’Italie et la France ne sont pas en reste avec des baisses respectives de 9,2% et 2,2%.

    En Chine par contre, les immatriculations ont augmenté de 33%, totalisant 13,8 millions de voitures. General Motors, leader en Chine, a vendu plus de véhicules sur le marché chinois qu’aux USA. Pour Gérard Morin, responsable du secteur automobile pour le cabinet PWC , « la Chine est la locomotive des pays émergents, avec 11 millions de véhicules produites par an, le pays va doubler sa production entre 2009 et 2016 ».

    En 2011, l’Association Chinoise des Constructeurs table sur une croissance comprise « entre 10 et 15% ». A Pékin, la municipalité tente de juguler la croissance du marché automobile pour faire face à des embouteillages monstres. Pour les constructeurs automobiles, le potentiel de croissance se trouve dans la classe moyenne chinoise située dans les petites villes.

    Dans les autres grands pays émergents, comme au Brésil, l’augmentation du parc automobile crève le plafond avec 11% de croissance. En Inde, où la moto est reine, le marché de l’automobile connaît une hausse vertigineuse de 32% malgré les débuts timorés de la Tata Nano. Profondément marquée par la crise économique et financière, la Russie connaît un bond de 30% de ses commandes (1,9 millions d’unités). L’embouteillage Paris-Moscou-Pékin, c’est pour bientôt ?

    Source: Les Echos du 17 Janvier 2011

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER