En ce moment

    20 / 02 / 2019

    Cette série humoristique doit être diffusée juste avant le concours, mais la France fait pression

    La série de fiction israélienne sur l’Eurovision, où le candidat français est musulman, homosexuel et terroriste

    Par Johan Weisz

    Un candidat à l’Eurovision qui se trouve être un homosexuel musulman qui en profite pour planifier un attentat terroriste en Israël, tel est le pitch d’une série que doit diffuser la télévision israélienne. De quoi faire paniquer les autorités françaises.

    Toute ressemblance avec des faits réels serait fortuite. La série israélienne s’appelle « Douze Points » (en français dans le texte), comme la meilleure note qu’un candidat peut obtenir à l’Eurovision. Programmée pour une diffusion dans les prochaines semaines, juste avant le concours de l’Eurovision en Israël en mai prochain, son scénario fait froid dans le dos. Le pitch de la série, – écrite avant que le candidat français ne soit connu : un chanteur homosexuel de confession musulmane représente la France à l’Eurovision. Et il va planifier un attentat terroriste pendant le concours, à Tel Aviv.

    Alors que la série est annoncée depuis l’automne 2018, la donne a changé depuis que le chanteur Bilal Hassani, homosexuel, et d’origine maghrébine, a été désigné le 12 janvier pour représenter la France à l’Eurovision. Une personne présente sur les tournages raconte à StreetPress :

    « Lors des derniers tournages de la série, quand Bilal Hassani était devenu favori pour représenter la France, les producteurs étaient très gênés.»

    Des pressions françaises pour annuler la diffusion

    Si le ton de la série est celui de l’humour – se moquant autant de membres de Daesh que des agents du Mossad qui doiven les contrer – le scénario de la série n’a pas pas faire rire tout le monde. Selon le site d’info Ynet , la France et l’Union Européenne de Radio-Télévision (UER, qui produit l’Eurovision) font pression sur Israël pour que la série ne soit pas diffusée. Selon le journaliste israélien Ran Boker, le patron de l’Eurovision Jon Ola Sand serait actuellement en Israël pour faire pression sur le groupe public de télévision israélien, qui a acheté les droits de la série.

    Le site d’information israélien relate également la réaction d’Eldad Koblentz, le patron de la télévision israélienne, qui refuse de céder aux pressions françaises en évoquant « la liberté d’expression et de création », selon Ynet.

    Des menaces de boycott peu précises

    Le site Ynet évoque des menaces de boycott de l’Eurovision par France Télévisions. En réalité, l’information provient de sources indirectes, côté israélien, confirme à StreetPress le journaliste Ran Boker, auteur de l’article.

    Interrogé par StreetPress, le porte-parole de France Télévisions refuse de parler de boycott, et livre une déclaration expliquant que « le groupe France Télévisions a appris la semaine dernière l’existence du projet de fiction Twelve Points (Douze Points) (…) et est en contact régulier avec l’UER qui échange avec l’ensemble des parties prenantes dont la chaîne [publique] Kan », qui diffuse la série et… l’Eurovision.

    Dans un communiqué, l’Union Européenne de Radio-Télévision rappelle l’importance de « la liberté d’expression », tout comme l’importance de « la réputation de l’Eurovision ». L’organisme confirme que des discussions sont en cours, « pour parvenir à une solution constructive pour tous ».


    Une source diplomatique jointe par StreetPress confirme que le sujet n’est pas parvenu au stade diplomatique, mais uniquement dans des contacts entre les chaînes et l’UER, qui produit l’Eurovision.

    Une mini série en 3 épisodes

    La mini série en 3 épisodes doit être diffusée quelques semaines avant l’Eurovision. Elle a été tournée à Tel Aviv et à Paris, avec dans le rôle principal le comédien français Adel Djemaï . Si la trame de la série, qui relate un projet d’attentat terroriste peut glacer, des sources israéliennes contactées par StreetPress, évoquent un scénario avec beaucoup de second degré et d’humour.

    Interviewés par le journal israélien Haaretz fin janvier , les créateurs de la série, deux anciens collègues qui se sont rencontrés en agence de publicité, insistaient sur le sens humoristique et décalé de leur projet :

    « L’ Eurovision est accueillie par Israël, c’est rempli d’homosexuels et le monde entier s’y intéresse. Du point de vue comique, il y a beaucoup de matière avec laquelle jouer, car tout à coup ces sévères agents du Mossad se retrouvent en pleine Eurovision, et les cruels terroristes de l’Etat islamique doivent se mélanger à tout ce monde. »

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress