En ce moment

    07 / 10 / 2019

    Elle a été mise en examen pour outrage, violence et dégradations

    Un policier manque de percuter Amina en voiture, la traite de « petite pute » et la fait condamner

    Par Christophe-Cécil Garnier

    Alors qu’Amina sort d’un bar avec des amis, une voiture de police banalisée manque de la percuter. Instinctivement, elle donne un coup de pied dans le pneu du véhicule, déclenchant la colère des fonctionnaires…

    « Je n’ai pas de casier judiciaire, je n’ai pas l’habitude d’avoir affaire à la police ». Au téléphone, Amina se justifie. Elle a toujours du mal à se dire qu’elle a été condamnée à quatre mois de prison avec sursis au tribunal correctionnel de Lyon le 3 octobre dernier. Il y a un an et demi, elle a été placée en garde à vue et accusée de « dégradations de véhicule de police », « rébellion, outrage et violence envers une personne dépositaire de l’autorité publique ».

    En ce 17 février 2018, elle et trois amis sont en soirée dans le 2ème arrondissement de Lyon. Aux alentours de 1 heure 30 du matin, ils sortent d’un bar. Le groupe choisit de se diriger vers un club et se rend Quai du Docteur Gailleton, sur les bords du Rhône. « On était alcoolisés », tient à préciser Amina. La petite troupe s’engage sur un passage piéton. « Là, une voiture banalisée arrive à toute vitesse. Elle ralentit un peu, mais passe quand même à plus de 50 juste devant nous alors qu’on est sur le passage », se rappelle Amina.

    La jeune fille réagit alors instinctivement et donne un coup de pied dans l’auto qui fonce, en criant : « Faites gaffe ! ». La caisse freine soudainement. Deux hommes en sortent. « Ils étaient rasés à blanc, avec des bombers, jeans et rangers », se souvient Amina, qui confie qu’elle et son groupe « ont vraiment pensé que c’étaient des fafs, et qu’ils voulaient en découdre vu qu’on était ouvertement de la communauté LGBTQI+ ». Les deux énergumènes sont en fait des gardiens de la paix, sans gyrophare ni brassard. « Ça n’a pas été mis dans le PV mais tout indique que c’étaient des agents de la BAC », indique Me Cooper, l’avocate d’Amina.

    « Petite pute »

    Amina ne découvre que quelques minutes plus tard que les chauffards sont des policiers. Avant cela, un des deux la plaque contre le mur en lui tenant la gorge. Il met ensuite sa jambe sur la hanche de la jeune fille et lance : « T’as de la chance de ne pas être un mec. Sinon je te fracasserais la gueule, petite pute ».

    « Ensuite, il me répète deux fois : “Tu sais pas à qui t’as affaire ! On pourrait être de la police”. Nous on reste bouche bée et ils repartent », se souvient Amina. Pas pour longtemps. Cette dernière a à peine le temps de se rouler une clope qu’elle voit arriver « une cavalcade de policiers en uniformes et en civils ». Une quinzaine au total. La voiture qui a failli l’écraser revient aussi, « en sens interdit », avec la portière arrière « complètement enfoncée, avec la jauge d’essence totalement arrachée ». Les policiers l’informent alors qu’elle est en état d’arrestation « pour dégradations d’un véhicule de police ».

    King Kong et 15 heures de gardav’

    La jeune femme et ses amis protestent. « J’ai juste tapé dans un pneu. En plus, ma jambe n’a pas la capacité physique d’enfoncer la portière car j’ai eu un accident de la route et j’ai des broches dans cette jambe-là. À moins d’être King Kong, enfoncer une portière comme ça ce n’est pas possible. Il aurait fallu que je m’acharne dessus », explique-t-elle. King Kong ou pas, les policiers ne veulent rien savoir et l’allongent sur le sol. « Ils étaient sur moi. Je me débattais car je ne voulais pas qu’ils m’embarquent », se souvient-elle. Les policiers estiment qu’elle a tenté à un moment de mettre un coup de genou, d’où l’accusation de violences, ce que l’intéressée nie.

    Florencia, une Chilienne qui accompagnent Amina, se fait également bousculer. « Je suis arrivée avec une autre amie devant les policiers en demandant ce qu’il se passait et l’un des deux nous a poussé. Il nous a fait tomber toutes les deux », se souvient la Sud-Américaine. Son portable se casse dans la chute.

    « On n’a pas bougé ensuite car on a eu peur »

    Les pandores demandent la carte d’identité de Florencia. Comme elle ne l’a pas, elle donne sa carte bancaire. « Ils n’ont pas voulu me la rendre, donc je me suis énervée. Le mec rigolait et se moquait de moi. Donc je l’ai traité de connard ». Sitôt l’insulte lancée, elle se fait également embarquer pour outrage.

    À LIRE AUSSI : Le business des outrages

    Elle est mise dans la voiture aux côtés d’Amina, menottée. Un des deux policiers continue d’appuyer sa jambe sur cette dernière. « Je continuais de protester et lui me regardait en me disant : “T’es pathétique. Tu pues. T’es moche” », se souvient-elle. Les deux femmes passeront près de 15 heures en garde à vue.

    Avant leur sortie, la version policière fuite dans la presse

    Florencia, dont c’est l’anniversaire, finit par craquer. « Je me suis mise à pleurer. Je ne comprenais vraiment pas pourquoi j’étais là. On ne m’a rien dit. On ne m’a même pas signifié mes droits ». Les mesquineries ne s’arrêtent pas là. « J’avais mes règles et ils ont refusé de me donner une protection. Pourtant j’en avais dans mon sac », se souvient Amina.

    Les deux femmes n’ont également pas pu voir un médecin ou un avocat. « J’ai demandé à en voir un, on m’a dit qu’il mettrait 72 heures à venir. Ce qui était faux. Mais comme je n’avais jamais fait de garde à vue de ma vie, je ne le savais pas. Je voulais sortir le plus vite possible, donc j’ai abandonné », regrette Amina. Elles ne sont pas encore sorties que la version policière s’étale dans la presse : « Ils ont marqué que deux femmes alcoolisées s’en étaient prises à la police ».

    Après cette nuit, Amina a pu voir un médecin et a récolté sept jours d’ITT. Florencia, elle, a eu quatre jours mais a été en arrêt maladie pendant plus de trois semaines :

    « J’ai été traumatisée de ce qu’il s’est passé. »

    Malgré cela, les deux femmes sont condamnées au tribunal. Si Amina a été relaxée sur les violences, elle a été condamnée pour l’outrage, la rébellion et les dégradations. En plus de ses quatre mois de sursis, elle a écopé de 400€ d’amende, tout comme Florencia. Amina doit aussi payer 300€ de dommages-intérêts aux deux policiers. Florencia, elle, doit débourser 300€ pour le policier qu’elle a insulté.

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress