En ce moment

    12 / 11 / 2019

    Étude du religieux à l’école : peut-on encore être nuancé ?

    À Bordeaux, une conférence sur la laïcité censurée

    Par Christophe-Cécil Garnier

    L’étude du religieux à l’école ne se focalise que sur ce qui pose problème. Selon le chercheur Benjamin Farhat, la situation est à nuancer. C’est ce qu’il voulait expliquer dans une conférence, finalement censurée à l’université de Bordeaux.

    L’affaire était jusque-là passée sous les radars. Le 16 octobre dernier, devait se tenir une conférence du chercheur Benjamin Farhat sur « la place du religieux dans l’école laïque et dans l’expérience scolaire des élèves » à l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspé) de Bordeaux, qui dépend de l’université. D’après nos informations, ce colloque a été retirée à la suite de pressions discrètes de la part du rectorat et du Conseil des sages de la laïcité. « Il y a eu une censure », estime un membre de l’Inspé.

    Une « ambiguïté sur le contenu » ?

    Rappel des faits. Chaque année est organisée au sein de l’institut les « Boussoles », des conférences qui permettent « d’approfondir les thématiques principales de la formation des futurs enseignants et du personnel de l’Éducation nationale », recontextualise cet anonyme. Annoncé sur Facebook et sur le site de l’Inspé, le colloque a totalement disparu des radars le 9 octobre. Il a en fait été annulé.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/inspe_1.jpg

    Après que la conférence a été annulée, les pages ont disparu. / Crédits : Multiples captures d'écrans.

    En interne, on justifie ce choix par une « ambiguïté sur le contenu » de la conférence de M. Farhat, auteur d’une thèse consacrée aux « dimensions éthnoreligieuses de l’expérience scolaire ». Contacté, celui-ci n’a pas souhaité répondre aux questions de StreetPress. Nous avons cependant eu accès au résumé écrit par ce dernier [le texte est en intégralité en fin d’article]. Dans ses travaux, Benjamin Farhat tente d’étudier l’objet religieux à l’école. Et d’après ses recherches, l’étude sociologique de l’activité scolaire permet de découvrir des réalités nuancées et diverses. Si les phénomènes identifiés comme « religieux » sont parfois la source de tensions, il sont également à l’origine de solidarités et de liens entre les acteurs.

    Des pressions du Conseil des Sages de la Laïcité

    Mais cette vision nuancée ne passe pas vraiment. Les pressions sont d’abord venues d’un inspecteur pédagogique régional de l’université de Bordeaux qui a contacté l’Inspé et le responsable du cycle de conférences. « Il lui a fait savoir son mécontentement sur le titre et le contenu », explique une source au sein de l’institut. Dans un second temps, c’est le Conseil des Sages de la Laïcité, une instance mise en place par Jean-Michel Blanquer il y a plus d’un an qui monte au créneau. Elle est composée de Dominique Schnapper, la présidente, ou de personnalités comme Laurent Bouvet, Patrick Kessel ou Jean-Louis Bianco.

    Dans les couloirs de l’Inspé, on confie qu’un mail de la présidente du Conseil des Sages a été envoyé à l’administrateur provisoire, où elle expose ses préoccupations concernant la conf’. Dominique Schnapper est une personnalité influente. « Ce n’est pas la personne à critiquer, lance une personne pour justifier son anonymat. Discuter à minima de sa parole équivaut pour certains à remettre en question la loi de 1905 ». Face à cette pression, le responsable du cycle des conférences de l’Inspé s’engage en interne et défend l’intervention de M. Farhat.

    Contacté, ce dernier n’a pas souhaité répondre à StreetPress sur ce sujet. Tout comme Dominique Schnapper. « Je ne sais pas de quoi il s’agit », a-t-elle répondu avant de raccrocher brusquement.

    L’Inspé, elle, a laissé l’université de Bordeaux répondre à sa place. Pour cette dernière, le format de la conférence semblait « peu approprié » :

    « La question, complexe, aurait gagnée à être posée lors d’un séminaire de recherche, ce qui a été d’ailleurs préconisé. Le titre de la conférence créait également de la confusion sur un sujet qu’il convient d’aborder avec clarté et sérénité. »

    Une tentative de négociations qui échoue

    Le rôle du Conseil des Sages dans cette affaire n’étonne pas certains observateurs. « Ce sont des gens qui ne sont pas du tout favorable à l’enseignement laïc des faits religieux à l’école, et qui ont par ailleurs très peur de l’islam en général, pour ne pas dire plus », estime un spécialiste du sujet bien informé. « Ils ont pu percevoir un risque que ce soit perçu comme opposé à leurs positions, une laïcité non-discutée et idéologique, et ils n’ont pas contextualisé », ose avancer une personne de l’institut bordelais.

    Face aux différentes pressions, les organisateurs de la conférence ont tenté de calmer le jeu. Ils ont modifié le titre – le « religieux » est devenu « fait religieux » – et nuancé certaines phrases.

    « Ils ont accepté que ça pouvait être mal interprété dans un moment délicat, avec tous les faits divers qui se succèdent et un discours inquiétant et très islamophobe », confie une personne au sein de l’Inspé, qui cite comme exemples l’attaque au couteau à la préfecture de Paris – au départ considérée comme un attentat terroriste, venait d’avoir lieu le 3 octobre 2019 – ou les réactions virulentes provoquées par une affiche de la FCPE qui mettait en scène une femme voilée. « Ce n’est pas le moment de jeter de l’huile sur le feu, même si la fac est justement l’endroit pour en parler, en dehors des situations extérieures », juge un autre.

    Peine perdue, malgré les efforts, la conf’ est bel et bien annulée. L’administration tente de sauver la face et envoie un mail aux concernés qui explique qu’elle pourra être maintenue, tant qu’elle a lieu hors des locaux de l’Inspé.

    Au sein de l’institut, c’est le désarroi qui domine. « À force d’avoir peur, à juste titre ou non, de la religion, on a décidé d’exclure la discussion en milieu scolaire et dans la formation des enseignants », déplore un membre de l’Inspé. Un autre est plus catégorique :

    « On constate que la complexité des choses n’est pas à l’ordre du jour. Aujourd’hui, si on n’est pas noir ou blanc, ou qu’on pense d’une certaine manière, on est catégorisé comme un ennemi par les laïcs ou la République en un clin d’oeil. Cette censure relève de ce climat dégradé. »

    Image d’illustration de Dominic Robinson sur Flickr, Creative Commons

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress