En ce moment

    31 / 03 / 2020

    « Des petits lancent ça parce qu’ils s’ennuient en confinement »

    Sur Snapchat, les comptes « ficha » diffusent des nudes de mineures sans leur consentement

    Par Inès Belgacem

    Sur Snapchat, des comptes baptisés « fichas », suivis d’un département, diffusent des photos dénudées de filles souvent mineures, sans leur consentement. Un phénomène lié au confinement qui inquiète les assos féministes.

    « Des filles se donnent la mort à cause de ça ! Désolé mais chacun fait ce qu’il veut de son cul. Tout ça c’est entre vous et la go, y a pas lieu d’aller ficha quiconque en fait. » « Après ficha du 91, voici fisha du 93 ! Allez signaler. » « Y’a même plus moyen de suivre : y’a 1343225 comptes Ficha. Deux, c’était assez. » Sur Twitter, les messages d’anonymes se multiplient pour dénoncer l’apparition de comptes « Ficha » sur Snapchat. Ces pages harcèlent des jeunes femmes, parfois mineures, en publiant des photos et vidéos où elles sont nues ou dénudées. L’association féministe NousToutes s’inquiète de la multiplication de ces comptes : « [URGENT] Sur Snapchat, des comptes “ficha” se créent par département et divulguent des photos et vidéos sexuelles de jeunes filles. C’est grave et interdit. Interpellez Snapchat pour qu’ils interviennent. RT ce message! »

    « C’est des petits qui lancent ça parce qu’ils s’ennuient en confinement », pense savoir Hind Ayadi, qui a discuté avec l’un de ces garçons. La militante des quartiers populaires et associative à Garges-lès-Gonesse (95) a vu apparaître quatre comptes en moins de deux semaines, seulement dans sa ville. Tous les départements d’Île-de-France, y compris Paris, ont maintenant le leur. Et le phénomène a débordé dans plusieurs régions de France.

    « C’était horrible. C’est le pire truc possible pour une fille. » Sonia (1) s’est retrouvée en photo sur l’une de ces pages. Pour la protéger, nous avons modifié son nom et ne donnerons pas son département. De la même manière, nous ne mettrons pas les adresses de ces comptes « Ficha », pour éviter de leur faire de la publicité.

    Pédopornographie

    « Regardez. » Dans la conversation qu’elle a avec ses copines de quartiers, Sonia reçoit le compte Ficha qui s’est créé dans sa ville. Quelques mois plus tôt, un garçon mal intentionné a déjà fait tourner des clichés d’elle en petite tenue. « C’est des photos qu’on s’envoie entre copines. Il m’avait piqué mon portable et se les ait envoyées. Je me suis dit que je pourrais encore être visée », explique la jeune fille en Terminal. Ça n’a pas loupé. Les clichés sont re-publiés. Elle n’y est pas reconnaissable, son visage n’étant pas visible. Mais le gérant du compte ajoute le pseudo Snapchat de Sonia. Elle reçoit presque instantanément plus de 70 demandes d’ajouts. « Que des garçons. » Le compte lui envoie également un screen des vues – plus de 1.000 – et du nombre de captures d’écran. Énorme à l’échelle d’un seul quartier. Même si ses copines sont là pour la réconforter, le coup est dur :

    « J’ai beaucoup pleuré, j’ai même pris des médicaments. Je ne voulais plus me réveiller. Je ne sais pas comment l’expliquer. Je ne voulais pas mourir, mais je voulais être inconsciente. Pour ne plus avoir à vivre tout ça. »

    À Garges-lès-Gonesse, Hind Ayadi a reçu des messages de deux mineures, qui ont vécu la même histoire que Sonia. « C’est hyper dangereux. Elles sont jeunes, c’est difficile de gérer ce genre de situations. Elles ne veulent pas en parler à leurs parents en plus. » Elle ajoute :

    « Ces garçons sont inconscients. Ils affichent des petites qui n’ont pas 18 ans. C’est de la pédopornographie. Ils n’ont pas compris ce qu’ils risquent. Je me suis chargée de leur expliquer qu’ils allaient terminer leur confinement à Fleury ! »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/snap1.jpeg

    Ficha / Crédits : Inès Belgacem

    Fermer ces comptes

    Samia a 18 ans et habite à Garges-lès-Gonesse. « Tout le monde s’est envoyé les comptes en privé. Ça a été très vite. » Elle se rend compte qu’elle connaît certaines jeunes filles affichées. Outrées, elle et ses amis décident de signaler la page. « Ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils font. En plus, on est confinées, on n’a pas toute notre tête en ce moment. Ces filles pourraient sauter par la fenêtre… »

    Hind Ayadi prend à son tour la chose en main. Elle échange d’abord avec le garçon qui tient le compte. « C’est des blagues, on rigole », lui répond-il. Elle réalise que pour faire marcher son compte, il demande aux gens de lui envoyer les nudes. « Je me suis dit qu’il fallait lui foutre la honte. » La militante demande à tous les jeunes du quartier d’arrêter de lui envoyer des images et de publier des messages anti-fichas sur leurs Snaps. Chacun y va de son petit commentaire : « Y a quelqu’un qui a créé quelque chose de mauvais dans la ville », « Pensez aux familles », « Nous on va rire quelques minutes, mais celles qui se font ficha, toute leur vie elles auront ça sur le dos ». Une pression suffisante pour que le jeune homme arrête. « Il a fermé le compte », commente Hind Ayadi, qui a toutefois vu trois autres Snaps Ficha se créer autour de leur quartier, puis s’étendre plus loin.

    À d’autres endroits, les choses ne se règlent pas de la même manière. Selon ce tweet, des jeunes filles auraient été se battre avec un garçon qui aurait passé leurs photos sur une page Ficha.

    Contacté par StreetPress, le Service d’Information et de Communication de la Police (Sicop) nationale explique « n’avoir reçu que très peu de signalements pour le moment ». Aucune enquête n’est pour l’instant ouverte – « Nous n’avons pas suffisamment d’éléments pour pouvoir creuser » – même s’ils n’excluent pas de le faire dans un futur proche. Le Sicop précise qu’il est également possible de signaler ces comptes sur la plateforme Pharos, consacré à la cybercriminalité.

    Contacté par StreetPress, Snapchat a accusé réception mais n’a pas encore répondu à nos questions.

    [Edit du 01/04/2020 : Snapchat nous assure que leur « équipe de sécurité “Trust and safety”, qui gère ce genre de chose, est au courant et se charge d’effectuer des screens. Elle vérifie s’il y a violation des conditions d’utilisation de la plateforme ».]

    (1) Le prénom a été changé.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER